68
68
Statue, Sénufo, Côte d'Ivoire
SENUFO FIGURE, IVORY COAST 
Estimate
70,000100,000
LOT SOLD. 87,500 EUR
JUMP TO LOT
68
Statue, Sénufo, Côte d'Ivoire
SENUFO FIGURE, IVORY COAST 
Estimate
70,000100,000
LOT SOLD. 87,500 EUR
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Arts d’Afrique, d’Amérique et d’Indonésie

|
Paris

Statue, Sénufo, Côte d'Ivoire
SENUFO FIGURE, IVORY COAST 

Provenance

Collection René Rasmussen (1912-1979), Paris
Philipp Konzett, Graz, Autriche
Collection privée, Vienne, acquis en 2008

Literature

Schlag, Tribal Art Classics IV, 2008, pp. 12-13

Catalogue Note

Chef-d’œuvre de l’art Sénufo, cette statue exprime à elle seule la place essentielle de la femme dans l’art de la Côte d’Ivoire. Si elle est présente dans les sculptures d’ancêtres primordiaux du Poro, c’est dans le contexte spécifique de la société féminine du Sandogo qu’elle trouve chez les Sénufo son essence fondamentale. Cette société de divination « précède le Poro tant en termes de tradition mythologique que de valeur culturelle. Le principe de la primauté de la femme ne s’y limite pas à son seul aspect biologique, il concerne aussi le rôle rédempteur et le pouvoir salvifique des sandobele qui servent de liens de communication vitaux avec l’univers spirituel » (Glaze, “Senufo: Helmet Mask with Female Figure.” in Barbier-Mueller, Art of Côte d’Ivoire: From the Collection of the Barbier-Mueller Museum, 1993, p. 42).

Par le prodigieux talent du sculpteur, la puissance féminine s’exalte dans la souplesse de la silhouette et la dynamique des lignes. Sous chaque angle de vision, les courbes se répondent et s’enclenchent, rythmant le mouvement selon une libre interprétation des proportions. Par la parfaite maîtrise des espaces pleins et des vides, les trois volumes principaux s’affirment avec une force égale : la tête anguleuse dominée par l’imposante coiffe, le torse régi par la dynamique des lignes, et les jambes aux larges cuisses finement scarifiées dont le mouvement épouse l’assise. L’excellence de l’artiste atteint son apogée dans la projection de la tête et la sobriété du visage, renforçant le sentiment de dignité et de puissance.

Seul un devin important pouvait commanditer une œuvre aussi aboutie, alliant de manière magistrale stylisation des formes et puissance expressive. Utilisée lors de rituels divinatoires, elle lui permettait de communiquer avec le monde invisible, notamment par ses liens intimes avec les puissants esprits de la brousse mabele. Illustrant la quintessence du style, elle exalte par sa superbe patine suintante, l’hommage autrefois rendu à la puissance temporelle, ancestrale et spirituelle des femmes en pays Sénufo.  

Arts d’Afrique, d’Amérique et d’Indonésie

|
Paris