View full screen - View 1 of Lot 38. Tissu cérémoniel pua, Iban, Bornéo, Indonésie, début du 20e siècle | Ceremonial cloth pua, Iban, Borneo, Indonesia, early 20th century.
38

Tissu cérémoniel pua, Iban, Bornéo, Indonésie, début du 20e siècle | Ceremonial cloth pua, Iban, Borneo, Indonesia, early 20th century

VAT reduced rate

Estimate:

8,000

to
- 12,000 EUR

Tissu cérémoniel pua, Iban, Bornéo, Indonésie, début du 20e siècle | Ceremonial cloth pua, Iban, Borneo, Indonesia, early 20th century

Tissu cérémoniel pua, Iban, Bornéo, Indonésie, début du 20e siècle | Ceremonial cloth pua, Iban, Borneo, Indonesia, early 20th century

Estimate:

8,000

to
- 12,000 EUR

Lot sold:

61,740

EUR

Tissu cérémoniel pua, Iban, Bornéo, Indonésie, début du 20e siècle


197 x 102 cm ; 77½x 40 in

To request a Condition Report, please contact Pierre.mollfulleda@sothebys.com and simon.meynen@sothebys.com


Please note: Condition XVI of the Conditions of Business for Buyers (Online Only) is not applicable to this lot. (Veuillez noter que l'Article XVI des Conditions Générales de Vente applicables aux Acheteurs (Ventes Effectuées Exclusivement en Ligne) n'est pas applicable pour ce lot.)


(LE LOT EST VENDU TEL QUEL, DANS L'ÉTAT OU IL SE TROUVE AU MOMENT DE LA VENTE EN LIGNE. LE RAPPORT D'ÉTAT FOURNI EN LIGNE EST À TITRE INDICATIF UNIQUEMENT ET A POUR BUT D'AIDER À ÉVALUER L'ÉTAT DU LOT. LES IMAGES DU LOT FONT ÉGALEMENT PARTIE DU RAPPORT DE CONDITION FOURNI PAR SOTHEBY'S. TOUTE RÉFÉRENCE À L'ÉTAT DANS LE RAPPORT DE CONDITION EN LIGNE NE CONSTITUE PAS UNE DESCRIPTION COMPLÈTE DE L'ÉTAT. LE RAPPORT D'ÉTAT EN LIGNE PEUT DÉCRIRE CERTAINES IMPERFECTIONS DU LOT, VOUS DEVEZ CEPENDANT NOTER QUE LE LOT PEUT CONTENIR D'AUTRES DÉFAUTS QUE NE SONT PAS DÉCRITS DANS LE RAPPORT D'ÉTAT DU LOT OU QUI NE SONT PAS VISIBLES SUR LES IMAGES DU LOT LE RAPPORT D'ÉTAT EN LIGNE PEUT NE PAS DÉCRIRE TOUS LES DÉFAUTS D'UN LOT, TELS QUE LES RESTAURATIONS, DÉGRADATIONS, OU ADAPTIONS, CAR SOTHEBY'S N'EST PAS RESTAURATEUR OU CONSERVATEUR PROFESSIONNEL. LE RAPPORT D'ÉTAT EST UNE DESCRIPTION SUBJECTIVE ET QUALIFIÉE EFFECTUÉ PAR SOTHEBY'S (PAR EXEMPLE DES INFORMATIONS SUR LA COULEUR, LA CLARTÉ ET LE POIDS DE PIERRES SONT DES EXPOSÉS D'OPINION SEULEMENT ET NON DES EXPOSÉS DES FAITS EFFECTUÉS PAR SOTHEBY'S). VEUILLEZ ÉGALEMENT NOTER QUE NOUS NE GARANTISSONS PAS ET NE SOMMES PAS RESPONSABLES DES CERTIFICATS DE LABORATOIRES DE GEMMOLOGIE QUI PEUVENT ACCOMPAGNER DES LOTS. DE PLUS CERTAINES IMAGES FOURNIES EN LIGNE PEUVENT NE PAS REFLÉTER L'ÉTAT VÉRITABLE DU LOT (PAR EXEMPLE LES IMAGES EN LIGNE PEUVENT MONTRER DES COULEURS OU OMBRES QUI SONT DIFFÉRENTES DES VÉRITABLES COULEURS ET OMBRES D'UN LOT) C'EST POUR TOUTES CES RAISONS QUE LE RAPPORT DE CONDITION EN LIGNE N'EST PAS UNE ALTERNATIVE AUX CONSEILS PROFESSIONNELS, QUE VOUS POURRIEZ PRENDRE, CONCERNANT L'ÉTAT D'UN LOT. NOS FUTURS ACHETEURS DEVRAIENT SE RÉFÉRER AUX SECTIONS APPROPRIÉES DE NOTRE GUIDE D'ACHAT AUX ENCHÈRES QUI INCLUT DES INFORMATIONS IMPORTANTES SUR LE GENRE DE LOTS VENDUS DANS LA VENTE. NONOBSTANT LE RAPPORT DE CONDITION EN LIGNE OU TOUTES DISCUSSIONS À PROPOS D'UN LOT, TOUS LES LOTS SONT OFFERTS À LA VENTE « EN L'ÉTAT » CONFORMÉMENT À NOS CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTES (EN LIGNE UNIQUEMENT) )


