View full screen - View 1 of Lot 78. HENRI LEHMANN | ALLEGORY OF HUMAN LIFE OR THE AGES OF LIFE.
78

HENRI LEHMANN | ALLEGORY OF HUMAN LIFE OR THE AGES OF LIFE

HENRI LEHMANN | ALLEGORY OF HUMAN LIFE OR THE AGES OF LIFE

HENRI LEHMANN | ALLEGORY OF HUMAN LIFE OR THE AGES OF LIFE

This lot has been withdrawn

HENRI LEHMANN

Kiel 1814 - 1882 Paris

ALLEGORY OF HUMAN LIFE OR THE AGES OF LIFE


Oil on canvas; monogrammed lower left HL


88,4 x 128,7 cm ; 34 3/4 by 50 2/3 in. 


__________________________________________________________________


HENRI LEHMANN

Kiel 1814 - 1882 Paris

ALLÉGORIE DE LA VIE HUMAINE OU LES TROIS ÂGES DE LA VIE 


Huile sur toile ; monogrammé en bas à gauche HL


88,4 x 128,7 cm ; 34 3/4 by 50 2/3 in. 


Due to the various measures taken to deal with the Covid-19 epidemic, property collection and shipment of this lot will be delayed until the offices where it is located are able to reopen. Please refer to the “auction details” tab. Thank you for your understanding

Please contact FRpostsaleservices@sothebys.com for any shipping inquiries.

 

[En raison des circonstances actuelles liées au COVID-19, la livraison de ce lot ne pourra intervenir qu’après la réouverture des locaux de Sotheby’s dans lesquels il se trouve. Nous vous remercions de votre compréhension et nous vous invitons à consulter l’onglet « auction details ».

Pour toute demande concernant le transport, veuillez contacter FRpostsaleservices@sothebys.com.]

Le tableau a fait l'objet d'un rentoilage et semble dans un état satisfaisant ; la tension est bonne. Le support semble sain et stable.

La couche picturale ne présente ni manque, ni soulèvement apparent. On observe une légère usure généralise due au rentoilage.

On remarque un réseau de craquelures visibles, dont certaines sont ouvertes par endroits. On observe notamment plusieurs craquelures de séchage prématurées dans certaines zones de la partie basse.


A la lampe UV

On remarque des repeints de faible importance disséminés à la surface de la toile.

On observe trois zones de retouches plus importantes, correspondant sans doute à des comblements de craquelures : dans l'arbre et le dos du vieillard à gauche ; dans le bras et la chevelure de la femme allongée ; dans les cheveux et le dos de l'homme à ses côtés.


Vendu dans un cadre ancien en bois doré.

Veuillez noter que Sotheby's ne garantit pas l'état des cadres.


The painting has been relined but seems to be in a reasonable condition; the tension seems to be good. It also seems to be flat and stable.

The painted surface does not seem to show any loss or uplift. Due to the relining, a slightly global wear can be noticed.

The painted surface is covered with a fine craquelure pattern; some of them are open. Due to the drying, some premature cracks can be observed in the lower part.


Under UV light

Some minor retouching can be noticed throughout the surface. Three larger areas of retouching can be seen, certainly due to opened cracks filled in: in the tree and the old man's back; in the reclining woman's arm and hair; in the man's hair and back beside her.


Offered with an old giltwood frame.

Please note that Sotheby's does not guarantee the condition of the frame.


