Lot 10
  • 10

Laplace, Pierre-Simon, marquis de

Estimate
1,300 - 1,800 EUR
Sold
3,000 EUR
bidding is closed

Description

  • Laplace, Pierre-Simon, marquis de
  • Exposition du systême du monde. Paris, Cercle-Social, L'An IV [1796].
  • ink on paper
2 volumes in-8 (211 x 135 mm). Broché, à toutes marges. Boîtes modernes demi-toile noire.
Le dos des couvertures d'attente légèrement jauni.

Collation : I. 314 p., [4] ; II. 312, [4] p.



Première édition et premier tirage, avant les errata.



Laplace y soumet sa théorie cosmogonique, théorie spéculative sur le système solaire, lequel il pense issu d'une immense nébuleuse incandescente se déplaçant d'ouest en est, et dont le soleil serait une relique. L'Exposition connut un vif succès durant la plus grande partie du XIXe siècle, et est considérée aujourd'hui comme partiellement exacte en ce qui concerne la formation des étoiles.
Sans doute le chef-d'oeuvre de Laplace, l'Exposition est l'annonce "littéraire" de son Traité de Mécanique céleste. L'auteur dresse le tableau de toutes les connaissances relatives à l'organisation et aux mouvements des corps du système solaire, dans une langue claire et élégante, qui ne s'aide d'aucune équation ni symbole mathématiques, mais qui n'hésite pas à en appeler aux théories physiques et mathématiques les plus avancées.



Les "trous noirs". On trouve p. 305 du t. II la fameuse thèse des trous noirs (selon la dénomination actuelle) : "(que) les plus grands corps lumineux de l'univers soient invisibles". Cette idée audacieuse ne figure explicitement que dans cette première édition et dans la suivante (an VII). Il semble que lorsque Laplace prit connaissance des travaux de Young (1801), il préférât - devant le risque d'une ruine totale de la théorie corpusculaire - taire une conséquence aussi paradoxale et en effaça la mention. En 1968, John Wheeler ressuscita l'idée dans le contexte de la relativité générale d'Einstein, inventa le terme "trous noirs", assurant les beaux jours des recherches des astrophysiciens modernes sur ce mystère.



Enfin, au chapitre IV du t. II, consacré aux perturbations du mouvement elliptique des comètes, Laplace donne une étonnante dissertation sur la ruine des civilisations et leur renaissance après un choc cométaire.



Bel exemplaire broché, tel que paru.



De la bibliothèque Lessac (ex-libris vers 1930 aux contreplats).

Close