38
38
César, Jules
RERUM AB SE GESTARUM COMMENTARII. LYON, GRYPHIUS, 1549.
JUMP TO LOT
38
César, Jules
RERUM AB SE GESTARUM COMMENTARII. LYON, GRYPHIUS, 1549.
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Bibliothèque Jean-François Chaponnière : Une collection Genevoise

|
Paris

César, Jules
RERUM AB SE GESTARUM COMMENTARII. LYON, GRYPHIUS, 1549.
In-12 (121 x 73 mm). Maroquin rouge, plats ornés d’un décor à répétition de médaillons fleuris (grenades, lis au naturel, jonquille), bordure de palmes et de feuillages, armes poussées dans le médaillon central du premier plat, devise "Expectata non eludet" entourant un pied de lis à trois fleurs dans le médaillon central du second, dos lisse orné de même en long, médaillon avec le nom de l’auteur, filet sur les coupes et roulette intérieure, doublure et gardes de papier doré, tranches dorées (Reliure de l’époque).
Rousseurs, mouillures dans la marge intérieure de quelques feuillets. Charnières un peu craquelées, légères usures sans gravité aux coiffes. Pièce de titre rapportée.

Charmante édition lyonnaise illustrée de 5 bois à pleine page dans le texte et de 2 cartes dépliantes hors texte.

Exemplaire aux armes et à la devise de Pierre Duodo (1554-1611), dans l'élégante reliure à médaillons fleuris, couramment attribuée à l’atelier de Nicolas et Clovis Eve, relieurs du roi entre 1578 et 1634.

Ambassadeur de la République de Venise à la cour de Henri IV de 1594 à 1597, et éminent bibliophile, Pietro Duodo acquit, pendant son séjour parisien, de nombreux livres de petits formats qu’il fit tous relier selon le même modèle.

Sur les plats, richement ornés de médaillons fleuris répétés (avec une alternance de différents types de fleurs), se détachent ses armes (une bande chargée de trois fleurs de lis) et sa devise avec le pied de lis à trois fleurs.

Seule la couleur du maroquin différait selon les sujets : rouge pour la religion et l’histoire, citron pour la médecine et la botanique, olive pour la littérature. La plupart de petits formats, ces ouvrages étaient probablement destinés à une bibliothèque portative.

Ces reliures furent par le passé attribuées à Marguerite de Valois. C’est Ludovic Bouland qui, en 1925, apporte la preuve que les trois fleurs de lis sont en réalité les armes de Pierre Duodo.

Référence : L. Bouland, "Livres aux armes de Pierre Duodo, Vénitien et non pas de Marguerite de Valois", Bulletin du bibliophile, 1920, p. 66-80. -- Hobson & Culot, n° 66.

Pour d'autres reliures de la bibliothèque de Pierre Duodo, voir lots 59 et 249.


Read Condition Report Read Condition Report

Bibliothèque Jean-François Chaponnière : Une collection Genevoise

|
Paris