142
142
Mallarmé, Stéphane
L’APRÈS-MIDI D’UN FAUNE. ÉGLOGUE. PARIS, ALPHONSE DERENNE, 1876.
Estimate
10,00015,000
LOT SOLD. 16,250 EUR
JUMP TO LOT
142
Mallarmé, Stéphane
L’APRÈS-MIDI D’UN FAUNE. ÉGLOGUE. PARIS, ALPHONSE DERENNE, 1876.
Estimate
10,00015,000
LOT SOLD. 16,250 EUR
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Bibliothèque R. & B. L. VII, XIXe siècle (1840–1898). Éditions originales – Revues – Lettres et manuscrits autographes

|
Paris

Mallarmé, Stéphane
L’APRÈS-MIDI D’UN FAUNE. ÉGLOGUE. PARIS, ALPHONSE DERENNE, 1876.
Plaquette in-4, bradel cartonnage papier-cuir japonais gaufré et doré, gardes de papier à décor japonisant, couverture, non rogné (Reliure de l’époque).

Édition originale, illustrée en premier tirage de 4 jolis dessins gravés sur bois par Édouard Manet, dont l’ex-libris et le frontispice (épreuve volante sur japon pelure) sont rehaussés par l’artiste d’un léger lavis rose.

Tirage à 195 exemplaires, celui-ci sur hollande (n° 23).

Précieux exemplaire de Charles Ephrussi (1849-1905), ami et mécène des impressionnistes.

Il porte sur la couverture cet envoi autographe signé de Manet :

à mon ami Charles Ephrussi
E. Manet

Charles Ephrussi fut l’un des grands acteurs du monde de l’art au XIXe siècle. Historien et critique d’art, il devint notamment rédacteur en chef de la Gazette des Beaux-arts, revue pour laquelle il rédigea une cinquantaine d’articles. Il collectionnait également les peintures des artistes impressionnistes, tels Renoir, Monet, Sisley, Berthe Morisot ou encore Pissarro.

Sa relation avec Édouard Manet reste marquée par cette charmante histoire : Ephrussi, ayant acheté à l’artiste une toile représentant une botte d’asperges, lui envoya la somme de 1000 francs au lieu des 800 demandés ; confus, Manet lui adressa aussitôt une nouvelle petite nature morte (L’Asperge) avec ce mot plein d’esprit : Il en manquait une à votre botte.

Très bel exemplaire dans une somptueuse reliure japonisante, condition exceptionnelle.

Le cartonnage est recouvert d’un papier-cuir gaufré or et brun foncé, dont l’aspect rappelle un peu celui des cuirs de Cordoue. Les motifs qu’il arbore, difficiles à définir dans leur disposition très serrée et extrêmement complexe, sont du plus bel effet décoratif.

Les reliures japonisantes apparurent au début des années 1870. Plusieurs bibliophiles firent dès lors recouvrir des livres de papier-cuir japonais, à commencer par Edmond de Goncourt qui, dit-on, lança cette mode. Octave Uzanne s’en fit l’écho dans La Reliure moderne, artistique et fantaisiste, 1887, pp. 260-261.

La couverture a été conservée au moment de la reliure, de même que l’étiquette de prix. Charnière du premier plat fendue, sans manque de papier : elle est aisément restaurable. Les deux cordons de soie ne sont pas originaux et ont été remplacés au XXe siècle.


Read Condition Report Read Condition Report

Bibliothèque R. & B. L. VII, XIXe siècle (1840–1898). Éditions originales – Revues – Lettres et manuscrits autographes

|
Paris