34
34
Jean Dubuffet
MASSIF AUX ECHANCRES
Lot. Vendu 792,500 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT
34
Jean Dubuffet
MASSIF AUX ECHANCRES
Lot. Vendu 792,500 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Modernités

|
Paris

Jean Dubuffet
1901 - 1985
MASSIF AUX ECHANCRES

signé des initiales J. D et daté 71 (en bas au centre); titré et numéroté 6 Massif aux échancres (au dos)
acrylique sur toile marouflée sur klegecell
143 x 162 cm; 56 1/4 x 63 3/4 in.
Peint en 1971.
Lire le rapport d'état Lire le rapport d'état

Provenance

Galerie Beyeler, Bâle
Aberg Gallery, Gothenburg
Sotheby's Londres, 5 décembre 1985, lot 411
Collection particulière
Christie's Londres, Post-War & Contemporary Art Evening Auction, 16 février 2011, lot 50
Acquis lors de cette vente par le propriétaire actuel

Exposition

Paris, Galerie Jeanne-Bucher, Jean Dubuffet, 1971

Bibliographie

Max Loreau, Catalogue des travaux de Jean Dubuffet, Fasicule XXVII: Coucou Bazar, Lausanne, 1976, no. 6, reproduit, np. (illustration erronée no. 5, p. 22)

Description

Réalisé en 1971 alors que Dubuffet livre avec l’Hourloupe (1962-1974) l’une des plus fabuleuses et facétieuses séries de sa carrière féconde, Massif aux Echancres reflète à merveille la maestria avec laquelle l’artiste aujourd’hui reconnu comme l’un des figures les plus visionnaires du siècle dernier a su réinventer l’art en des termes aussi poétiques que prophétiques.

Sixième « haut-relief » réalisé par Dubuffet dans ces années déterminantes, cette œuvre historique est par conséquent l’une des premières répertoriées dans le fascicule XXVII du catalogue raisonné des travaux de Jean Dubuffet dédié au réjouissant Coucou Bazar dont l’admirable mise en scène au Solomon R. Guggenheim Museum de New York à l’été 1973 reste gravé dans les mémoires comme un souvenir inoubliable.

Avec Coucou bazar, Dubuffet entreprend de donner un nouveau sens et une nouvelle dimension à son travail. Désormais, ses œuvres seront modelées, découpées, façonnées de telle sorte que les figures sinusoïdales et chamarrées caractéristiques de l’Hourloupe ne seront plus statiques mais en mouvement, prises dans une danse charivarique et extravagante.

Considéré comme le point d’orgue du cycle de l’Hourloupe, amorcé en 1962 -année essentielle pour Dubuffet qui regagne Paris après plusieurs années d’exil à Vence, dans le sud de la France, et est célébré pour la première fois outre-Atlantique avec une grande rétrospective de son travail aux MoMA de New York, de Chicago et de Los Angeles- Coucou Bazar est un tournant décisif dans la carrière de Dubuffet.

Au cœur de l’Hourloupe, qui l’occupera pendant plus d’une décennie, le cycle dont Massif aux Echancres marque le départ caractérise le passage de l’artiste de la peinture à la sculpture, mû par un désir incompressible d’animer le tableau. Selon ses propres mots, Massif aux Echancres est par là l’heureux résultat de « l’association du relief à la peinture pour donner plus de vie » à celle-ci. Avec ses formes libres de toute représentation et pourtant si familières, s’enchâssant jusqu’à former un tissu continu suggérant un espace fabuleux empreint de fantastique, Massif aux Echancres fait ainsi écho de façon particulièrement pertinente à l’incroyable force créatrice qui anime Dubuffet au sommet de son art.

Modernités

|
Paris