Lot 3
  • 3

Figure de reliquaire, Kota Obamba, Gabon

Estimate
40,000 - 60,000 EUR
Sold
60,000 EUR
bidding is closed

Description

  • Kota Obamba
  • Figure de reliquaire
  • wood

Provenance

Merton Simpson (1928-2013), New York
Sotheby's, New York, 15 novembre 1985, n° 102
Collection Viviane Jutheau, Comtesse de Witt, acquis lors de cette vente

Sur le piétement, n° "5525" inscrit à l'encre blanche

Catalogue Note

Cette effigie mbulu ngulu illustre, par la personnalité de sa facture, le talent de certains artistes à transcender les canons stylistiques définis par chaque peuple de la mosaïque des « Kota ». Le visage en très haut-relief, de volume convexe-concave et aux yeux signifiés par de larges cupules, relève des variantes des Kota du sud et notamment des Kota Obamba et Ndasa. Son expressivité est accentuée par l'étroitesse de la face et la force des lignes contenant chaque volume. Dans la prégnance de l'image ancestrale, cette figure de reliquaire s'apparente, au sein des Kota méridionaux, au corpus attribué par Louis Perrois au « Maître de la Sébé » (in de Grunne, Mains de maîtres, 2001, p. 141-159). 

Provenant selon toute vraisemblance de la même région - vallée de la Sébé, à l’est du Gabon, sur la rive droite de l’Ogooué - la force singulière de son interprétation rappelle que « malgré les contraintes du style, les sculpteurs ont su souvent conférer à leurs œuvres une ‘personnalité’ que les villageois du Gabon oriental appréciaient en connaisseur. Chaque effigie rituelle, façonnée selon des formes mémorisées à partir de visions d’initiés, est un portrait impossible, fruit d’un imaginaire collectif particulièrement riche et ambivalent, fait de craintes des défunts mais aussi d’espoir de leur aide, ces œuvres sont des ‘images’ de rêve destinées plus aux esprits qu’aux yeux » (Perrois, idem, p. 151). 

Kota Obamba figure, Gabon

This mbulu ngulu effigy is a testament to the talent which certain artists possessed for transforming the stylistic canons established by the "Kota" mosaic. The face - in very high relief, with convex-concave volumes and the eyes represented as broad cupules - is related to the southern Kota variants, specifically the Kota Obamba and Ndasa. Its expressiveness is accentuated by the slenderness of the figure and the power of the outlines that contain each volume. The offered reliquary figure is related, within the southern Kota style, to the corpus which Louis Perrois has attributed to the 'Master of the Sebe" (in de Grunne, Mains de maîtres, 2001, p. 141-159). 

In all likelihood the offered figure is from the same region - the Sebé Valley in eastern Gabon, on the right bank of the Ogooué - the singular aesthetic impact of this figure reminds us that "despite the constraints of style, sculptors were often able to give their works a 'personality' that the villagers of eastern Gabon appreciated as connoisseurs. Each ritual effigy, crafted according to forms memorised from initiates' visions, is an impossible portrait, the fruit of an extremely rich and ambivalent common seam of imagination, based both on the fear of the deceased and the hope for their aid; these works are 'images' of dreams meant more for minds than eyes." (Perrois, ibid, p. 151).

Close