42
42
Sceptre, Kongo / Yombé, République Démocratique du Congo
KONGO / YOMBE SCEPTRE, DEMOCRATIC REPUBLIC OF THE CONGO
JUMP TO LOT
42
Sceptre, Kongo / Yombé, République Démocratique du Congo
KONGO / YOMBE SCEPTRE, DEMOCRATIC REPUBLIC OF THE CONGO
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Arts d'Afrique et d'Océanie

|
Paris

Sceptre, Kongo / Yombé, République Démocratique du Congo
KONGO / YOMBE SCEPTRE, DEMOCRATIC REPUBLIC OF THE CONGO

Provenance

Collection H. Deleval (Commissaire de District) acquis à Boma, avant 1920
Jean-Pierre Lepage, Bruxelles, ca. 1980
Collection privée, Belgique

Literature

Lehuard, Art Bakongo. Insigne de Pouvoir – Le Sceptre, 1998, p. 1006-1007, n° M24 

Catalogue Note

En 1998, Raoul Lehuard (Art Bakongo, Insigne de pouvoir. Le sceptre) identifia le sceptre en ivoire à la fois comme le symbole du chef suprême mwe et comme le plus illustre regalia des peuples Kongo.

Bien que l’iconographie de ce sceptre soit considérée comme la plus classique – un homme siégeant en majesté et dominant la figure d’un prisonnier – (Felix, White Gold, Black Hands. Ivory sculpture in Congo, Vol. 2, 2011, p. 16), Raoul Lehuard en souligna l’individualité : « A l’inverse de ce qui s’observe sur d’autres pièces, le chef investi tient sa racine de muk’uisa de la main gauche. De l’autre il tient un couteau à large lame. L’homme porte un collier orné d’un pendentif en losange. Ses jambes sont serrées l’une contre l’autre. Le prisonnier, une femme, a les bras croisés dans le dos […]. Elle semble n’avoir pas été entravée, bien qu’elle ait bras et jambes croisés. Un détail intéressant, le pouce de la main droite est largement dégagé des autres doigts » (Lehuard, idem, p. 1006).

À l'agencement codifié des personnages répond l'extraordinaire expressivité des visages et des gestes, accentuée par le foisonnement des détails et par la densité des images étroitement enchevêtrées. Acquis avant 1920, ce sceptre témoigne ainsi, par son iconographie et par la qualité de sa sculpture et de sa patine, du style dit "classique" - que Marc Felix situe entre la fin des XVIIe siècle et XVIIIe siècles (idem, p. 72-74). Il s’apparente étroitement au sceptre de l’ancienne collection du Prince Sadruddin Aga Khan (Sotheby’s, Londres, 27 juin 1983, n° 51). 

Arts d'Afrique et d'Océanie

|
Paris