Tableaux et Dessins 1400–1900 incluant les œuvres d’une importante collection privée symboliste

Tableaux et Dessins 1400–1900 incluant les œuvres d’une importante collection privée symboliste

View full screen - View 1 of Lot 48.  Saint-Nicolas-lez-Arras – Pacage sous bois.

Jean-Baptiste-Camille Corot

Saint-Nicolas-lez-Arras – Pacage sous bois

Auction Closed

June 19, 03:36 PM GMT

Estimate

200,000 - 300,000 EUR

Lot Details

Description

Jean-Baptiste-Camille Corot

Paris 1796 - 1875

Saint-Nicolas-lez-Arras. Pacage sous bois


Oil on canvas

Bears lower right the artist's sale stamp (L.461)

65 x 81 cm ; 25⅝ by 31⅞ in.

____________________________________________


Jean-Baptiste-Camille Corot

Paris 1796 - 1875

Saint-Nicolas-lez-Arras. Pacage sous bois


Huile sur toile

Porte en bas à droite le cachet de la vente Corot (L.461)

65 x 81 cm ; 25⅝ by 31⅞ in.

The artist's sale, Paris, 26 May 1875, lot 216, sold for 3.800 francs to M. Tedesco;

Anonymous sale, Me Albinet, Paris, Hôtel Drouot, 3 December 1888, lot 4, sold for 5.000 francs to M. Mahot de la Quérantonnais;

French Private collection since circa 1900.

____________________________________________


Vente de l'atelier Corot, Paris, 26 mai 1875, lot 216, vendu 3.800 francs à M. Tedesco ;

Vente anonyme, Me Albinet, Paris, Hôtel Drouot, 3 décembre 1888, lot 4, vendu 5.000 francs à M. Mahot de la Quérantonnais ;

Collection particulière française depuis environ 1900. 

A. Robaut, L'œuvre de Corot, catalogue raisonné et illustré, Paris 1965, vol. III, pp. 260-261, no. 2043 (repr.).

____________________________________________


A. Robaut, L'œuvre de Corot, catalogue raisonné et illustré, Paris, 1965, vol. III, p. 260-261, n° 2043 (repr.).

Paris, Galerie Schmit, Jean-Baptiste-Camille Corot dans les collections privées. Peintures-Dessins, April-July 1996, no. 45.

____________________________________________


Paris, Galerie Schmit, Jean-Baptiste-Camille Corot dans les collections privées. Peintures-Dessins, avril-juillet 1996, n° 45.

This ambitious landscape, which has not come onto the market since it was last sold in 1888, has remained in the same important private collection in the north of France since the early twentieth century.

 

Particularly appealing for its balanced composition and its fine condition, this accomplished landscape was painted by Corot between 1872 and 1873, when the artist was staying in Arras with Charles Desavary. On the advice of Robaut, he had fled from Paris and the upheavals of the Commune in April 1871 to join him in north-east France. He painted this work in the last part of his career, a productive period marked by the particular attention he paid to the atmospheric qualities of his landscapes, as well as a more profound investigation of natural phenomena, such as the effect of changing light on the landscape. Like many of his ‘souvenirs’, the present work has a misty appearance typical of the paintings of this period. Lines and forms are softened to recreate the vibrancy of light bouncing off the ground, trees and water, supported by a delicate palette of blues and greys applied with a lively brushstroke.

 

Corot painted this work in Saint-Nicolas-Lez Arras. After sketching it en plein air, he revisited almost all the elements in his studio, in accordance with his customary practice at the end of his career. He retained the two figures in the foreground, but eliminated a tree in the middle of the painting as well as a figure on the right. He preserved the landscape’s peaceful atmosphere: the trees with their green foliage and blue reflections contrast with the play of light on the river on the right, whose transparency is delicately evoked and punctuated with touches of yellow. The painting bears the stamp of the posthumous sale of Corot’s work.

____________________________________________


Cet ambitieux paysage, inédit sur le marché de l’art depuis son dernier passage en vente en 1888, est resté dans la même importante collection privée du Nord de la France depuis le début du XXe siècle.

 

Particulièrement séduisant par sa composition équilibrée et son bel état de conservation, ce beau paysage a été peint par Corot entre 1872 et 1873, alors que l’artiste est installé à Arras chez Charles Desavary. Sur les conseils de Robaut, il a en effet fui Paris et les tumultes de la Commune en avril 1871 pour le rejoindre dans le Nord-est de la France. Il réalise cette œuvre dans la dernière partie de sa carrière, une période productive marquée par une attention particulière portée au caractère atmosphérique des paysages, et une exploration plus approfondie des effets de la nature, cherchant à retranscrire l’impression laissée par les aspects éphémères de la nature, tels que les qualités de la lumière changeante sur les paysages. Comme dans beaucoup de ses « souvenirs », l’œuvre actuelle a un aspect brumeux qui est propre aux toiles de cette période. La ligne et la forme ont été adoucies pour recréer les répercussions et les vibrances de la lumière sur la terre, les arbres et l'eau, associées à une délicate palette chromatique de bleus et de gris appliqués avec de vifs coups de pinceau.

 

Corot effectue cette œuvre à Saint-Nicolas-Lez Arras, après l’avoir étudiée en plein-air et en reprend presque toutes ses parties dans  son  atelier, selon la pratique qu’il applique à la fin  de  sa  carrière.  S’il conserve les  deux personnages au premier plan, il supprime un arbre au centre du tableau, ainsi qu’une figure sur la droite. Il préserve l’atmosphère paisible du paysage, avec ses arbres au feuillage vert et aux reflets bleus, qui contrastent avec le jeu de lumière dans le cours d’eau sur la droite, délicatement traité toute en transparence et ponctué de touches de jaune. L’œuvre porte le timbre de la vente posthume Corot.