38
38

PROVENANT D'UNE IMPORTANTE COLLECTION PARTICULIÈRE EUROPÉENNE

Anthony Caro
BARCELONA ROSE
Estimation
50 00070 000
Lot. Vendu 75,000 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT
38

PROVENANT D'UNE IMPORTANTE COLLECTION PARTICULIÈRE EUROPÉENNE

Anthony Caro
BARCELONA ROSE
Estimation
50 00070 000
Lot. Vendu 75,000 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Modernités

|
Paris

Anthony Caro
1924 - 2013
BARCELONA ROSE
fer soudé
200 x 131 x 104 cm; 78 3/4 x 51 9/16 x 40 15/16 in.
Exécuté en 1987.
Lire le rapport d'état Lire le rapport d'état

Provenance

Collection particulière
Christie's, Londres, Post-War and Contemporary British Art, 30 mai 1997, lot 148
Acquis lors de cette vente par le propriétaire actuel

Exposition

Barcelone, Banco Bilbao Vicaya, Serie Barcelona y Serie Catalana, 1989 ; reproduit dans le catalogue p. 29, pp. 5-7, 9-11, 77-79
Barcelone, Centre Cultural Caixa Catalunya, Drawing in Space & The Last Judgement, 2002
San Sebastian, Kutxaespacio del Arte, From Montparnasse to pure ideas, 2003, reproduit dans le catalogue p. 47, pp. 118-121

Bibliographie

Diet Blume, Anthony Caro, Catalogue Raisonné Vol. VII, Braunschweig, 1981, no. 1890, reproduit p. 76 & 128
Teresa Blanch, Un gan workshop a la ciutat, 1988, pp.17-25, 164-169, 177-180
Ian Barker, Anthony Caro, Dibuixant a l'espai, Drawing the Space & The Last Judgement, Palma, 2002, pp. 2-4 & 7-8
Catalogue d'exposition, Enrique Juncosa, On Caro, Drawing the Space & The Last Judgement, 2002, reproduit pp. 19-24 & 91
Pep Subiros, A conversation with Anthony Caro, Drawing the Space & The Last Judgement, Palma, 2002, pp. 43-48 & 45
Marie-Claire Uberquoi, En la Pedrera lo mejor, es dialogar con la obra de Gaudi, no enfrentarse a ella, El Mundo, Madrid, 21 octobre 2002
Anthony Caro dialoga en La Perdrera con Gaudi, Deia, Bilbao, 22 October 2002
Les escltures d'Anthony Caro dialoguen a la Perdrea amb l'arquitectura de Gaudi, El Punt, Girona, 22 octobre 2002
Rosario Fontova, La Perdrera revisa la trayectoria escultorica de Anthony Caro, El Periodico de catalunya, Barcelone, 27 octobre 2002, reproduit, no. 3,
Ana Maria Guasch, El Juicio escultorico de Caro, ABC, Madrid, 10 novembre 2002
J.J Navaroo Arisa, Dibujado en el espacio, El Mundo, Madrid, 3 novembre 2002
Francisco Vicent, Anthony Caro: Esculturas y Juicio Final, La Tribuna, Tegucigalpa, 10 novembre 2002, p. 8
Abel Figuers, Doble exposicio d'Anthony Caro, Avui, Barcelone, 3 novembre 2002, XVIII - XIX
Catalogue d'exposition, Fundació Catalunya-La Pedrera, Anthony Caro, Drawing in Space. Sculptures from 1963 to 1988, The Last Judgement, 1995-1999,
Barcelone, 21 octobre 2002 - 19 janvier 2003, reproduit en couleurs p. 91
Concentración y Expansión: las formas de la escultura, El Mar La Ciudad El Homre El Arte Es Baluard, Palma, 2004, reproduit p.9
Catalogue d'exposition, Maria Luisa Borras, The presence of an idea in space, Palma, 2004, reproduit pp.211-212, 214
Juan Luis Calbarro, Sir Anthony Caro en Mallorca, Ultima Hora, Mallorque, 13 décembre 2006
Mary Reid, Anthony Caro: drawing in space, Farnham, 2009, pp.10-32, 129,
Toby Glanville, Caro, Londres, 2014, p. 461

Description

Au printemps 1987, Antony Caro initia de grandes rencontres internationales à Barcelone, réunissant une cinquantaine d’artistes dans le but d’échanger sur leurs différentes pratiques et d’enrichir par là leur discipline. Inspiré par la ville, sa lumière foudroyante et la richesse de son patrimoine, c’est là qu’il réalise Barcelona Rose, emblématique du travail du sculpteur britannique qui s’émancipe à travers elle de l’approche classique de la sculpture figurative. Selon ses propres propos, la série à laquelle Barcelona Rose se rattache reflète en effet de façon particulièrement éloquente la quête de l’artiste cherchant à « dépasser les frontières traditionnelles de la statuaire sans chercher pour autant à la dénaturer. »

« J’essayais depuis longtemps d’élargir mon vocabulaire de sculpteur en m’inspirant de ce qui avait été fait dans la peinture, le dessin ou l’architecture. A Barcelone, j’ai pu travailler avec ces éléments de balcons et balustrades du siècle dernier qui ont longtemps fait la fierté des artisans catalans. Picasso, Gaudi, Gonzalez et Miro étaient très présents dans mon esprit et c’est aussi en pensant à eux que j’ai réalisé cette série dans laquelle j’ai pu introduire quelque chose qui m’a permis de réellement dessiner dans l’espace » se souvient Antony Caro.

------------

Je voulais qu’elles ne ressemblent à rien d’autre que ce qu'elles étaient, des compositions totalement abstraites rompant avec la statuaire classique. Seuls ceux qui chercheraient vraiment à les comprendre, les apprivoiser, pourraient saisir la portée esthétique et émotionnelle.

Antony Caro

Modernités

|
Paris