View full screen - View 1 of Lot 30. An important silver-gilt two-handled cover cup with stand, John Swift, London, 1738 | Grande coupe couverte à deux anses et son présentoir en vermeil par John Swift, Londres, 1738.
30

An important silver-gilt two-handled cover cup with stand, John Swift, London, 1738 | Grande coupe couverte à deux anses et son présentoir en vermeil par John Swift, Londres, 1738

An important silver-gilt two-handled cover cup with stand, John Swift, London, 1738 | Grande coupe couverte à deux anses et son présentoir en vermeil par John Swift, Londres, 1738

An important silver-gilt two-handled cover cup with stand, John Swift, London, 1738 | Grande coupe couverte à deux anses et son présentoir en vermeil par John Swift, Londres, 1738

An important silver-gilt two-handled cover cup with stand, John Swift, London, 1738 


the baluster cup engraved with applied masks and foliage, the harp-shaped handles cast with bearded masks, the pedestal foot and detachable domed cover further decorated with scrolls and matted foliage, each side engraved with coat-of-arms, the large circular sideboard dish with moulded border with the same arms within Rococo cartouche and the motto RERUM TUTELA MEARUM


Cup 13 3⁄4 in high, 19¾ diam. of the dish, 228 oz ;

___________________________________________


Grande coupe couverte à deux anses et son présentoir en vermeil par John Swift, Londres, 1738


la coupe à deux anses gravée sur chaque face d'armoiries, le grand présentoir rond à bord chantourné gravé aux mêmes armes dans des cartouches rocaille et de la devise RERUM TUTELA MEARUM, le bord chantourné orné de rinceaux et motifs de vagues stylisées


Haut. de la coupe 36 cm, diam. du présentoir 50,3 cm, 6.463 g.

To request a Condition Report, please contact Thierry.de.Lachaise@sothebys.com



In response to your inquiry, we are pleased to provide you with a general report of the condition of the property described above. Since we are not professional conservators or restorers, we urge you to consult with a restorer or conservator of your choice who will be better able to provide a detailed, professional report. Prospective buyers should inspect each lot to satisfy themselves as to condition and must understand that any statement made by Sotheby's is merely a subjective qualified opinion. NOTWITHSTANDING THIS REPORT OR ANY DISCUSSIONS CONCERNING CONDITION OF A LOT, ALL LOTS ARE OFFERED AND SOLD "AS IS" IN ACCORDANCE WITH THE CONDITIONS OF SALE PRINTED IN THE CATALOGUE.

Sotheby's London, 13 juin 1983, n° 56.
Collection Al Tajir, Christie's New York, 19 avril 2002, n° 402.
The Glory of the Goldsmiths : Magnificent Gold and Silver from the Al-Tajir collection, Christie's London, 1989, n° 76, p. 107.
The Glory of the Goldsmiths : Magnificent Gold and Silver from the Al-Tajir collection, Christie's London, 1989, n° 76.

La devise Rerum Tutela Mearumen gravée sur le socle se traduit par "La protection de mes objets", ce qui suggère que cette importante pièce en argent était un précieux cadeau. Les armes gravées sont celles des familles Cope et Calthorpe. Sir John Cope, 6ème Baronnet (1673-1749) de Bramshill (Hampshire) n'a été marié qu'une seule fois, en 1696 à Alice, fille de Sir Humphrey Monoux, 2ème Baronnet de Wootton (Bedfordshire)


On ignore aujourd'hui les relations qui existaient entre Sir John Cope et la famille Calthorpe, en dehors du fait que tous deux habitaient le comté du Hampshire. Sir John Cope et Sir Henry Calthorpe (c.1717-1788) d'Elvethames ont tous deux été admis comme chevaliers du Bain le 20 octobre 1744.


Ce cadeau aurait pu être donné à l'occasion de la nomination, dans le testament de Sir Henry Calthorpe (National Archives, Kew, PROB 11/1165), signé le 27 février 1741, de Monoux Cope, fils de Sir John Cope comme l'un de ses exécuteurs testamentaires. Monoux Cope a succédé au titre de 7ème Baronnet à la mort de son père en 1749 mais est décédé avant Calthorpe en 1763. Sir Henry est mort sans descendance et ses biens ont été hérités par son neveu, Sir Henry Gough Baronnet.


Manifestement, ces deux hommes se connaissaient. Cependant il est impossible de savoir précisement les relations qu'ils entretenaient. La situation s'avère encore plus compliquée par le fait que Henry Calthorpe a été déclaré aliéné en 1747 et est resté dans cet état jusqu'à sa mort en 1788.