43
43
Rivière, Henri
LES TRENTE-SIX VUES DE LA TOUR EIFFEL. PARIS, EUGÈNE VERNEAU, 1888-1902.
Estimate
7,00010,000
LOT SOLD. 10,000 EUR
JUMP TO LOT
43
Rivière, Henri
LES TRENTE-SIX VUES DE LA TOUR EIFFEL. PARIS, EUGÈNE VERNEAU, 1888-1902.
Estimate
7,00010,000
LOT SOLD. 10,000 EUR
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Artistes et Relieurs : Livres et Manuscrits

|
Paris

Rivière, Henri
LES TRENTE-SIX VUES DE LA TOUR EIFFEL. PARIS, EUGÈNE VERNEAU, 1888-1902.
In-4 oblong (226 x 267 mm). Cartonnage illustré et estampé en relief à motif d'iris, étui (Reliure de l’éditeur, réalisée par Charles Baron).
Dos légèrement passé, brochure du premier plat un peu lâche, étui frotté.

Un des plus beaux livres art nouveau illustrés.

Avec un envoi autographe témoignant de l’influence de l’estampe japonaise sur l'art nouveau.

36 planches lithographiées en douze couleurs d'Henri Rivière, signées H.R., imprimées sous sa direction sur papier B.F.K. de Rives teinté. Dessinées entre 1888 et 1889, elles ne furent publiées qu'en 1902. C’est à Georges Auriol que l’on doit la typographie, les ornements, la couverture, les papiers de garde, etc.

Un des 500 exemplaires sur Rives numérotés (n° 71), signés par l'artiste.

Envoi autographe signé, sur une page de garde :
''À André Houdard,
ces 36 vues du seul Fouji Yama que
nous ayons à Paris
Henri Rivière''
.

Collectionneur d’estampes japonaises -- comme Vincent Van Gogh -- Rivière avait rassemblé un grand ensemble d’ekiyo-e (estampes japonaises), principalement des paysages, qu’il se procurait à la galerie l’Art nouveau de Siegfried Bing ou auprès d’un marchand japonais installé à Paris, Hayashi Tadamasa. Le plus célèbre des recueils de vues japonaises, les 36 vues du mont Fuji de Hokusaï (1760-1849), lui inspira un des plus beaux livres Art Nouveau : de même que la série d’Hokusaï propose différentes vues de la montagne la plus emblématique du Japon, Rivière s’inspire de l’image la plus emblématique de France pour son album. Comme son modèle japonais, Rivière représente la tour Eiffel sous différents angles en plusieurs couleurs montrant les aspects successifs de sa construction et différents paysages parisiens, tantôt ensoleillés, tantôt enneigés, dans lesquels elle apparaît toujours, en premier ou en arrière-plan, ne laissant parfois deviner qu'un bout de son sommet. Cette référence japonisante se retrouve pleinement dans l'envoi figurant sur cet exemplaire.

"La dernière œuvre majeure du Japonisme français" (A.-L. McDonald, Les Trente-six Vues de la tour Eiffel, 1989).


Read Condition Report Read Condition Report

Artistes et Relieurs : Livres et Manuscrits

|
Paris