313
313
Zola, Émile
PREMIER JET AUTOGRAPHE D’UNE LETTRE À JULES LEMAÎTRE, NON SIGNÉE, [14 MARS 1885].
Estimate
1,5002,000
LOT SOLD. 1,625 EUR
JUMP TO LOT
313
Zola, Émile
PREMIER JET AUTOGRAPHE D’UNE LETTRE À JULES LEMAÎTRE, NON SIGNÉE, [14 MARS 1885].
Estimate
1,5002,000
LOT SOLD. 1,625 EUR
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Bibliothèque R. & B. L. VII, XIXe siècle (1840–1898). Éditions originales – Revues – Lettres et manuscrits autographes

|
Paris

Zola, Émile
PREMIER JET AUTOGRAPHE D’UNE LETTRE À JULES LEMAÎTRE, NON SIGNÉE, [14 MARS 1885].
4 pages in-12 (206 x 130 mm) à l’encre noire sur papier vergé écrites au recto, sous chemise demi-maroquin noir moderne.

Célèbre réponse de Zola à Jules Lemaître qui avait qualifié les Rougon Macquart « d’épopée pessimiste de l’animalité humaine ».

De nombreux critiques de l’époque avaient accusé Zola de manquer de psychologie dans la peinture de ses personnages, qui n’étaient, à leurs yeux, que de simples marionnettes poussées par des instincts grossiers. Le critique Jules Lemaître venait de publier dans la Revue bleue du 14 mars 1885, un article assez critique auquel Zola répond ici.

Il commence par féliciter son correspondant pour l’étude qu’il a écrite : certainement la page la plus pénétrante qu’on ait écrite sur moi. Cependant, il tient à nuancer le mot animalité dans la définition que le critique a donnée de son œuvre : Une épopée pessimiste de l’animalité humaine. Toute la lettre est consacrée à expliquer ce point, capital pour Zola.

Pour lui, l’homme fait avant tout partie de la nature : Vous mettez l’homme dans le cerveau, je le mets dans tous les organes. Vous isolez l’homme de la nature, je ne le vois pas sans la terre, d’où il sort et où il rentre [...] Et j’ajoute que je crois fermement avoir fait la part de tous les organes, du cerveau comme des autres. Mes personnages pensent autant qu’ils doivent penser, autant que l’on pense dans la vie courante. Toute la querelle vient de l’importance spiritualiste que vous donnez à la fameuse psychologie, à l’étude de l’âme prise à part. Zola défend sa psychologie : celle que j’ai voulu avoir, celle de l’âme rendue à son rôle dans le vaste monde, redevenue la vie, se manifestant par tous les actes de la matière. Il n’y a donc plus là qu’une querelle de philosophes. Il est donc étonné, et même blessé, que son correspondant ait pu ainsi l’accuser de grossièreté. C’est du reste un reproche dont il a l’habitude : Toujours la fameuse psychologie. Les raisons qui font pour vous que je ne suis pas un psychologue, font que je suis un écrivain grossier. Mais il ne veut pas insister et termine en s’excusant de son emportement : Pardon de vous écrire ceci sous le coup de votre étude. La part que vous me faites est si grande, si belle, que j’aurais dû simplement vous remercier, vous dire la joie d’artiste et la confusion d’orgueil où vous m’avez jeté.

Ce brouillon comporte de nombreuses ratures et corrections qui montrent l’importance que cette déclaration de principes avait pour l’écrivain. La lettre définitive envoyée par Zola se trouve à la Brown University Library, USA.

Correspondance, éd. sous la dir. de B.H. Bakker, Presses de l’Université de Montréal et Centre national de la Recherche scientifique, t. V, p. 244-245.


Read Condition Report Read Condition Report

Bibliothèque R. & B. L. VII, XIXe siècle (1840–1898). Éditions originales – Revues – Lettres et manuscrits autographes

|
Paris