42
42
Statue, Kongo, République Démocratique du Congo
KONGO FIGURE, DEMOCRATIC REPUBLIC OF THE CONGO 
Estimate
35,00050,000
LOT SOLD. 40,000 EUR
JUMP TO LOT
42
Statue, Kongo, République Démocratique du Congo
KONGO FIGURE, DEMOCRATIC REPUBLIC OF THE CONGO 
Estimate
35,00050,000
LOT SOLD. 40,000 EUR
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Arts d’Afrique, d’Amérique et d’Indonésie

|
Paris

Statue, Kongo, République Démocratique du Congo
KONGO FIGURE, DEMOCRATIC REPUBLIC OF THE CONGO 

Provenance

Robert Hendrickx (1900-1965), Bruxelles
Collection Dr. R. Hendrickx-Duchaine, Bruxelles, 1982
Sotheby's, Londres, 6 juillet 1982, n° 220
Alain Schoffel, Paris
Collection Monsieur et Madame Solvit, Paris, 1998
Ricqlès (de), Drouot Montaigne, Paris, Arts primitifs - Collection de Monsieur et Madame Solvit et à divers amateurs, 7 juin 1998, n° 87
Collection privée, Paris, acquis lors de cette vente

Catalogue Note

Si la maternité constitue un thème classique des arts Kongo, très rares sont les représentations qui l’illustrent avec un tel degré de naturalisme. Selon Alisa LaGamma, « ces œuvres [les maternités] sont saisissantes par l’association d’éléments iconographiques qui témoignent de l’importance de la maternité et de la naissance par rapport à la mort » (LaGamma, Kongo : Power and Majesty, 2015, p. 161). La mère, debout, maintient étroitement l’enfant contre son sein. Le naturalisme de la pose est accentué par le geste du quotidien, saisi par l’artiste, de l’enfant s’accrochant au bras de sa mère. A la tendresse de l’attitude s’oppose le visage distant de la mère, dont les yeux sertis de métal blanc semblent sonder l’invisible tandis que les clous rivés sur l’intégralité de la tête renforcent la puissance expressive de la figure. Dans le long ovale du visage projeté vers l’avant, le sculpteur a ici accentué les critères idéalisés de la beauté Kongo : bouche charnue aux lèvres délicatement ourlées, entrouvertes sur des dents taillées, long nez aquilin, sourcils fins et arqués et oreilles au pavillon détaillé. Dans ce contraste superbement abouti entre l’incarnation de la puissance et celle de la beauté, l’artiste a exprimé toute la complexité de ces statues Kongo, objets « ambivalents et multifonctionnels, [qui] agressent comme ils protègent et guérissent » (Felix, Art & Kongos, 1995, p. 67). S’ajoute ici l’archaïsme de la figure visible dans les nuances de la patine, croûteuse par endroit, témoignant des nombreuses manipulations subies par cette œuvre.

Arts d’Afrique, d’Amérique et d’Indonésie

|
Paris