3
3
Pédale d'échasse, Îles Marquises, Polynésie Française
STILT STEP, MARQUESAS ISLANDS, FRENCH POLYNESIA
JUMP TO LOT
3
Pédale d'échasse, Îles Marquises, Polynésie Française
STILT STEP, MARQUESAS ISLANDS, FRENCH POLYNESIA
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Arts d'Afrique et d'Océanie

|
Paris

Pédale d'échasse, Îles Marquises, Polynésie Française
STILT STEP, MARQUESAS ISLANDS, FRENCH POLYNESIA

Provenance

Collection privée américaine
Boston, Skinner Auctioneers, 20 avril 1996, n° 32
Collection Leo et Lillian Fortess, Honolulu, acquis lors de cette vente
Collection Eric et Esther Fortess, Boston

Catalogue Note

Le naturaliste et explorateur Georg Heinrich von Langsdorff, qui visita l’archipel des Îles Marquises en 1813, fut le premier visiteur européen à commenter une cérémonie koina : « En dehors de la danse, l’un des plaisirs favoris chez ces gens est de courir sur des échasses, et peut-être qu’aucun peuple de la terre ne le fait avec autant d’habilité » (Langsdorff cité in Ivory, Matahoata. Arts et société aux îles Marquises, 2016, p. 171). L’élément majeur de ces échasses était la pédale (ou étrier), liant symboliquement le danseur aux ancêtres. L’attention qui lui était portée se traduit ici dans l’imposante figure de tiki au corps et à la coiffe entièrement ornés de motifs linéaires. Le visage, aux traits émoussés par l’usage et le temps, illustre avec éloquence le style classique de l’art marquisien.

Naturalist and explorer Georg Heinrich von Langsdorff, who visited the Marquesas Islands archipelago in 1813, was the first European visitor to comment on a koina ceremony: "Apart from dancing, one of the favourite pleasures among these people is to run on stilts, and perhaps no people on earth do so with such skill." (Langsdorff quoted in Ivory, Matahoata. Arts et société aux îles Marquises, 2016, p. 171). The major element of these stilts was the pedal (or stirrup), symbolically linking the dancer to the ancestors. The attention lavished upon it is reflected here in the imposing tiki figure, with its body and coiffure entirely decorated with linear patterns. The face, with its features dulled by use and time, eloquently illustrates the classical style of Marquesan art.

Arts d'Afrique et d'Océanie

|
Paris