52
52
Cimier zazaigo, Mossi, Burkina Faso
 MOSSI ZAZAIGO CREST, BURKINA FASO
Estimate
8,00012,000
LOT SOLD. 14,375 EUR
JUMP TO LOT
52
Cimier zazaigo, Mossi, Burkina Faso
 MOSSI ZAZAIGO CREST, BURKINA FASO
Estimate
8,00012,000
LOT SOLD. 14,375 EUR
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Arts d'Afrique et d'Océanie

|
Paris

Cimier zazaigo, Mossi, Burkina Faso
 MOSSI ZAZAIGO CREST, BURKINA FASO

Provenance

Collection privée, Paris
Collection Madeleine Rousseau (1895-1980), Paris
Guy Piazzini, Paris
Collection Armand Arman (1928-2005), Paris / Vence / New York
Collection privée, France

Socle de Kichizo Inagaki (1876-1951)

Exhibited

Marseille, Musée d'Arts Africains, Océaniens, Amérindiens, Centre de la Vieille Charité, Arman & l'art africain, 23 juin - 30 octobre 1996 / Paris, Musée National des Arts d'Afrique et d'Océanie, 3 décembre 1996 - 17 février 1997 / Cologne, Rautenstrauch-Joest Museum, Museum für Völkerkunde, 13 mars - 15 juin 1997
New York, Museum for African Art, African Faces, African Figures. The Arman Collection, 9 octobre 1997 - 19 avril 1998

Literature

Guillaume et Munro, La Sculpture nègre primitive, 1929, n° 38
Nicolas et Sourrieu, Arman & l'art africain, 1996, p. 149, n° 138
Alain, African Faces, African Figures, The Arman Collection, 1997, p. 54-55

Catalogue Note

Ce cimier fut l’un des premiers à illustrer, dans les ouvrages spécialisés, l’invention plastique déployée par les artistes du Burkina Faso pour interpréter les esprits abstraits de la nature. En 1929, il apparaît, soclé par Kichizo Inagaki, sous la mention « Figurine. Haute-Volta », dans La Sculpture nègre primitive de Paul Guillaume et Thomas Munro.

Les cimiers de danse zazaido n’ont été attribués aux Mossi que tardivement – en 1973 – grâce aux informations publiées par Hélène et Henri Kamer (Haute Volta, 1973, p. 96). Dansant lors des funérailles, « leur apparition garantit aux ancêtres que le défunt était un membre respectable de leur clan et contribue au voyage serein de son esprit entre le monde des vivants et celui des esprits ancestraux » (D. Roy, Mossi, 2015, p. 58). L’iconographie de ce cimier, classique, s’appuie sur la double représentation stylisée de l’antilope aubère widpelego, mise en valeur par l’écho des motifs géométriques et le contraste des aplats polychromes.  

Arts d'Afrique et d'Océanie

|
Paris