Lot 80
  • 80

Figure de reliquaire, Kota, Gabon

Estimate
18,000 - 25,000 EUR
Sold
25,625 EUR
bidding is closed

Description

  • kota
  • Figure de reliquaire
  • wood and copper

Provenance

Collection André Lhote (1885-1962), Paris, ca. 1930
Etude Ferri, Paris, "Collection André Lhote et à divers", 17 décembre 1979, n° 211
Collection privée, France, acquis lors de vette vente
Transmis par descendance

Catalogue Note

Le peintre André Lhote acquit ses premières œuvres d'arts d'Afrique et d'Océanie à Bordeaux, en 1906. Comptant parmi les "découvreurs" de l'Art nègre, il en fut l'un des collectionneurs et des défenseurs les plus fervents : son nom figure dans la liste des prêteurs de toutes les expositions majeures qui, en Europe comme aux Etats-Unis, contribuèrent à sa reconnaissance. Au très grand classicisme de son célèbre Kota Obamba (Perrois, Kota, 2012, pl. 29) répond ici le chef-d'œuvre d'un des styles les plus rares et les plus audacieux des figures de reliquaires Kota. 

Au XIXe siècle, quelques sculpteurs localisés au nord du pays Obamba, autour d'Otala et d'Okondja, s'écartèrent du style archétypal pour pousser plus loin encore la réinvention de la figure humaine. Leurs œuvres témoignent d'une « démarche esthétique remarquablement novatrice […] s’inscrivant bien dans une démarche d’innovations successives entamée au début du XIXe siècle avec comme fondement des considérations culturelles comme la représentation d’esprits uniques » (Cloth, « Nouveaux éclairages sur les kota » in Tribal Art, numéro spécial 5, 2015, p. 52). Leur corpus restreint est en particulier illustré dans le célèbre Album de Paul Guillaume (Archives Paul Guillaume, musée de l'Orangerie, ca. 1930) et par une effigie conservée au musée du quai Branly (inv. n° 71.1935.80.111), collectée par André Even à Okondja. Par son ampleur remarquable, par la puissance des formes et la maîtrise sculpturale, cette effigie s'impose comme la plus remarquable d'un corpus dont la hardiesse fascina les figures de l'avant-garde.    

Close