49
49
Joug en pierre
Culture Veracruz, Côte du Golfe
Classique, 450-650 AP. J.-C.
VERACRUZ STONE EFFIGY YOKE 
Estimate
80,000120,000
JUMP TO LOT
49
Joug en pierre
Culture Veracruz, Côte du Golfe
Classique, 450-650 AP. J.-C.
VERACRUZ STONE EFFIGY YOKE 
Estimate
80,000120,000
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Le Soleil de Nuit : Trésors Précolombiens d'une Grande Collection Française

|
Paris

Joug en pierre
Culture Veracruz, Côte du Golfe
Classique, 450-650 AP. J.-C.
VERACRUZ STONE EFFIGY YOKE 

Provenance

Collection du Dr. Charles Maillant (1898-1993), Neuilly, acquis avant 1940
Collection privée, Paris
Christie's, Paris, 12 juin 2003, n° 671
Importante Collection privée française

Exhibited

Paris, Galerie Jacques Péron, Résonances des arts primitifs, 12 février - 12 mars 1960

Literature

Péron (J.), Résonances des arts primitifs, 1960, n. p., n° 20

Catalogue Note

Plus qu’un simple sport, le jeu de balle ullamaliztli occupait dans les cultures mésoaméricaines un rôle rituel et politique. Plus de mille cinq cents terrains furent ainsi recensés sur mille deux cent cinquante sites, attestant l’importance et la permanence de cette institution. Trouvant son origine dans la civilisation olmèque, l'existence de ce jeu chez les Aztèques fut rapportée par les Conquistadors. Le jeu de balle peut se pratiquer dans des contextes différents. Si certains ont une signification symbolique d’ordre manifestement religieux – rite de fertilité, cérémonial guerrier, signification astrale … -, d’autres sont, semble-t-il, récréatifs. Ce jeu serait originaire de la civilisation Veracruz, à la période préclassique, comme en attestent les nombreuses figurines de cette époque provenant des hauts plateaux du Mexique central, vêtues des tenues requises pour la pratique d’un tel jeu. Le cœur de l'importance symbolique du jeu de balle était la reconstitution du combat quotidien du soleil et de la lune, le sacrifice et la renaissance, chaque jour, des Dieux qui voyagent à travers le ciel et disparaissent dans le portail du terrain de jeu, pour réapparaître ensuite, après avoir survécu à plusieurs épreuves subies dans les enfers.

Trois types de sculptures – nommées jougs, haches et palmes en raison de leur aspect - sont étroitement liés au jeu de balle. Caractéristiques de la culture de la côte du golfe, elles sont remarquables par la puissance visuelle de leur décor, tantôt très simple, tantôt intensément exubérant comme sur ce joug en pierre de l’ancienne collection du docteur Charles Maillant. Symbole en pierre d’une protection en bois ou en osier, le joug affirme l’importance symbolique de ces affrontements. D’une qualité exceptionnelle, cette œuvre présente une ornementation élaborée mêlant l’imposante tête d’un serpent à des pattes stylisées de jaguar et des ossements humains. De telles images au vocable funeste se retrouvent dans un corpus particulier de jougs et de haches dont un exemplaire très comparable est conservé au Brooklyn Museum (inv. n° 47.16.2). Si les figures zoomorphes peuvent être liées à un phénomène de transformisme magique fréquemment représenté sur les jougs, le demi squelette peut quant à lui être identifié à la personnification de la mort tandis que le crâne incisé rappelle un épisode mythique du Popol Vuh, livre sacré des Mayas, où la tête du jumeau héros Hunahpu est utilisée en lieu et place de la balle en caoutchouc.

A la complexité de l’iconographie répond ici la maîtrise plastique de la sculpture. Dans la métadiorite mouchetée verte l’artiste a joué du contraste entre volumes pleins et articulations stylisées accentué par l’opposition de zones délicatement lustrées et d’autres non polies. S’ajoutent enfin les nombreux résidus de cinabre rouge – très rarement conservés – qui témoignent de l’importance symbolique de cette œuvre tout en permettant une meilleur lecture de l’iconographie sculptée.

The ullamaliztli ball game is more than a mere sport. It played a ritual and political role in Mesoamerican cultures. More than 1500 locations have identified over 1250, attesting to the importance and endurance of this institution. Originating in the Olmec civilization, the game was still documented as played by the Aztecs when they encountered the Conquistadors. The game can be played in different contexts. Although some have a symbolic meaning in a clearly religious context - fertility rituals, war ceremonials, astral readings... -, others are, or so it seems, recreational. This game apparently originated in the Veracruz civilization, in the Preclassic period, as evidenced by the many figurines of this period found in the highlands of central Mexico, adorned in clothing required to play such a game. At the core of its symbolic importance, the ballgame was the reenactment of the daily fight of the sun and the moon, the sacrifice and rebirth each day of the deities who travel across the sky and disappear into the portal of the ballcourt, only to rise again after their trials of character in the underworld.

There are three types of sculptures closely related to the ball game. They are known as yokes, hachas and palmas – names derived from their outward appearance. Typical of the Gulf Coast culture, they stand out for the visual potency of their adornments - sometimes very simple, yet sometimes intensely exuberant, as on this stone yoke from the former Collection of Doctor Charles Maillant. A stone trophy based on the protective device originally made from wood or wicker, it stands as an undeniable mark of the symbolic importance of these contests. This yoke displays a complex blend of images showing the imposing head of a snake or serpent with stylized jaguars representation and human bones. Such images, with their fateful implications, are found in a distinct group of yokes and axes, a very similar example is in the collection of the Brooklyn Museum, (47.16.2). Zoomorphic figures can be linked to a phenomenon of magical transformation frequently depicted on yokes; the half skeleton, for its part, can be identified as the personification of death; whilst the incised skull recalls a mythical episode of the Popol Vuh - the sacred book of the Mayans - where the head of the hero twin Hunahpu is used instead of a rubber ball.

In this piece the iconographic complexity is matched by the exquisite craftsmanship of the sculpture. In the green speckled metadiorite, the artist played on the contrast between solid volumes and stylized articulations, further highlighted by the opposition between delicately polished and unpolished areas. Finally, there are the many remnants of - very rarely preserved -red cinnabar, which attest to the symbolic importance of this piece and bring greater legibility to the sculpted iconography.

Le Soleil de Nuit : Trésors Précolombiens d'une Grande Collection Française

|
Paris