3
3
Rare coffret en ébène et ivoire à monture de laiton doré, les plaques sculptées à Ceylan vers 1550-1575, la monture exécutée en Italie à la fin du XVIe siècle
Lot. Vendu 56,250 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT
3
Rare coffret en ébène et ivoire à monture de laiton doré, les plaques sculptées à Ceylan vers 1550-1575, la monture exécutée en Italie à la fin du XVIe siècle
Lot. Vendu 56,250 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Excellence

|
Paris

Rare coffret en ébène et ivoire à monture de laiton doré, les plaques sculptées à Ceylan vers 1550-1575, la monture exécutée en Italie à la fin du XVIe siècle
décoré toutes-faces, orné de dragons et aigles, ouvrant à trois tiroirs en façade et deux tiroirs secrets à l'intérieur, muni de poignées sur les côtés, l'entrée de serrure supérieure ciselée des initiales F.M. D.VR. et surmontée d'un chêne aux branches entrelacées ; avec une étiquette imprimée Collection J. Kugel Paris sur le tiroir supérieur ; la serrure changée
Haut. 17 cm, larg. 24,5 cm, prof. 16 cm ; height 6 2/3 in., width 9 2/3 in., depth 6 1/3 in.
Lire le rapport d'état Lire le rapport d'état

Provenance

- Francesco Maria II della Rovere, dernier duc d'Urbino (1549-1631)
- Très certainement sa petite-fille, Vittoria della Rovere (1622-1695), épouse de Ferdinand II de Médicis, grand-duc de Toscane
- Très certainement son fils, Côme III de Médicis (1642-1723), dernier grand-duc de Toscane
- Collection princière européenne
- Galerie Kugel, Paris
- Importante collection privée européenne

Description

Francesco Maria II della Rovere, descendant des Montefeltro et de la famille des papes Sixte IV et Jules II, également allié aux plus importantes familles italiennes telles que les Farnèse et les Gonzague, présidait aux destinées du minuscule état d’Urbino. Brave et courageux, il se distingua par sa conduite héroïque à la bataille de Lépante. Il épousa en secondes noces sa cousine de quatorze ans, Livia della Rovere. Leur fils se maria avec Claudia de Médicis, fille de Ferdinand Ier de Toscane. La petite-fille et unique héritière du duc d’Urbino, Vittoria, grandit à Florence : lorsque son grand-père mourut en 1631, et que le duché revint aux biens de l’Eglise, l’ensemble des collections della Rovere fut transféré d’Urbino à Florence : d’innombrables caisses abritaient certaines des plus belles peintures européennes telles que Venus d’Urbino du Titien et les portraits du duc et de la duchesse de Montefeltro par Piero della Francesca, deux millions en écus d’or et quantité de bijoux précieux. Quelques années plus tard, en 1634, Vittoria épousa le grand-duc de Toscane, Ferdinand II, et à sa mort, son fils Cosme III de Médicis recueillit son héritage.

Il y a une vingtaine d’années, la Galleria Nazionale delle Marche d’Urbino fit l’acquisition d’un cabinet en ébène et ivoire à décor de branches entrelacées de chêne – qui se traduit rovere en italien. Il est probable qu’il fut exécuté à l’occasion du mariage en 1599 de Francesco Maria et Livia della Rovere qui partageaient le même symbole héraldique. Une table ornée d’un décor très similaire et de la même provenance fut adjugée chez Sotheby’s à Londres, le 6 juillet 2010, lot 4. A cette occasion, A. Gonzales-Palacios soulignait dans la notice du catalogue l’intérêt du duc pour le mobilier et les objets d’art : à la fin de l’année 1586, ce dernier notait dans son journal qu’il avait reçu du duc de Bavière un petit relief en bois sculpté - "intagliato in legno di rilievo" - représentant Adam et Eve, ainsi qu’un encrier incrusté d’ivoire à décor de nombreuses figures - "calamaro intarsiato d'avolio con molte figure". Comme le révèle la présence de son motif héraldique et de ses initiales sur le cartouche du fermoir, il ne fait aucun doute que ce petit cabinet a été réalisé à son attention, conjuguant l’emploi de précieuses plaques d’ivoires indiennes à un type de meuble proprement européen.

Excellence

|
Paris