95
95
Masque, Songye, République Démocratique du Congo
Estimate
50,00070,000
LOT SOLD. 43,750 EUR
JUMP TO LOT
95
Masque, Songye, République Démocratique du Congo
Estimate
50,00070,000
LOT SOLD. 43,750 EUR
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Arts d’Afrique, d’Amérique et d’Indonésie

|
Paris

Masque, Songye, République Démocratique du Congo

Provenance

Collection Jef Vanderstraete (1904-1984), Bruxelles, acquis ca. 1954
Hélène et Henri Kamer, Paris / New York
Sotheby's, New York, 15 novembre 1988, n° 127
Collection privée, Paris, acquis lors de cette vente 

Exhibited

Rome, Galleria il "silenus", Arte negra, 1 octobre - 24 novembre 1973

Literature

Kamer, New-York, Paris, Palm-Beach Galleries. Recent acquisitions, 1967, n. p.
Kamer, Arte Negra, 1973, couverture et n° 11

Catalogue Note

Associés par William Rubin aux Demoiselles d’Avignon ("Primitivism" in 20th Century Art: Affinity of the Tribal and the Modern, 1984, p. 264), les masques kifwebe des Songye sont des icônes de modernité qui ont très tôt influencé les artistes modernes puis contemporains. Caractérisé par l’audace de ses formes, la puissante dynamique des volumes et du décor chromatique, ce corpus s’affirme comme l’un des plus célèbres de l’art Africain. Publié dès la fin des années 60 par Hélène et Henri Kamer, puis choisi en 1973 pour illustrer la couverture du catalogue Arte Negra, ce masque se distingue parmi les plus remarquables de l’ensemble restreint des anciens kifwebe.

La construction hautement symbolique des masques kifwebe s'interprète à travers la cosmogonie Songye et les signes souvent ésotériques qui y sont associés, au premier rang desquels le python arc-en-ciel, lié à la manifestation des ancêtres (François Neyt, La redoutable statuaire Songye d'Afrique centrale, 2004, p. 362). Ce masque masculin kifwebe balume est caractérisé par sa crête sagittale, « renvoyant aux montagnes et à la direction de l'est d'où provient le soleil [auquel] il est associé. [...] Les raies et les stries sont des réminiscences du parcours labyrinthique des initiés durant l'initiation du Bukishi" » (idem). Tandis que l'association des masques se présentait comme un organe de contrôle renforçant le pouvoir des chefs et des notables, ces composantes symboliques et la puissante architecture du masque « exprimaient une forme de beauté mêlée d'effroi et de grandeur », ici saisissante. S’ajoute la puissante symbolique des couleurs : le noir associé aux qualités occultes du masque, et le rouge dont il a conservé des traces, signe à la fois de force et de courage.

Arts d’Afrique, d’Amérique et d’Indonésie

|
Paris