View full screen - View 1 of Lot 166. MASQUE COMPLEXE YUP'IK, DELTA DU YUKON, ALASKA.
166

MASQUE COMPLEXE YUP'IK, DELTA DU YUKON, ALASKA

Estimate:

80,000

to
- 120,000 EUR

MASQUE COMPLEXE YUP'IK, DELTA DU YUKON, ALASKA

MASQUE COMPLEXE YUP'IK, DELTA DU YUKON, ALASKA

Estimate:

80,000

to
- 120,000 EUR

Lot sold:

98,280

EUR

MASQUE COMPLEXE YUP'IK, DELTA DU YUKON, ALASKA


haut. 22 cm ; 8 ⅔ in

To request a condition report for this lot, please contact  Simon.Meynen@sothebys.com


"In response to your inquiry, we are pleased to provide you with a general report of the condition of the property described above. Since we are not professional conservators or restorers, we urge you to consult with a restorer or conservator of your choice who will be better able to provide a detailed, professional report. Prospective buyers should inspect each lot to satisfy themselves as to condition and must understand that any statement made by Sotheby's is merely a subjective, qualified opinion. Prospective buyers should also refer to any Important Notices regarding this sale, which are printed in the Sale Catalogue.

NOTWITHSTANDING THIS REPORT OR ANY DISCUSSIONS CONCERNING A LOT, ALL LOTS ARE OFFERED AND SOLD AS IS" IN ACCORDANCE WITH THE CONDITIONS OF BUSINESS PRINTED IN THE SALE CATALOGUE."  

Collection Joseph Chilberg, acquis in situ entre 1898-1899

Collection Jeffrey Myers, New York

Galerie Flak, Paris

Brown, Spirits of the Water : Native Art Collected on Expedition to Alaska and British Columbiq, 1774-1910, 2000, p. 166

Par Julien Flak


"Selon les conceptions et croyances eskimos, il existe plusieurs mondes parallèles que le chamane peut visiter. Ces mondes parallèles sont, dans l’art eskimo, souvent figures par des cercles concentriques.

Les cérémonies masquées occupaient une place prépondérante dans la vie quotidienne et la culture des peuples Eskimos. Elles étaient notamment organisées avant le départ des hommes pour la pêche ou la chasse en vue de se concilier les esprits gouvernant le monde animal.


Comme souvent dans l’art eskimo, ce masque offre plusieurs niveaux de lectures et d’interprétations :


Au niveau de la représentation formelle, ce masque évoque les ondes concentriques provoquées dans l’eau par un phoque remontant à la surface. Le cercle central dans lequel est figure le visage figure alors le trou dans la banquise par lequel les Eskimos pouvaient chasser et pêcher. D’après John. W. Chapman (Notes on the Tinneh Tribe of Anvik, Alaskay, 1970), ce type de masque figurerait une bulle d’eau emprisonnée dans la glace. Lors d’une cérémonie masquée observée en 1892 sur l’ile de Little Diomede (détroit de Béring) et rapportée par E.W. Curtis (chapitre « The Shaman and the Mask » dans Eskimo Masks, art & ceremony, 1967), le mythe suivant, mettant en scène le chaman Unguktunguk était illustre :


Après avoir bouché l’entrée de la maison avec un large morceau de glace percé en son milieu, Unguktunguk se fit happer par l’esprit du phoque. Il disparut par le trou dans la glace et reapparut par trois fois en poussant le cri du phoque. A sa quatrième apparition, un guerrier le harponna à la tête. Il se mit à saigner abondamment et disparut de nouveau par le trou, entrainant le harpon avec lui. Les hommes présents attirèrent de nouveau le phoque à eux en tirant sur la corde du harpon. Le chamane réapparut sous sa forme humaine, indemne et sans trace de blessure. Cette évocation de la chasse au phoque permettait d’assurer le succès des futures campagnes de chasse ou une pêche fructueuse.


Comme on l’a vu précédemment, les cercles concentriques figurent les mondes parallèles que le chamane, en revêtant ce masque, peut visiter lors de ses transes. Le visage central, mi-homme mi-animal figure vraisemblablement un esprit tunghak (appelé parfois « The Man on the Moon » ) qui guide, a l’aide de ses mains, les animaux marins (phoques, morses) vers le monde des hommes. Les Yup’ik faisaient danser ces masques pour se concilier cet esprit et s’assurer ainsi que les campagnes de pêche/chasse seront fructueuses.


 Le masque, sculpté dans un bois de cèdre, figure un visage (mi-homme mi-oiseau) de forme circulaire entoure d’une succession de cercles concentriques et de sillons. A la circonférence du masque sont attachés des mains et des jambes fixées au masque à l’aide d’attaches en fanon baleine. Les trous de fixation que l’on retrouve sur la circonférence permettaient d’ajouter des ornements, en particulier des plumes. Ce masque laisse encore apparaitre notamment dans les anfractuosités des sillons des traces pigments rouges qui laissent supposer qu’il était à l’origine peint de couleurs vives.


A l’arrière du masque figure au niveau de la bouche un mors de préhension qui permettait au chamane / danseur masque de conserver le masque devant sa tête sans s’aide de ses mains ou de liens.


Il se dégage de ce visage un profond mystère et une grande poésie. Ce masque semble figurer un manifeste surréaliste à lui seul."