20
20
Siège, Luguru, Tanzanie
LUGURU CHAIR, TANZANIA
Estimate
50,00060,000
JUMP TO LOT
20
Siège, Luguru, Tanzanie
LUGURU CHAIR, TANZANIA
Estimate
50,00060,000
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Collection Marceau Rivière

|
Paris

Siège, Luguru, Tanzanie
LUGURU CHAIR, TANZANIA

Provenance

Pierre Dartevelle, Bruxelles
Daniel Hourdé, Paris
Collection Marceau Rivière, Paris, acquis ca. 1985

Exhibited

Paris, Ecole Supérieure Internationale d'Art et de Gestion, Art Africain, 23 avril - 3 mai 1991
Berlin, Haus des Kulturen der Welt, Tanzania: Meisterwerke afrikanischer Skulptur, 29 avril - 7 août 1994 / Munich, Städtische Galerie im Lenbachhaus/Kunstbau, 29 septembre - 27 novembre 1994
Tours, Château de Tours, Image de la Femme dans l’art africain, 21 octobre - 3 décembre 2000 / Nogent-le-Rotrou, Musée municipal du Château Saint-Jean, 9 décembre 2000 - 29 janvier 2001
Taïwan, Musée national d’Histoire, Visions d’Afrique, 6 décembre 2003 - 22 février 2004

Literature

Arts d'Afrique Noire, Hiver 1989, n° 72, p. 10
Leurquin et Meurant, « Tanzanie méconnue », Arts d'Afrique Noire, Printemps 1990, n° 73, p. 16, n° 5
Rivière et Lehuard, Art Africain, 1991, n° 5
Jahn, Tanzania-Meisterwerke afrikanischen Skulptur/ Sanaa za mabingwa wa kiafrika, 1994, p. 332-333, n° 194ab
Joubert, Félix et Rivière, Image de la Femme dans l'Art Africain, 2000, n° 92
Joubert, Visions d’Afrique, 2003, p. 135, n° 88
Bacquart, L'art tribal d'Afrique Noire, 2010, p. 214, n° c

Catalogue Note

De la silhouette éthérée, animée par le dessin sinueux de la veinure du bois dur, émerge une figure ancestrale féminine au port altier et à la poitrine saillante. Tandis que les scarifications verticales et les yeux percés caractérisent l'art Luguru, l'ampleur de ce dossier de trône témoigne de son passé illustre. Le dos du siège orné de motifs finement gravés évoque quant à lui les scarifications corporelles, témoin du statut social élevé de l’ancêtre représenté. Propriété des chefs, parfois réalisés par paire, les trônes, incarnent des « métaphores idéologiques de féminité nourricière, de sujétion et de protection, auxquelles tout puissant chef voudrait être associé » (Roberts in Roy, Art and life in Africa [...], 1992, p. 254).

Collection Marceau Rivière

|
Paris