The lot is sold in the condition it is in at the time of sale. The condition report is provided to assist you with assessing the condition of the lot and is for guidance only. Any reference to condition in the condition report for the lot does not amount to a full description of condition. The images of the lot form part of the condition report for the lot. Certain images of the lot provided online may not accurately reflect the actual condition of the lot. In particular, the online images may represent colors and shades which are different to the lot's actual color and shades. The condition report for the lot may make reference to particular imperfections of the lot but you should note that the lot may have other faults not expressly referred to in the condition report for the lot or shown in the online images of the lot. The condition report may not refer to all faults, restoration, alteration or adaptation. The condition report is a statement of opinion only. For that reason, the condition report is not an alternative to taking your own professional advice regarding the condition of the lot. NOTWITHSTANDING THIS ONLINE CONDITION REPORT OR ANY DISCUSSIONS CONCERNING A LOT, ALL LOTS ARE OFFERED AND SOLD "AS IS" IN ACCORDANCE WITH THE CONDITIONS OF SALE/BUSINESS APPLICABLE TO THE RESPECTIVE SALE.

Collection privée, Suisse, avant 1980

Indianapolis Museum of Art, Indianapolis (prêt long terme)

A Bornéo, une femme Iban qui tisse un pua fait surgir entre ses mains les futurs trésors de sa famille, transmis de génération en génération. Elle immortalise, dans le répétitif entrelacement de la chaîne et de la trame, le répertoire immémorial des légendes et mythes de son peuple. Elle affirme, enfin, sa place dans un monde régi par le sacré, les cérémonies, les rites.

Car la beauté des pua – couvertures cérémonielles Iban par excellence – n’a d’égale que leur puissance symbolique. Puissants parmi les puissants, les pua sungkit font l’objet d’une révérence particulière. La force et l’efficacité de ces étoffes, fondamentales dans les rites où elles entrent en jeu, puisent leurs sources dans le pouvoir des tisserandes et l’efficience des motifs qu’elles font naître. 


Au contraire d’autres pua, comme le pua kumbu, le répertoire de motifs de pua sungkit reste assez limité et beaucoup imitent les motifs patola des doubles ikat indiens chéris en Indonésie comme textiles cérémoniels, symboles de richesse et de prestige. Existent pourtant des formes rares, comme celle de la « figure dansante », dont la rareté s’explique lorsque l’on sait que seules les plus audacieuses des tisserandes se risquaient à les représenter. Les pua sungkit sont en effet le privilège des femmes ayant atteint, dans l’art du tissage, le rang de maître (indu tau muntang tau tengkebang « celle qui sait comment plier les fils et créer de nouveaux motifs ») ou de grand-maître (indu tau takar tau gaar « celle qui sait mesurer le mordant et traiter les fils »). C’est également entre leurs mains que l’étoffe, une fois achevée, prend toute sa place au sein de la cérémonie du Gawai Enchaboh Arong.


