Lot 3
  • 3

APOLLINAIRE. LES MAMELLES DE TIRÉSIAS. RELIURE DE BONET. EX SUR HOLLANDE, AVEC GOUACHE ORIGINALE DE FÉRAT

Estimate
40,000 - 60,000 EUR
bidding is closed

Description

  • Apollinaire, Guillaume
  • Les Mamelles de Tirésias. Paris, Éditions SIC, 1918.
In-12 carré (188 x 135 mm). Maroquin noir orné sur chaque plat et au dos d’une torsade mosaïquée de maroquin bleu, blanc et rouge, au premier plat cette torsade passe sur un disque mosaïqué jaune bordé par le nom de l’auteur, titre mosaïqué disposé en spirale avec la répétition des termes "drame surréaliste", au second plat le disque est vert, tête dorée, gardes de papier blanc et or, couverture et dos, chemise titrée et étui (Paul Bonet, 1945).Etui un peu frotté. Le premier "drame surréaliste", relié par Paul Bonet. Édition originale, ornée de 7 hors textes de Serge Férat. Rarissime exemplaire du tirage de tête limité à 12 exemplaires, un des 6 sur Hollande Van Gelder (n° 8), avec la signature autographiée de Guillaume Apollinaire. Une gouache originale signée de Serge Férat orne l'exemplaire. L'artiste a colorié une épreuve de la couverture, illustrée par lui, en changeant les éléments de décors : il inscrit les personnages dans une composition triangulaire aux couleurs vives et fraîches, supprime les drapés du théâtre, et transforme le plancher en un quadrillage blanc et noir qui donne à la composition un aspect plus arlequinesque. En grand, il a ajouté le nom d'Apollinaire ; le dessin est signé en bas à droite, à l'encre rouge. Serge Férat, peintre d'origine russe et frère d'Hélène d'Œttingen, tous deux mécènes du poète, fut un soutien actif pour Apollinaire, l'aidant par exemple à reprendre la revue Les Soirées de Paris en novembre 1913. En 1917, Apollinaire fit appel à son ami pour les décors de la pièce, jouée le 24 juin 1917, et la plupart des costumes : son apport est à la hauteur du texte d'Apollinaire, révolutionnaire. Dès 1914, Férat avait inclus dans ses paysages figuratifs des papiers colorés et des pages de journaux. Il adaptera ce procédé cubiste aux décors des Mamelles de Tirésias. Les costumes fusionnent à la fois "une iconographie populaire française, les leçons du cubisme et la transposition caricaturale de masques africains et de traditions tribales (P. Read, p. 248). Ces éléments festifs et colorés, comme les compositions cubistes, se retrouvent dans la composition originale qui orne cet exemplaire d'exception. Des "mirlitons tricolores" : une magnifique reliure de Paul Bonet. Ainsi qu'il l'explique dans ses Carnets, le relieur s'est inspiré d'un commentaire d'Apollinaire à Paul Souday, dans lequel il qualifie les Mamelles d'"ffort aristophanesque pour le repeuplement de la France par les Français" (Carnets). Les trois mirlitons tricolores qui ornent les plats et le dos, ainsi que les couleurs vives du titre qui tournoie autour de l'un d'eux, confèrent à cette reliure un côté très joyeux, en parfait accord avec l'esprit de la pièce. Référence : Bonet, Carnets, n° 609. -- P. Read, "Dramaturge et démiurge : l'image et l'espace dans le théâtre d'Apollinaire", in Apollinaire, le regard d'un poète, Musée d'Orsay et de l'Orangerie, 2016, p. 245-248 ; gouache à rapprocher de celle, moins cubiste, reproduite p. 249, figurant sur un numéro de SIC (février 1918).
Close