5
5

PROVENANT D'UNE COLLECTION PARTICULIÈRE EUROPÉENNE

René Magritte
VIE NOCTURNE
JUMP TO LOT
5

PROVENANT D'UNE COLLECTION PARTICULIÈRE EUROPÉENNE

René Magritte
VIE NOCTURNE
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Art Impressionniste et Moderne / Impressionist & Modern Art

|
Paris

René Magritte
1898 - 1967
VIE NOCTURNE
signé R. MAGRITTE et daté 23 (en haut à droite); signé RENÉ MAGRITTE et titré "VIe NOCTURNE" (au dos)
huile sur toile
50,1 x 40,2 cm ; 19 7/8 x 15 3/4 in.
Peint en 1923.
Read Condition Report Read Condition Report

Provenance

Laure Ghobert, collaboratrice de Serge Goyens de Heusch
Acquis auprès du précédent par le propriétaire actuel

Exhibited

Bruxelles, Palais d'Egmont, Salon de la lanterne sourde, Les Arts Belges d'esprit nouveau, 1923, no. 31d, listé dans le catalogue p. 17
Vérone, Palazzo Forti, Da Magritte a ettirgaM, 1991, no. 8, reproduit dans le catalogue p. 58 
Londres, Hayward Gallery, Magritte, 1992, mentionné dans le catalogue

Literature

Serge Goyens de Heusch, "7 Arts" Bruxelles 1922-1929 : un front de jeunesse pour la révolution artistique, Bruxelles, 1976, reproduit p. 66
David Sylvester et Sarah Whitfield, René Magritte, catalogue raisonné, vol. I, Belgique, 1992, no. 52, reproduit p. 152 

Catalogue Note

signed 'R. MAGRITTE' and dated '23' (upper right); signed 'RENÉ MAGRITTE' and titled '"VIe NOCTURNE"' (on the reverse); oil on canvas. Painted in 1923.


The English translation of this note follows the French


Notice de catalogue

Ce tableau de Magritte peint vers la fin de l’année 1923 est l’une des dernières toiles abstraites de Magritte dans sa production picturale.

Au début des années vingt, Magritte avait en effet adhéré au groupe 7 Arts qui prônait une défense de la plastique pure, tant en peinture qu’en arts décoratifs. A la même époque Magritte produit des objets usuels (paravents, chaises, modèles de papiers peints etc.) tout en gagnant sa vie par des projets publicitaires et illustratifs. Il élabore alors de nombreuses couvertures de partitions musicales, étant introduit dans le milieu par son frère le musicien Paul Magritte. Le titre VIe Nocturne fait ainsi allusion à une composition musicale réelle ou imaginaire, voire un hommage à Erik Satie, l’auteur de cinq Nocturnes.

1923 constitue par ailleurs une année charnière dans l’œuvre de Magritte. Au cours du 2e semestre de cette année, il découvre en effet le tableau Le Chant d’Amour de Giorgio de Chirico (1914), reproduit dans la revue parisienne Les Feuilles libres (mai-juin 1923). Cette révélation a un impact fondamental sur la peinture et la pensée de Magritte qui au même moment se rapproche des dadaïstes belges, et de E.L.T. Mesens en particulier, pour collaborer début 1924 à la revue parisienne 391 de Picabia puis aux revues bruxelloises Période, Œsophage et Correspondance qui, sur les cendres de Dada, lancent les fondements du Surréalisme en Belgique.

L’influence et la découverte de Chirico sont flagrantes dans cette pénultième toile abstraite de Magritte qui offre une composition architecturale rappelant les arcades des ensembles antiques et métaphysiques de Chirico. Ce tableau, qui marque la transition définitive de Magritte de l’Abstraction vers le Surréalisme en devenir, n’était plus passé en vente publique depuis 1971 et constitue un événement au moment où Paris célèbre le grand peintre belge au Centre Pompidou avec l’exposition René Magritte. La Trahison des Images.


Catalogue note

This work by Magritte, painted towards the end of 1923, is one of the artist’s last abstract canvases.

At the beginning of the 1920s, Magritte joined the group 7 Arts that defended pure art, as much in painting as in the decorative arts. At the same time, Magritte was painting everyday objects (folding screens, chairs, wallpaper etc.) whilst earning a living through publication and illustration projects. He thus made several covers for music scores, having been introduced into the music field by his musician brother Paul Magritte. The title Vie Nocturne is therefore an allusion to a real or imaginary score, even a tribute to Erik Satie, the composer of five Nocturnes.

1923 was moreover a transition period in Magritte’s work. During the second semester of this year, he discovered Giorgio de Chirico’s painting Le Chant d’Amour (1914), reproduced in the Parisian revue Les Feuilles libres (May-June 1923). This revelation had a fundamental impact on the painting and thought of Magritte who at the same time became close to the Belgian Dadaists, and to E.L.T Mesens in particular, in order to collaborate on the Parisian revue 391 by Picabia in 1924 and then on the Brussels revues Période, OEsophage and Correspondance which, from the ashes of Dada, launched the founding principles of Surrealism in Belgium.

The influence and discovery of Chirico are obvious in Magritte’s penultimate abstract canvas which offers an architectural composition reminiscent of Chirico’s antique and metaphysical arcades. This painting, which marks a definitive transition in Magritte’s work from Abstraction to the budding Surrealism, has not appeared on the market since 1971 and constitutes an event at a time when Paris celebrates the great Belgian painter at the Centre Pompidou with the exhibition René Magritte. La Trahison des Images.

Art Impressionniste et Moderne / Impressionist & Modern Art

|
Paris