62
62
Statue, Toraja, Sulawesi, Indonésie
TORAJA FIGURE, SULAWESI, INDONESIA 
Estimate
60,00090,000
LOT SOLD. 118,750 EUR
JUMP TO LOT
62
Statue, Toraja, Sulawesi, Indonésie
TORAJA FIGURE, SULAWESI, INDONESIA 
Estimate
60,00090,000
LOT SOLD. 118,750 EUR
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Arts d’Afrique, d’Amérique et d’Indonésie

|
Paris

Statue, Toraja, Sulawesi, Indonésie
TORAJA FIGURE, SULAWESI, INDONESIA 

Provenance

Collection Guy Piazzini, Paris
Jean-Jacques Dutko, Paris
Collection Michel Perinet, Paris, acquis en 1997
Alain de Monbrison, Paris
Collection privée, Paris, acquis en 2001

Exhibited

Paris, Galerie Jean-Jacques Dutko, Mata Hari di Indonesia, 1 octobre - 15 novembre 1997

Literature

Tasset, "Le retour de Mata Hari", in Le Figaro, 1997

Catalogue Note

Apogée de l’art du groupe Toraja, originaire des montagnes du nord de Sulawesi, les figures en bois tau tau sont des portraits commandités par les familles de très haut rang social pour commémorer leurs ancêtres défunts. Symbole de leur richesse et de leur opulence ces effigies étaient élaborées avec le plus grand des soins et des raffinements. Accompagnant l’ancêtre défunt dans sa dernière demeure, taillée dans le roc, au milieu d’une falaise, ces sculptures étaient également considérées comme les gardiens de la tombe et les protecteurs de la vie. Posant leur regard serein sur la vallée elles préservaient le lien entre le monde des ancêtres et celui des vivants.

Si le terme tau signifie l’homme la répétition de ce terme peut être comprise comme « qui ressemble à l’homme ». Véritable portrait physique du défunt ces sculptures lui assurait donc une vie dans l’au-delà au sein du royaume du Poyo.

Au sein de son corpus, cette figure tau tau représentant un ancêtre masculin se distingue par la belle fluidité des volumes corporels associée à la profonde intensité de l'expression. Si elle était autrefois richement vêtue, sarong, bijoux en or, ornements de tête, couteau sacré et attributs familiaux, elle s’impose aujourd’hui à nous sous sa forme originelle. A la beauté de la patine du bois de jacquier – réservé aus statues des plus hauts dignitaires – répondent l’élégance et la rareté des tatouages gravés et sculptés et l’élégant chignon qui selon Alain Schoffel confirment le statut très élevé de l’ancêtre représenté (communication personnelle). Par l’ensemble de ses qualités esthétiques cette rare statue tau tau s’apparente à l’effigie autrefois dans la collection d’Alain Schoffel aujourd’hui conservée au Metropolitan Museum de New York (inv. n° 1988.143.91) ; elles illustrent l’apogée de ce corpus hautement sacré.

Arts d’Afrique, d’Amérique et d’Indonésie

|
Paris