40
40
Paire de vases pot-pourri en porcelaine de Sèvres et monture de bronze doré d'époque Louis XVI, vers 1770, probablement fournie par le marchand-mercier Jean Dulac
Estimation
60 000100 000
ACCÉDER AU LOT
40
Paire de vases pot-pourri en porcelaine de Sèvres et monture de bronze doré d'époque Louis XVI, vers 1770, probablement fournie par le marchand-mercier Jean Dulac
Estimation
60 000100 000
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Excellence

|
Paris

Paire de vases pot-pourri en porcelaine de Sèvres et monture de bronze doré d'époque Louis XVI, vers 1770, probablement fournie par le marchand-mercier Jean Dulac
le couvercle en forme de dôme orné d'un fleuron et d'une bordure feuillagée, col repercé muni de prises en volutes, surmontant un corps ovoïde orné de guirlandes de pampres de vigne et de raisin, et muni d'un piètement à frise d'acanthes reposant sur une base carrée ; les deux couvercles restaurés ; éclats mineurs et redorure des bronzes
Haut. 42 cm, larg. 17 cm ; height 16 1/2 in., width 6 2/3 in.
Lire le rapport d'état Lire le rapport d'état

Provenance

Collection Thomas Fermor-Hesketh, 8ème Bt., pus tard 1er Baron Hesketh (1881-1944) puis par descendance familiale

Vente Sotheby's, Londres, le 7 décembre 2005, lot 218

Bibliographie

Bibliographie comparative
Svend Eriksen, Sèvres Porcelain, The James A. De Rothschild Collection at Waddesdon Manor, Londres, 1968, p.79

Description

Cette magnifique paire de vases est un parfait exemple du goût grec popularisé par les marchands-merciers tels que Jean Dulac dans les années 1760 et 1770. Alors que les vases en porcelaine bleue montés sur du bronze doré sont plus courants, les exemples vert pomme sont beaucoup plus rares. La forme ovoïde inhabituelle de ces vases est frappante et est rehaussée par un col allongé en bronze doré repercé, des poignées entrelacées en volutes et des guirlandes de pampres de vigne et de raisin, si typiques de ce goût grec.

Les vases spécialement conçus pour être montés en bronze doré et ciselé sont d'abord enregistrés à l'usine de Sèvres le 13 juillet 1767, lorsque deux «Vases à Monter Verd plein» ont été vendus à 42 livres chacun à un distributeur anonyme sans monture. Des vases de ce type ont été enregistrés pour la deuxième fois en décembre 1768 : huit cadeaux ont été donnés, tous de couleur violette, cinq montés en bronze doré et la valeur des montures était légèrement supérieure à celle des vases. Le 6 novembre 1770, deux autres "Vases à monter" sont vendus à un distributeur anonyme au prix de 48 livres chacun, mais leur couleur n'est pas mentionnée. Les ventes de ces vases à divers marchands-merciers au cours des années 1770 sont enregistrées, bien que cela soit probable, selon Svend Eriksen, op. cit., p. 232, que les "vases à monter" figurent parmi les nombreux vases dont aucun détail n'est donné dans les registres des ventes de la période.

La forme des vases proposés est très inhabituelle et, comme pour les autres "vases à monter", il est peu probable que ceux-ci aient été conçus pour passer pour une véritable porcelaine de Chine montée dans le style européen. On sait que même le connaisseur Brongniart, directeur de la Manufacture de Sèvres, a acheté une paire de ces vases décrits dans la vente à Monticourt à Paris en 1829 comme «porcelaine de Chine» pour le musée de la Céramique, à titre d'exemples de porcelaine chinoise.

Une paire de vases pots-pourri verts en porcelaine de Sèvres et leurs couvercles, semblable à notre paire, ornée de feuilles de vigne et de raisins, a été vendue à Christie's, Londres, le 2 décembre 1998, lot 10.

Jean Dulac (1704-1786):
Il y avait trois marchand-merciers nommés Dulac établis rue Saint-Honoré entre 1760 et 1790. Cependant, c'est probablement Jean Dulac (1704-1786) qui a fourni ces vases, comme il est connu pour avoir fourni des porcelaines de Sèvres ornées de bronzes dorés à la noblesse dont Madame du Barry, et paraissant régulièrement au registre des ventes de Sèvres de 1758-1776. Il fut nommé marchand privilégié du roi en 1753 et était joaillier et parfumeur de profession, rue Saint-Honoré.

Dulac était particulièrement connu pour ses vases-cloches et il acquit la majorité de sa production du modèle susmentionné entre 1772 et 1779. Ses vases étaient souvent conçus comme des cadeaux mécaniques amusants, par exemple, Dulac produisit en 1767, un «pot pourri chinois sur un petit orgue qui lui sert de soubassement».

Excellence

|
Paris