39
39

PROVENANT D'UNE PRESTIGIEUSE COLLECTION PARTICULIÈRE PARISIENNE

Louis Anquetin
ELÉGANTES AUX COURSES
Estimate
100,000150,000
JUMP TO LOT
39

PROVENANT D'UNE PRESTIGIEUSE COLLECTION PARTICULIÈRE PARISIENNE

Louis Anquetin
ELÉGANTES AUX COURSES
Estimate
100,000150,000
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Art Impressionniste et Moderne / Impressionist & Modern Art

|
Paris

Louis Anquetin
1861 - 1932
ELÉGANTES AUX COURSES
signé Anquetin et daté 1901 (en bas à droite)
huile sur toile
38,1 x 55,2 cm ; 15 x 21 5/8 in.
Peint en 1901.
Read Condition Report Read Condition Report

L'authenticité de cette œuvre a été confirmée par la galerie Brame & Lorenceau.

Provenance

Galerie Hector Brame, Paris, 1973
Collection particulière, Paris
Par descendance au propriétaire actuel

Catalogue Note

signed 'Anquetin' and dated '1901' (lower right); oil on canvas. Painted in 1901.


The English translation of this note follows the French


Notice de catalogue

Peint à l’aube du XXe siècle, Elégantes aux courses est emblématique de l’art que Louis Anquetin développe à partir des années 1890. S’écartant peu à peu de la technique du cloisonnisme qu’il a appliquée jusque-là aux côtés d’Emile Bernard ou de Gauguin, ou des scènes de cabaret qui n’étaient pas sans évoquer l’art d’un Toulouse-Lautrec dont il était proche, Anquetin devient le peintre des élégances parisiennes, dépeignant avec faste et raffinement les plaisirs de la haute société parisienne. Celui que Baudelaire qualifiait de "peintre de la vie moderne" dépeint avec talent le Paris fortuné et cosmopolite de la Belle Epoque, se retrouvant au théâtre, à l’opéra ou dans divers rassemblements mondains. Les champs de courses deviennent dès lors l’un de ses sujets de prédilection, faisant écho aux mutations de la société de l’époque.

Exécuté dans une touche particulièrement enlevée et spontanée, Elégantes aux courses fut peint à l’hippodrome de Longchamp, non loin de Paris, le champ de courses le plus renommé de l’époque, accueillant notamment le célèbre prix de l’Arc de Triomphe. A l’opposé d’un Degas qui concentre son attention sur le déroulement de la course elle-même, Anquetin s’intéresse avant tout aux spectateurs assistant aux courses, mettant en lumière les relations de séduction se nouant lors de ces événements mondains.  Faisant écho aux grands tableaux impressionnistes peuplés de personnages de Renoir avec Le Bal au Moulin de la Galette ou de Manet avec La Musique aux Tuileries, le présent tableau met ainsi en scène deux élégantes courtisées par un groupe d’hommes, chevaux et jockeys étant relayés à l’arrière-plan.

Dans la présente œuvre, Anquetin reprend l’une de ses compositions les plus célèbres, Aux Courses, œuvre monumentale peinte quelques années auparavant vers 1895, magistrale fresque dépeignant dans un style à la fois flamboyant et ironique la société aristocratique de la Belle Epoque. Nous sommes ici au cœur de l’art d’Anquetin, dont le talent était tant vanté par Toulouse-Lautrec, Jacques-Emile Blanche ou Thaddé Natanson, et qui fut l’un des observateurs les plus aigus de ses contemporains.


Catalogue note

Painted in the first years of the 20th century, Elégantes aux Courses is emblematic of the art Louis Anquetin developed from the 1890s. Moving increasingly away from the technique of “cloisonnism” that he had applied until then alongside Emile Bernard or Gauguin, or cabaret scenes reminiscent of those painted by Toulouse Lautrec whom he was close to, Anquetin became the painter of elegant Parisian women, depicting with pomp and refinement the pleasures of Parisian high society. Considered by Baudelaire as “the painter of modern life”, he skilfully portrayed the wealthy and cosmopolitan Paris of the Belle Époque, which met at the theatre, the opera or other various social gatherings. The racecourse became one of his favourite subjects, as it echoed the changes in the society of the time.

Painted with particularly rapid and spontaneous brushstrokes, Elégantes aux Courses depicts the Longchamp racetrack, not far from Paris, one of the most famous racetracks of the time, hosting the famous Arc de Triomphe prize. Unlike Degas who focused on the actual running of the race, Anquetin was interested above all in the spectators who assisted at the races, highlighting the seductive relationships that took place during these social events. In echo of the great Impressionist paintings portraying social crowds such as Renoir’s Le Bal au Moulin de la Galette or Manet’s La Musique aux Tuileries, the present painting thus depicts two elegant women courted by a group of men, with horses and jockeys pushed to the background.

Here, Anquetin refers to one his most well-known compositions, Aux Courses, a monumental work painted a few years earlier in 1895, a majestic fresco depicting the aristocratic society of the Belle Époque in a style that is both flamboyant and ironic. It illustrates the heart of Anquetin’s art, whose talent was so extolled by Toulouse Lautrec, Jacques-Emile Blanche or Thaddé Natanson, and who was one of the sharpest observers among his peers.

Art Impressionniste et Moderne / Impressionist & Modern Art

|
Paris