43
43

PROVENANT D'UNE IMPORTANTE COLLECTION PARTICULIÈRE

Tamara de Lempicka
TROIS NUS
ACCÉDER AU LOT
43

PROVENANT D'UNE IMPORTANTE COLLECTION PARTICULIÈRE

Tamara de Lempicka
TROIS NUS
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Modernités

|
Paris

Tamara de Lempicka
1898 - 1980
TROIS NUS

Provenance

Barry Friedman Gallery, New York (acquis avant 1985)
Collection particulière, New York (et vendu: Sotheby's, New York, 11 février 1987, lot 66)
Collection particulière, Paris (acquis lors de cette vente)
Acquis auprès du précédent par le propriétaire actuel

Bibliographie

Alain Blondel, Tamara de Lempicka, Catalogue Raisonné, 1921-1979, Lausanne, 1999, no. B.122, reproduit p. 210

Description

Ce tableau fut peint vers 1929, à la même période que Femmes au bain, groupe de nus féminins dont la parenté avec Le Bain turc d’Ingres est manifeste. Les nus féminins de Lempicka partagent avec les odalisques ingresques ce même aspect nacré et soyeux de la chair, cette peau lisse et brillante comme de la porcelaine mais aussi cette exagération des courbes féminines qui prend volontairement ses distances avec la réalité anatomique. Le physique maniériste de ces Trois nus, à la musculature accentuée, trouve également sa source dans l’étude approfondie de la sculpture par Lempicka. Ces nus féminins que des critiques de l’époque ont pu qualifier d’"archaïques" ou encore de "lourdes et opulentes" trouve leur résonnance contemporaine la plus claire dans les sculptures de Maillol. Mais cette manière de représenter le corps féminin volontairement puissant et généreux est une tendance partagée par de nombreux artistes dans les années 20, que l’on retrouve par exemple dans les Baigneuses de Picasso. Leur aspect mécanique et anguleux entre également en écho avec les figures puristes de Fernand Léger.

A cette liberté prise avec les canons du corps féminin s’ajoute dans cette œuvre une charge érotique assumée. "Femme émancipée et moderne, Tamara de Lempicka fait de sa vie un manifeste d’indépendance et de transgression, y compris sexuelle." (Michel Georges-Michel, "une Reine du bizarre", Aux Ecoutes, 16 juin 1961) Enfin, la composition de ces Trois nus est remarquable. Représenté en contre-plongée, il en résulte une distorsion de la perspective source d’un superbe mouvement ascendant conférant à ces figures un très bel effet d’envol.

Modernités

|
Paris