Lot 12
  • 12

BALZAC. L.A.S. À L'ÉDITEUR DUBOCHET. [PARIS] 13 DÉCEMBRE 1843. 2 P. 1/2 IN-8, À PROPOS DE "LA COMÉDIE HUMAINE".

Estimate
1,000 - 1,500 EUR
Sold
1,875 EUR
bidding is closed

Description

  • Balzac, Honoré de
  • Lettre autographe signée à l’éditeur Dubochet. [Paris] 13 décembre 1843.
2 pages ½ in-8 (215 x 140 mm), sur un bifeuillet, adresse autographe à la 4e page, marques postales, trace de cachet de cire rouge. Signée "de Bz". Petit manque de papier par bris de cachet sans atteinte du texte. À propos de l'impression et de la composition de divers volumes de La Comédie humaine.   Balzac s’adresse à l’un des éditeurs chargés de cette publication commune, Jacques-Julien Dubochet, en lui reprochant d’entraver l’avancée des travaux et de ne pas donner suffisamment rapidement ses ordres à l’imprimeur Langrand."Il y a 6 mois, dans une conférence entre Hetzel et vous, d’après le désir de Furne, vous avez décidé de mettre un second imprimeur, j’ai d’accord avec Hetzel retiré la copie à Plon et Hetzel l’a remise à Langrand. Nous aurons besoin de doubler les livraisons pour réparer le petit désastre de l’interruption. Enfin, j’ai énergiquement besoin de faire faire mes compositions à Paris".Il indique le nombre de feuilles que devront composer dans le même temps Plon pour les Ambitieux de province et Langrand pour La fin de Béatrix, lui-même étant retardé dans son propre travail : "dans 15 jours, j’aurai 3 ouvrages nouveaux à faire composer. Or, les journaux ont un bénéfice à ne payer que mes corrections, au lieu de payer une composition et des corrections. C’est de l’argent que vous me ferez perdre car ils me donnent en moins tout ce qu’ils payent aux imprimeurs.Je vous écris ces choses, car elles vous sortent de la mémoire quand je vous les dis. Pour exploiter 15 volumes au mois de mai, il faut les faire".Enfin il évoque un projet d’illustration, sans doute abandonné par Dubochet, et prévient en post-scriptum qu’au mois de mai, il prendra sa volée, ayant mérité de se reposer.  L’édition des Œuvres complètes de M. de Balzac, publiée par Furne, Dubochet, Hetzel et Paulin entre 1842 et 1846, compte 16 volumes et un 17e ajouté en novembre 1848 par l’éditeur Houssiaux, elle constitue la véritable édition originale et la seule entièrement contrôlée par l'auteur et publiée de son vivant. Transcription : Mon cher Dubochet, je vous ai promis de combler promptement les deux vides que font le tome IV des Scènes de la vie de province. Mais c’est beaucoup de travail, car il faut que j’écrive 15 feuilles d’une part et 20 feuilles de l’autre de la justification de la Comédie humaine. Or, je ne m’attendais à vous voir mettant des entraves à mes travaux. Hier, Langrand attendait encore vos ordres pour marcher, et il y a 6 mois, dans une conférence entre Hetzel et vous, d’après le désir de Furne, vous avez décidé de mettre un second imprimeur, j’ai d’accord avec Hetzel retiré la copie à Plon et Hetzel l’a remise à Langrand. Nous aurons besoin de doubler les livraisons pour réparer le petit désastre de l’interruption. Enfin, j’ai énergiquement besoin de faire faire mes compositions à Paris. Plon aura 15 feuilles à faire avec les Ambitieux de province, l’ouvrage qui complètera le tome VII, sur lequel il y a 15 feuilles de tirées, et Langrand aura à me composer La fin de Béatrix qui commencera le tome IV, et avant de composer cette nouvelle, il doit fabriquer tout le tome IX (3e des Scènes de la vie parisienne) dont il a la copie tout prête, sans changement, et dont les épreuves n’auront pas une correction.Vous m’aviez promis de le faire marcher, et il est plein de bonne volonté, mais il attend vos ordres. Vous me retarderez forcément car il ne fera pas son volume en 15 jours, et dans 15 jours, j’aurai 3 ouvrages nouveaux à faire composer. Or, les journaux ont un bénéfice à ne payer que mes corrections, au lieu de payer une composition et des corrections. C’est de l’argent que vous me ferez perdre car ils me donnent en moins tout ce qu’ils payent aux imprimeurs.Je vous écris ces choses, car elles vous sortent de la mémoire quand je vous les dis. Pour exploiter 15 volumes au mois de mai, il faut les faire.Quant à votre idée pour l’illustration, vous y avez sans doute renoncé, je traite avec d’autres journaux.Agréez mes compliments. De BzNotez qu’au mois de mai, je prendrai ma volée encore pour 5 mois, et je vous en préviens à l’avance. A mes fatigues, je dois opposer des distractions, et si j’ai fait 6 volumes en mars, je serais en droit de me reposer. B."  
Close