(LE LOT EST VENDU TEL QUEL, DANS L'ÉTAT OU IL SE TROUVE AU MOMENT DE LA VENTE EN LIGNE. LE RAPPORT D'ÉTAT FOURNI EN LIGNE EST À TITRE INDICATIF UNIQUEMENT ET A POUR BUT D'AIDER À ÉVALUER L'ÉTAT DU LOT. LES IMAGES DU LOT FONT ÉGALEMENT PARTIE DU RAPPORT DE CONDITION FOURNI PAR SOTHEBY'S. TOUTE RÉFÉRENCE À L'ÉTAT DANS LE RAPPORT DE CONDITION EN LIGNE NE CONSTITUE PAS UNE DESCRIPTION COMPLÈTE DE L'ÉTAT. LE RAPPORT D'ÉTAT EN LIGNE PEUT DÉCRIRE CERTAINES IMPERFECTIONS DU LOT, VOUS DEVEZ CEPENDANT NOTER QUE LE LOT PEUT CONTENIR D'AUTRES DÉFAUTS QUE NE SONT PAS DÉCRITS DANS LE RAPPORT D'ÉTAT DU LOT OU QUI NE SONT PAS VISIBLES SUR LES IMAGES DU LOT LE RAPPORT D'ÉTAT EN LIGNE PEUT NE PAS DÉCRIRE TOUS LES DÉFAUTS D'UN LOT, TELS QUE LES RESTAURATIONS, DÉGRADATIONS, OU ADAPTIONS, CAR SOTHEBY'S N'EST PAS RESTAURATEUR OU CONSERVATEUR PROFESSIONNEL. LE RAPPORT D'ÉTAT EST UNE DESCRIPTION SUBJECTIVE ET QUALIFIÉE EFFECTUÉ PAR SOTHEBY'S (PAR EXEMPLE DES INFORMATIONS SUR LA COULEUR, LA CLARTÉ ET LE POIDS DE PIERRES SONT DES EXPOSÉS D'OPINION SEULEMENT ET NON DES EXPOSÉS DES FAITS EFFECTUÉS PAR SOTHEBY'S). VEUILLEZ ÉGALEMENT NOTER QUE NOUS NE GARANTISSONS PAS ET NE SOMMES PAS RESPONSABLES DES CERTIFICATS DE LABORATOIRES DE GEMMOLOGIE QUI PEUVENT ACCOMPAGNER DES LOTS. DE PLUS CERTAINES IMAGES FOURNIES EN LIGNE PEUVENT NE PAS REFLÉTER L'ÉTAT VÉRITABLE DU LOT (PAR EXEMPLE LES IMAGES EN LIGNE PEUVENT MONTRER DES COULEURS OU OMBRES QUI SONT DIFFÉRENTES DES VÉRITABLES COULEURS ET OMBRES D'UN LOT) C'EST POUR TOUTES CES RAISONS QUE LE RAPPORT DE CONDITION EN LIGNE N'EST PAS UNE ALTERNATIVE AUX CONSEILS PROFESSIONNELS, QUE VOUS POURRIEZ PRENDRE, CONCERNANT L'ÉTAT D'UN LOT. NOS FUTURS ACHETEURS DEVRAIENT SE RÉFÉRER AUX SECTIONS APPROPRIÉES DE NOTRE GUIDE D'ACHAT AUX ENCHÈRES QUI INCLUT DES INFORMATIONS IMPORTANTES SUR LE GENRE DE LOTS VENDUS DANS LA VENTE. NONOBSTANT LE RAPPORT DE CONDITION EN LIGNE OU TOUTES DISCUSSIONS À PROPOS D'UN LOT, TOUS LES LOTS SONT OFFERTS À LA VENTE « EN L'ÉTAT » CONFORMÉMENT À NOS CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTES (EN LIGNE UNIQUEMENT) )


The lot is sold in the condition it is in at the time of sale. The condition report is provided to assist you with assessing the condition of the lot and is for guidance only. Any reference to condition in the condition report for the lot does not amount to a full description of condition. The images of the lot form part of the condition report for the lot. Certain images of the lot provided online may not accurately reflect the actual condition of the lot. In particular, the online images may represent colors and shades which are different to the lot's actual color and shades. The condition report for the lot may make reference to particular imperfections of the lot but you should note that the lot may have other faults not expressly referred to in the condition report for the lot or shown in the online images of the lot. The condition report may not refer to all faults, restoration, alteration or adaptation. The condition report is a statement of opinion only. For that reason, the condition report is not an alternative to taking your own professional advice regarding the condition of the lot. NOTWITHSTANDING THIS ONLINE CONDITION REPORT OR ANY DISCUSSIONS CONCERNING A LOT, ALL LOTS ARE OFFERED AND SOLD "AS IS" IN ACCORDANCE WITH THE CONDITIONS OF SALE/BUSINESS APPLICABLE TO THE RESPECTIVE SALE.

