Lot 123
  • 123

Pendule en marbre blanc, albâtre, porphyre, granit et bronze doré, travail romain de la fin du XVIIIe siècle, vers 1780-1790, atelier de Luigi et Giuseppe Valadier

Estimate
60,000 - 100,000 EUR
bidding is closed

Description

  • white marble, porphyry, granit, gilt bronze
  • Haut. 55 cm, larg. 30 cm, prof. 16 cm
  • Height 21 2/3 in; width 11 3/4 in; depth 6 1/3 in
la caisse sommée d'un aigle aux ailes déployées et de vases, la façade à pans coupés flanquée de pilastres et ornée de rinceaux arabesques avec flèches et carquois, supportée par deux lions couchés reposant sur un contre-socle de granit terminé par des pieds toupie ; le mouvement numéroté n°2819

Provenance

- Galerie Carlo Orsi, Milan
- Collection particulière européenne
- Vente Sotheby's, Londres, le 7 juillet 2009, lot 59

Literature

A. González-Palacios, L'Oro di Valadier, un genio nella Roma del  Settecento, Catalogue d'exposition, Villa Medicis, 29 juin-8 août 1997, pp. 136-139
A. González-Palacios, "Le Mani del Piranesi: Valadier padre e figlio", Il Tempo del Gusto, Milan, 1984, pp. 129-36, pl. XXI, fig. 239 and 253
A. González-Palacios, "Un Orologio di Giuseppe Valadier", Antologia di Belle Arti, Il Neoclassicismo III, Turin, 1991-1992, pp. 107-110, pour la pendule conservée à Waddesdon Manor
E. Colle, A. Griseri, R. Valeriani, Bronzi Decorativi in Italia, Milan, 2001, pp. 224-225, no. 63, pour des pendules néoclassiques par Valadier 
Artemis Group, Valadier, Three Generations of Roman Goldsmiths, An exhibition of Drawings and Works of Art, 15 mai-12 juin 1991, Londres, p. 130, no. 71
Anna Maria Massinelli, The Gilbert Collection, Hardstones, Londres, 2000, pp. 60-61, no. 12

Catalogue Note

Les activités de la célèbre dynastie Valadier, orfèvres et bronziers romains, sont  très bien documentées. En outre, grâce à Alvar Gonzalez-Palacios, nous savons aussi que Luigi et son fils Giuseppe conçurent des boites pour  pendules : A. Gonzalez-Palacios leur attribue trois pendules existantes aujourd’hui, réalisées vers 1780 en marbres aux multiples couleurs et bronze doré, à l’image de celles produites dans  leur atelier.
L’ensemble des dessins d’atelier des Valadier est conservé à la pinacothèque de Faenza : on y trouve plus de trente modèles de pendule. La feuille reproduite ici illustre cinq projets dans une veine très similaire à celle que nous présentons (fig. 1). Dans le «Registro» de Giuseppe Valadier datant de 1810, il est également fait référence à de nombreuses reprises à des pendules.

Il convient aussi de mentionner une pendule néo-classique, exécutée vers 1785-1790, et son projet au lavis (fig. 2) conservé à Faenza  (cf. A. Gonzalez-Palacios, op. cit., Villa Medicis , 1997, p 138-139, n°32). Enfin une pendule  similaire attribuée à Giuseppe Valadier et provenant de la collection du baron de Redé à l’hôtel Lambert à Paris, a été vendue chez Sotheby’s à Monaco, le 25-26 mai 1975, lot 249 (fig. 3).

Luigi Valadier (1726-1785) devint  orfèvre en  1764 : son poinçon était composé de ses initiales et de trois lys. Son atelier recevait les commandes des plus importants mécènes européens. Un  grand nombre de dessins préparatoires pour des pièces d’orfèvrerie témoigne du vaste répertoire de l’atelier. Valadier réalisa également des bronzes d’après l’Antique pour de prestigieux commanditaires, notamment le duc de Northumberland, Madame du Barry ou le comte d’Orsay. Enfin, il fut chargé par le pape Pie VI constituer la fameuse collection de camées antiques du Vatican (dont les plus beaux sont aujourd’hui au Louvre). A l’instar de son père, Giuseppe (1762-1839) fut non seulement un orfèvre et bronzier reconnu, mais aussi un architecte célèbre.

Close