Cette cérémonie, qui voit hommes et femmes se réunir pour assurer la protection et la prospérité de la communauté, se conçoit en lien direct avec la pratique ancestrale de la chasse aux têtes, activité exclusivement masculine. Lorsqu’ayant prouvé leur bravoure, les jeunes guerriers rentrent au village avec une tête trophée, l’étape du Gawai Enchaboh Arong parachève le rite de passage. A genou, telle une sage-femme mettant au monde un bébé, la tisserande recueille précieusement la tête dans son pua sungkit et place l’ensemble dans un bol en céramique. Promenée dans le village au milieu d’une procession de femmes chantantes, la tête trophée subit une expurgation rituelle. Débarrassée de toute énergie négative par l’action combinée de la puissance surnaturelle du pua sungkit et des chants des femmes, elle atteint enfin le stade souhaité d’objet bénéfique de pouvoir, capable d’assurer la prospérité et la pérennité du clan.


Le choix décoratif des six rangées de divinités qui forment le motif central de ce pua et sa belle couleur d’un rouge profond que font ressortir les décors bleus teintés à l’indigo sont la marque précieuse que ce textile est la réalisation d’une tisserande à la puissance rituelle particulièrement forte. Proche dans son décor du pua sungkit de l’ancienne collection Steven G. Alpert, aujourd’hui conservé au Dallas Museum of Art, il est sans contexte un splendide exemplaire de maitrise technique au service de l’art rituel.


In Borneo, an Iban woman who weaves a pua brings forth with her hands the future treasures of her family, to be transmitted from generation to generation. She immortalizes, in the repetitive interlacing of the warp and weft, the immemorial repertoire of the legends and myths of her people. She affirms, in fact, her place in a world governed by the sacred, the ceremonies and the rites.


For the beauty of the pua - Iban ceremonial blankets par excellence - is matched only by their symbolic power. Powerful among the powerful, the pua sungkit are the object of particular reverence. The strength and effectiveness of these fabrics, fundamental to the rites for which they are used, are rooted in the power of the weavers and the efficiency of the patterns they create. 


Unlike other pua, such as pua kumbu, the repertoire of pua sungkit designs remains quite limited and many imitate the patola designs of the Indian double ikat cherished in Indonesia as ceremonial textiles, symbols of wealth and prestige. However, there are rare forms, such as the "dancing figure", whose rarity is explained by the fact that only the most daring weavers dared to represent them. The pua sungkit are in fact the privilege of women who have reached the rank of master (indu tau muntang tau tengkebang - "the one who knows how to bend the threads and create new patterns") or grandmaster (indu tau takar tau gaar - "the one who knows how to measure the mordant bath and handle the threads") in the art of weaving. It is also in their hands that the fabric, once completed, fully takes its place at the heart of the Gawai Enchaboh Arong ceremony.


This ceremony, which has men and women come together to ensure the protection and prosperity of the community, is conceived as a direct link to the ancestral practice of headhunting, an exclusively male activity. When young warriors have proven their bravery and return to the village with a trophy head, the Gawai Enchaboh Arong is the step that completes this rite of passage. Kneeling down, like a midwife bringing a baby into the world, the weaver carefully collects the head in her pua sungkit and places the whole in a ceramic bowl. Carried through the village by a procession of chanting women, the trophy head undergoes a ritual purging. Cleared of all negative energy by the combined action of the supernatural power of the pua sungkit and the women's singing, it finally reaches the desired stage of being a beneficial object of power, capable of ensuring the prosperity and continuity of the clan.


The decorative choice of the six rows of deities that form the central motif of this pua and its beautiful deep red color, which heightens the blue indigo-dyed decorations, are the precious mark that this textile is the work of a weaver with a particularly strong ritual power. Similar in its decoration to the pua sungkit previously in the Steven G. Alpert collection, now in the Dallas Museum of Art, it is without contest a splendid example of technical mastery in the service of ritual art.