20
ACCÉDER AU LOT
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Art Contemporain - Vente du soir

|
Paris

Zao Wou-Ki
1920 - 2013
3.12.67
signé, signé en chinois; signé, daté 3.12.67 et inscrit au dos
huile sur toile
59,5 x 80,5 cm; 23 7/16 x 31 11/16 in.
Exécuté en 1967.
Lire le rapport d'état Lire le rapport d'état

L'authenticité de cette oeuvre a été confirmée par la Fondation Zao Wou-Ki. L'oeuvre sera incluse dans le Catalogue Raisonné en préparation sous l'égide de Madame Françoise Marquet et Monsieur Yann Hendgen. Elle est accompagnée par un certificat d'authenticité.

Provenance

Collection Monsieur et Madame Henry Clay Frick II, New York (acquis directement auprès de l’artiste en 1968)
Puis par descendance aux propriétaires actuels

Description

QUOTE IN BETWEEN TEXT: Peindre, peindre, toujours peindre, encore
Peindre, peindre, toujours peindre, encore peindre.
Le mieux possible, le vide et le plein, le léger et le dense, le vivant et le souffle.
Zao Wou-Ki



TEXT
Réalisé dans les derniers mois de l’année 1967, 3.12.1967 révèle de façon édifiante l’exceptionnelle maîtrise des variations de palettes les plus subtiles dont Zao Wou-Ki fait preuve dans ces années essentielles à la formation du vocabulaire esthétique qui fera de lui l’un des plus grands artistes de l’époque moderne et contemporaine. S'appuyant aussi bien sur la pure tradition orientale que sur les apports de l'abstraction occidentale, 3.12.1967 évoque en effet tout autant la construction spatiale ancestrale chinoise selon laquelle la toile doit être partagée entre deux espaces d’expression différentiés et symbolisant le ciel et la terre avant de laisser libre cours à la ligne qui viendra établir l'intention au centre de la composition, que la vision fondamentale du modernisme occidental qui donne à cette œuvre un extraordinaire pouvoir expressif.

Parfaite alliance entre deux visions de la peinture trop longtemps considérées comme irréconciliables, 3.12.1967 se fait ainsi le jalon flavescent de l’exploration artistique du maître du vide et du plein invoquant l'esprit de la nature pour donner forme à la brume, au frimas, au brouillard et aux vents ; soit en d’autres termes : à l’insaisissable. A coups de pinceaux que l’on sent puissants et vigoureux, Zao Wou-Ki sculpte ici l’espace de façon unique, brossant un paysage mental tout en livrant un véritable manifeste pictural, le trait se chevauchant ça et là à la manière d’une écriture cursive qui ne serait intelligible qu’à celui digne de la déchiffrer.

Au tout début de l’année 1968, soit quelques semaines seulement après avoir achevé 3.12.1967, c’est à l’un de ces hommes éclairés que Zao Wou-Ki décide d’offrir cette toile chargée. Petit-fils du fondateur de la fabuleuse Frick Collection, magnat américain resté dans la mémoire collective comme l’un des plus grands si ce n’est le plus grand collectionneur de son temps, fils du paléontologue Childs Frick, Henry Clay Frick II n’est effectivement pas seulement issu d’une lignée de grands hommes, il en est un. Président du conseil d’administration de la Frick Collection de 1965 à 2001, médecin émérite enseignant à Columbia University College of Physicians and Surgeons, le jeune cinquantenaire en voyage à Paris avec sa fille s’est notamment distingué par son engagement exemplaire pendant la guerre du Vietnam, s’étant porté volontaire pour servir dans un hôpital de campagne à deux reprises. Passionnés et habités, Henry Clay Frick II et Zao Wou-Ki ne pouvaient dans ces conditions que se reconnaître lors de leur rencontre à l’hiver 1968, il y a maintenant plus d’un demi-siècle. Un demi-siècle au cours duquel cette toile a été précieusement conservée à l’abri des regards pour réapparaître à Paris, là où elle fut imaginée, conçue, révélée.

Art Contemporain - Vente du soir

|
Paris