140
140
Table de milieu en bois noirci, os, marqueterie de bois de rose, palissandre de Rio, buis, ivoire et corne, Italie, probablement Ligurie ou Piémont, milieu du XIXe siècle
ACCÉDER AU LOT
140
Table de milieu en bois noirci, os, marqueterie de bois de rose, palissandre de Rio, buis, ivoire et corne, Italie, probablement Ligurie ou Piémont, milieu du XIXe siècle
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Excellence

|
Paris

Table de milieu en bois noirci, os, marqueterie de bois de rose, palissandre de Rio, buis, ivoire et corne, Italie, probablement Ligurie ou Piémont, milieu du XIXe siècle
le plateau marqueté d'armes d’alliance, probablement celles des familles Grassi et Abrembio, le support du plateau formant coque de navire reposant sur un piètement sculpté de deux têtes de licorne se terminant en queues de poisson entrelacées
Haut. 80 cm, larg. 194 cm, prof. 69 cm ; height 31 1/2 in., width 76 1/3 in., depth 27 1/4 in.
Lire le rapport d'état Lire le rapport d'état

Bibliographie

- E. Quaglino, Il Piemonte. Mobili e ambienti dal XV all’inizio del XIX secolo, Milano, 1966

- R. Antonetto, Minusieri ed ebanisti del Piemonte. Storia e immagini del mobile piemontese (1636-1844),Torino, 1985

- A. G. Palacios, Il mobile in Liguria, Milano, 1996

Description

Cette table exceptionnelle et unique en son genre est un véritable joyau d'ébénisterie. Elle a très certainement été réalisée en Ligurie, région exclusivement tournée vers la mer, d'où la présence d'animaux marins décorant le piètement, ainsi que le nœud héraldique de Savoie sous les armoiries du plateau – la République de Gênes ayant été définitivement annexée par le royaume de Piémont-Sardaigne lors du Congrès de Vienne en 1815.
La parure de la coccia, placée sous le plateau, composée de deux essences de bois présente des similitudes avec d'autres meubles réalisés dans le Piémont, notamment la table de Descales (datable vers 1838), aujourd'hui conservée au Palais royal de Turin. Le plateau est centré d'armes d’alliance, probablement celles des familles Grassi et Abrembio. Cette dernière était d’origine napolitaine. Quant aux Grassi, il s’agit des célèbres patriciens vénitiens qui firent édifier le palais éponyme sur le Grand Canal au XVIIIe siècle.
Il est possible que cette table d'apparat ait été réalisée à l’occasion d’un mariage entre ces deux familles au cours du XIXe siècle. Les armoiries de la mariée sont à gauche de celles de l’époux. Les deux écus sont unis sous la couronne héraldique du mari, en l'occurrence un comte, dans un entourage de branches d'olivier et terminé par le nœud de Savoie. Quant au piètement, il est également riche de significations. Les licornes-sirènes sont non seulement les supports héraldiques des dites armes, mais aussi une allusion à la pureté et la fidélité des fiancés. Enfin, le serpent, dans ce contexte, est synonyme de fertilité et prospérité.

Excellence

|
Paris