28
28

PROVENANT D'UNE COLLECTION PARTICULIÈRE EUROPÉENNE

Jacques Lipchitz
STILL LIFE
JUMP TO LOT
28

PROVENANT D'UNE COLLECTION PARTICULIÈRE EUROPÉENNE

Jacques Lipchitz
STILL LIFE
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Art Impressionniste et Moderne / Impressionist & Modern Art

|
Paris

Jacques Lipchitz
1891 - 1973
STILL LIFE
monogrammé JL (en bas à gauche) et porte l'empreinte du pouce de l'artiste (sur le côté droit)
bronze
56,7 x 70,7 x 3 cm ; 22 3/8 x 27 7/8 x 1 1/8 in.
Modèle conçu en 1918 dans une édition de 7.
Read Condition Report Read Condition Report

Provenance

Collection particulière, France
Vente : Hôtel Drouot, Paris, 20 juin 1997, lot 101
Acquis lors de cette vente par le propriétaire actuel

Literature

Marlborough-Gerson Gallery, New York, Lipchitz, The cubist period 1913-1930, 1968, exemplaire en pierre reproduit no. 31
Alan G. Wilkinson, A Life in sculpture, Toronto, 1989, no. 27, un autre exemplaire reproduit p. 86
Galería Marlborough, Esculturas, 1913-1972, Madrid, 1993
Alan G. Wilkinson, The sculpture of Jacques Lipchitz, A catalogue raisonné, vol. I, Londres, 1996, no. 76, un autre exemplaire reproduit p. 49
Sombra y volumen : una colección de escultura contemporánea, Grenade, 1998, un autre exemplaire pp. 38-39
Centre Pompidou, Jacques Lipchitz, collections du Centre Pompidou, Musée national d'art moderne et du Musée des beaux-arts de Nancy, 2004-05, un autre exemplaire reproduit dans le catalogue
Galería Oriol, Jacques Lipchitz (1891-1973) Esculturas y Dibujos, 2010, no. 4, un autre exemplaire reproduit p. 23

Catalogue Note

monogramed 'JL' (lower left) and stamped with the artist's thumb mark (on the right edge); bronze. Conceived in 1918 and cast in bronze in an edition of 7.

French version


QUOTE:

"Pour confirmer son accord avec la peinture, Lipchitz exécute des bas-reliefs (presque toujours des natures mortes) qui sont comme des tableaux avec des reliefs réels pour suggérer des volumes, avec des simplifications de formes pour ne conserver que les rythmes essentiels où l'on retrouve la même inspiration que dans une nature morte de Braque ou Picasso." 

R. Cogniat, in Jacques Lipchitz ou le poids des formes, 1959, p. 512


COMP

Anonyme, Jacques Lipchitz dans son atelier parisien en 1925.


TEXTE

CINQ ŒUVRES DE JACQUES LIPCHITZ PROVENANT D’UNE COLLECTION PARTICULIERE EUROPEENNE

Quelle que soit la dimension de l’œuvre conçue, l’art de Lipchitz se caractérise par sa monumentalité intrinsèque. Arrivé en France en 1909, c’est à l’Académie Julian que le sculpteur rencontre Picasso et le cercle des artistes cubistes dont l’empreinte se fait nettement sentir dans la première partie de son œuvre.  

Ces cinq œuvres de Lipchitz, provenant d’une même collection, sont révélatrices des liens qu’il entretient avec le mouvement cubiste, tout en révélant déjà son originalité propre, ainsi qu’en témoigne l’émergence des formes plus organiques, dites "baroques", dès les années 1920. Ses remarquables bas-reliefs, réalisés en 1918 et représentant des natures mortes, sont les œuvres qui révèlent de la manière la plus frappante les liens étroits qu’il entretenait avec l’art d’un Picasso ou d’un Juan Gris. Le bas-relief était un art particulièrement maîtrisé par le sculpteur puisqu’à la suite  des bas-reliefs exécutés en 1918 (dont un des modèles est ici présenté), le docteur Albert Barnes lui en commanda une série de cinq autres pour le musée qu’il était en train de faire construire en Pennsylvanie. Dans l’art de la ronde bosse, Lipchitz pousse au contraire l’art de la simplification des formes au maximum sans jamais tomber dans l’abstraction complète. Si ainsi Lipchitz fait siens les enseignements du Cubisme, c’est sans jamais perdre "le sens du sujet et de son humanité".

English version

Whatever the size of the works he made; Lipchitz’s art can be characterized by its intrinsic monumentality. The artist arrived in Paris in 1909 and studied at the Académie Julian where he met Picasso and the circle of Cubist artists whose influence can clearly be seen in his first works.

These five works by Lipchitz come from the same collection and reveal not only his links with the Cubist movement but also his own originality, as testified by the emergence of the more organic or “baroque” forms of the 1920s. His remarkable bas-reliefs made in 1918 and representing the subject of the still-life, are the works which reveal in the most striking fashion his closeness to the art of Picasso or Juan Gris. Bas-relief was an art that the sculptor was particularly skilled at, indeed further to the bas-reliefs he sculpted in 1918 (of which one of the models is present here), the doctor Albert Barnes gave him a commission for a series of another five for the museum he was in the process of building in Pennsylvania. Lipchitz pushed the simplification of rounded form to the maximum without ever falling into complete abstraction. If Lipchitz thus appropriated the lessons of Cubism, he never lost “the sense of the subject and its humanity”.

 

Art Impressionniste et Moderne / Impressionist & Modern Art

|
Paris