Please note this lot has been withdrawn.

In this unusual iconography, unique in Henri Lehmann’s œuvre, we suggest that the viewer is being offered an illustrated microcosm of a complete life, reduced to its most important stages. Lehmann presents himself as an erudite painter of the ages of man, using a concept inherited from antiquity, no doubt enriched with a scholarship whose details are unknown to us. Sketches of a kneeling figure similar to the old man in the present composition are itemised in the catalogue raisonné, although it has not proved possible to match them to a known composition.


Lehmann was a pupil of Ingres, the great master of classicism, who passed on his love of antiquity and the Italian Renaissance, as well as the importance of becoming familiar with them in order to draw and paint with accuracy. Born in 1814, Lehmann trained for a time with his father before joining the studio of the master he would never really abandon. His German origins prevented him from competing for the Grand Prix but he exhibited at the Salon from 1835 onwards. In Paris, he lived with his uncle, a wealthy banker and art lover, whose salons he frequented. Here he associated with Chopin, Liszt and Gérard. These social occasions were an opportunity for him to promote his recognised talents as a portrait painter and to establish strong connections with his models. It was in this way that he developed a close friendship with Liszt and his mistress Marie d’Agoult: Lehmann’s portraits of the couple are now in the Musée Carnavalet.


After Ingres became director of the Villa Medici, a post he held between 1835 and 1841, Lehmann remained very close to his master and continued to send him his compositions in order to obtain advice from the mentor he admired. He finally joined him in Rome in 1838. 


In the present composition, Lehmann pays a double tribute to his master. Ingres was a great admirer of the painters of the Italian Renaissance, regarding them as having reached the apotheosis of pictorial art, and was much inspired by them in his own compositions. Through his languid figure in the foreground, Lehmann reminds us that like his master he is familiar with Venice and the artists of the Cinquecento. While his focus is not on the sensuality of the female figure as painted by Giorgione and Titian, the link is evident in the pose. Further, with the layering of horizontal space, Henri Lehmann draws the viewer’s eye from scene to scene, increasing the sense of depth. While a broad interpretation is needed in order to understand the painting, the ambiguous symbolism that stems from the absence of any title given by the artist perpetuates the viewer’s questions, recalling certain Venetian works.


Beyond this inspiration, Lehmann was almost certainly influenced by the Neo-Gréc movement, whose followers saw themselves as being in the Ingres tradition. Ingres himself did not remain impervious to the trend and committed himself to it for a time. Reference to antiquity, which had been important since the eighteenth century, thus evolved around the 1840s. Until then, antiquity had been represented with austere compositions, but now it became a theatre of idyll and dreams, combining the serious with the suggestive. Lehmann was undoubtedly inspired by Neo-Gréc in the present painting, which shows the stages of life unfolding. Thus, it might be tempting to see a life beginning in the background, where two young people are being invited to join a circle of dancers, and its progress to the next stage manifested in the standing couple seen from the back, whose physical connection seems to anticipate the foreground scene. Here, they have reached adulthood, symbolised by the arrival of a child. Finally, the twilight of life is expressed in the figures sitting at the base of a tree, with the soft light of the growing darkness falling upon them. 


The neoclassical frieze construction is here broken by the two couples on the right, but the teaching of drawing as the basis for everything is still apparent in Lehmann’s figures, finely delineated with gracefully floating drapery. The palette too has become warmer and more varied. Throughout his career, many critics judged Lehmann’s colours to be cold, arid, even archaic, but here on the contrary the warmth of the tints draws us into the ambience of a summer evening. Without succumbing to melancholy, life continues to resonate in the music and dance whose echo fills the furthest planes.


