22
22
Balzac, Honoré de
ILLUSIONS PERDUES. SCÈNE DE LA VIE DE PROVINCE. 4E VOLUME. PARIS, WERDET, 1837.
Estimate
4,0006,000
JUMP TO LOT
22
Balzac, Honoré de
ILLUSIONS PERDUES. SCÈNE DE LA VIE DE PROVINCE. 4E VOLUME. PARIS, WERDET, 1837.
Estimate
4,0006,000
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Livres et Manuscrits

|
Paris

Balzac, Honoré de
ILLUSIONS PERDUES. SCÈNE DE LA VIE DE PROVINCE. 4E VOLUME. PARIS, WERDET, 1837.
In-8 (220 x 146 mm), broché, en partie non coupé, chemise et étui.
Couverture salie, tranches piquées.

ÉDITION ORIGINALE, dans le cadre des Études de mœurs, première ébauche de la Comédie humaine. Le texte sera ensuite augmenté.

Rare exemplaire sur papier jonquille. De cette édition "de plus en plus recherchée", Clouzot dit qu’ont "été tirés quelques exemplaires sur papier de couleur, que l’on rencontre séparément et qui sont fort recherchés." (p. 21). Le bibliographe ne dit pas de quelles couleurs il s’agit ; Vicaire (I, 198) et Talvart (I, 154) signalent quelques exemplaires sur papier jonquille ou rose, tandis que Carteret ne mentionne que ceux sur papier jonquille, "d’une grande rareté" (I, 69).

Après la publication des Scènes de la vie privée en quatre volumes en 1830 chez Mame, Balzac conçut un nouveau plan d’ensemble de son œuvre, sous le titre d’Études de mœurs au XIXe siècle, en 12 volumes (1834-1837), première version de ce qui deviendra La Comédie humaine. En ces années particulièrement fécondes, paraissent ses plus grands chefs-d’œuvre, dont Les Illusions perdues (1re partie), ici en édition originale.

Ayant été lui-même imprimeur, Balzac était d’une exigence extrême dans le choix des caractères, des formats, de la justification et de la mise en page de ses propres œuvres. Concernant le papier, il spécula même sur de nouveaux procédés de fabrication, comme son personnage David Séchard, imprimeur de son état dans les Illusions perdues. "L’intérêt de Balzac pour le papier devient apparemment une préoccupation plus précise au début des années 1830, alors qu’il s’interroge sur l’existence d’un "papier idéal" (Cl. Bustarret, "Balzac et le papier", in Balzac imprimeur et défenseur du livre, Paris-Musée/Edition des Cendres, 1995, p. 86). Ces tirages sur papiers de couleurs, d’un raffinement extrême, étaient certainement décidés par Balzac lui-même (à propos d’un tirage de Louis Lambert à 12 exemplaires seulement sur papier jaune, voulu par l'auteur en plus des exemplaires courants, voir Th. Bodin, "Louis Lambert, œuvre de prédiction et livre de luxe", Idem, p. 130).

A toutes marges, non rogné, dans sa brochure de l’époque.

Références : Vicaire, I, p. 198 – Talvart, I, p. 154 – Carteret, I, p. 69 – Clouzot, p. 21.  


Read Condition Report Read Condition Report

Livres et Manuscrits

|
Paris