141
141
Mallarmé, Stéphane
L’APRÈS-MIDI D’UN FAUNE. ÉGLOGUE. PARIS, ALPHONSE DERENNE, 1876.
Estimate
15,00020,000
LOT SOLD. 17,500 EUR
JUMP TO LOT
141
Mallarmé, Stéphane
L’APRÈS-MIDI D’UN FAUNE. ÉGLOGUE. PARIS, ALPHONSE DERENNE, 1876.
Estimate
15,00020,000
LOT SOLD. 17,500 EUR
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Bibliothèque R. & B. L. VII, XIXe siècle (1840–1898). Éditions originales – Revues – Lettres et manuscrits autographes

|
Paris

Mallarmé, Stéphane
L’APRÈS-MIDI D’UN FAUNE. ÉGLOGUE. PARIS, ALPHONSE DERENNE, 1876.
Plaquette in-4, en feuilles, couverture de feutre du Japon, cordons de soie rose et noire attachés à une étiquette de prix, sous chemise demi-maroquin rouge avec coins, étui (Devauchelle).

Édition originale, illustrée en premier tirage de 4 jolis dessins gravés sur bois par Édouard Manet, dont l’ex-libris et le frontispice (épreuve volante sur japon pelure) sont rehaussés par l’artiste d’un léger lavis rose.

Tirage à 195 exemplaires, celui-ci sur hollande (n° 86).

Exemplaire de Jose-Maria de Heredia (1842-1905), avec ce quatrain-dédicace de Mallarmé :

Ce motif que sa flûte file
Le faune heureux lui dédia
Sur hollande au bibliophile
Et haut rimeur Heredia
Stéphane Mallarmé.

L’auteur des Trophées, que liait une entente amicale avec Mallarmé, dut longuement insister pour obtenir cet exemplaire de L’Après-midi d’un faune. En effet, le 30 août 1888, il écrivait à son ami : Je suis vivement touché de votre amical souvenir, mon vieux Complice en Parnasse et je saisis cette occasion de vous rappeler que vous m’avez promis, avec qques vers à la 1re page, L’Après-Midi d’un Faune. 11 bis, rue Balzac.

Jean-Luc Steinmetz revient sur cet épisode : Bibliophile averti, connaisseur de Manet, à plusieurs reprises Heredia se trouve demander à Mallarmé un exemplaire du fameux Après-midi d’un faune. [...] il ne semble pas que Mallarmé en 1876 ait songé à Heredia pour faire envoi de ce « bijou ». En 1884, néanmoins, l’À rebours de Huysmans avait attiré l’attention sur ce trésor rose et noir et l’on ne s’étonnera pas que Heredia, ami du jeune Montesquiou, ait demandé un exemplaire du Faune, ce que Mallarmé, toute générosité, s’empressera de faire, l’ornant d’un de ces quatrains-dédicaces dont il avait le secret (Jean-Luc Steinmetz, « Heredia et Mallarmé. Une amicale compréhension » in José-Maria de Heredia : poète du Parnasse, 2006, pp. 63-64).

Le quatrain-dédicace est cité et retranscrit dans les Œuvres complètes de Mallarmé, La Pléiade, 1951, rubrique Vers de circonstance, p. 114, n° XVI.

Exemplaire en parfait état, bien complet des cordons de soie et de l’étiquette de prix à 15 francs.


Read Condition Report Read Condition Report

Bibliothèque R. & B. L. VII, XIXe siècle (1840–1898). Éditions originales – Revues – Lettres et manuscrits autographes

|
Paris