14
14
Coupe de corporation en forme de cerf bondissant en vermeil, par Hans Caspar Gyger, Zurich, vers 1640
ACCÉDER AU LOT
14
Coupe de corporation en forme de cerf bondissant en vermeil, par Hans Caspar Gyger, Zurich, vers 1640
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Excellence

|
Paris

Coupe de corporation en forme de cerf bondissant en vermeil, par Hans Caspar Gyger, Zurich, vers 1640
reposant sur une terrasse à doucine repoussée de mascarons entourés de feuillages sur fond amati, la partie supérieure ornée de rochers et végétaux, la tête amovible
Haut. 33,5 cm ; 13 1/4 in. high ; 911,3 g. ; 32,15 oz
Lire le rapport d'état Lire le rapport d'état

Description

Dans la société des XVIe et XVIIe siècles, l’importance que l’on attribue aux cérémonies est considérable. Les coupes animalières se développent dans ce contexte, elles étaient particulièrement populaires en Allemagne ou dans les pays voisins notamment la Suisse. Elles servaient de coupe de corporation ou de coupe de bienvenue pour les riches membres de ces clubs. Elles étaient utilisées lors des célébrations, et reprenaient souvent la forme du gibier, en particulier le cerf, la chasse au cerf étant toujours la prérogative de la noblesse.
Les coupes en forme de cerf apparaissent surtout à Augsbourg tout au long du XVIIe siècle, mais, le plus souvent, ces animaux ont un des antérieurs levé, les trois autres reposant sur la terrasse, comme, par exemple, ceux d'Elias Zorer, vers 1586-1590, d'Albrecht von Horn, vers 1616-1620 ou d'Heinrich Mannlich vers 1680-1690, tous trois illustrés dans l'ouvrage d'Helmut Seling Die Kunst der Augsburger Goldschmiede 1529-1868, Band II, nos 149, 455, 456. On peut aussi citer naturellement le cerf bondissant figurant dans le fameux groupe où Diane chevauche un cerf à bois en corail par Matthaus Wallbaum, vers 1600-1605, illustré dans le premier volume d'Helmut Seling, planche VII, ou dans un groupe identique, par Joachim Fries, vers 1615-1620 au musée de Darmstadt, illustré dans Darmstadt Silberkammer, p. 33.

On retrouve le poinçon d’Hans Caspar Gyger (1609-1676) sur d’autres coupes en forme de cerf mentionnées dans l’ouvrage d'Eva-Maria Lösel, Zürcher Goldschmiedekunst, Zürich, 1983, pp. 204-205, n°202 d-h-j et k. Le numéro 202 h, daté 1645, est le seul à être illustré (page 381, figure 101). A la différence du cerf que nous présentons, l'animal est enchaîné, et l'on peut remarquer des similitudes dans le traitement de la base, de la fourrure et du poitrail du cerf.

Excellence

|
Paris