__________________________________________________________________


Iconographie singulière et inédite dans l’œuvre d’Henri Lehmann, nous proposons à celui qui la regarde d’y voir le microcosme d’une vie entière résumée à ses grandes étapes. Conception héritée de l’Antiquité, sans doute enrichie d’une érudition qui nous échappe ici, Lehmann se fait le peintre savant des âges de l’homme. Des croquis d’une figure agenouillée semblable au vieillard de notre composition sont recensés dans le catalogue raisonné, sans que toutefois nous ne puissions les rapprocher d’une composition connue.


Élève d’Ingres, le grand maître du Classicisme lui transmet son amour de l’Antiquité, de la Renaissance italienne et la nécessité de s’en approcher pour dessiner et peindre avec justesse. Né en 1814, Lehmann se forme un temps chez son père avant de venir dans l’atelier de celui qu’il ne quittera jamais vraiment. Ses origines allemandes ne lui permettent pas de concourir au Grand Prix mais il expose au Salon dès 1835. A Paris, il vit par ailleurs chez son oncle, riche banquier, amateur d’art et dont il fréquente les salons. C’est là qu’il se lie avec Chopin, Liszt et Gérard. Ces relations mondaines sont pour lui l’occasion de proposer ses talents reconnus de portraitiste et de nouer des liens très forts avec ses modèles. Il se lie ainsi d’une amitié profonde avec Liszt et sa maîtresse Marie d’Agoult, dont les portraits par Lehmann sont aujourd’hui au musée Carnavalet.


Resté très proche de son maître Ingres, devenu directeur de la Villa Médicis où il officie entre 1835 et 1841, Lehmann continue de lui envoyer ses compositions afin d’avoir l’avis de celui qu’il admire et finit par le rejoindre en 1838.


Dans notre composition, l’hommage au maître est double. Grand admirateur de la Renaissance italienne dont les peintres sont d’après lui parvenus au sublime de l’art pictural, Ingres s’en inspira beaucoup dans ses propres compositions. Avec sa figure alanguie au premier plan, Lehmann nous rappelle qu’à l’instar de son maître dans son Jupiter et Antiope, il a vu Venise et les artistes du Cinquecento. S’il n’insiste pas sur la sensualité des figures féminines de Giorgione et Titien, le lien se fait dans la pose. Plus encore avec cette superposition de l’espace horizontal, Henri Lehmann invite notre regard à passer de scène en scène et à gagner en profondeur. Si une interprétation globale doit être appréhendée afin de comprendre le tableau, la symbolique ambigüe due à l’absence de titre donné par l’artiste, entretient les interrogations du spectateur et nous rappelle certaines œuvres vénitiennes.


Au-delà de cette inspiration, Lehmann est sans doute touché par le courant néogrec dont les membres se plaçaient dans la lignée d’Ingres. Ce dernier lui-même n’y était pas resté insensible et s’y adonna un temps. La référence à l’Antiquité, prégnante depuis le XVIIIe siècle, évolue ainsi vers les années 1840. Mise en scène par des compositions rigoureuses jusqu’alors, elle devient le théâtre de l’idylle et de l’onirisme, mêlant au sérieux le scabreux. Lehmann a sans doute été touché par la mouvance néogrecque dans son tableau où les étapes de l’existence défilent. Nous serions ainsi tentés de voir une vie qui débute à l’arrière-plan où deux jeunes gens sont invités à rejoindre la ronde dansante ; puis se poursuit jusqu’au couple debout de dos et dont le lien physique préfigure la scène du premier plan. Parvenu à l’âge adulte symbolisé par la venue de l’enfant, le crépuscule de la vie résonne finalement dans les figures sous l’arbre, éclairées par la lumière douce du soir naissant.


La construction néoclassique en frise est ici rompue par les deux couples à droite, mais l’enseignement du dessin comme base de tout reste sensible dans les figures de Lehmann aux traits fins et aux drapés flottant délicatement. La palette quant à elle, devient plus chaude et diverse. Ainsi, si au fil de sa carrière, nombreuses avaient été les critiques à juger les coloris de Lehmann froids, secs voire même archaïques, là au contraire, les teintes se font chaudes et nous plongent dans l’atmosphère d’un soir d’été. Sans céder à la mélancolie, la vie continue de résonner dans la musique et la danse dont l’écho occupe les plans les plus reculés.