Lot 10
  • 10

Saint Bonaventure

Estimate
2,500 - 3,500 EUR
bidding is closed

Description

  • Saint Bonaventure
  • Bonaventure de Saint Bonnaventure prédite par saint François. Paris, 1680.
  • paper/leather
Manuscrit de 64 feuillets petit in-4 (202 x 153 mm) : titre, faux-titre, 6 p. de dédicace à madame d'Aiguillon, et 103 pages. Maroquin rouge, encadrement à la Du Seuil, portant au premier plat les armes de Louis XIV, sur le second celles de la duchesse d'Aiguillon, dos orné, gardes marbrées à double face, tranches dorées (Reliure de l'époque).
Coins, coiffe supérieure et attaches de nerfs retouchés. Intérieur un peu jauni. Quelques traces de mouillures anciennes au bas du dernier feuillet.

Manuscrit établi par un homme de religion resté anonyme et destiné à la duchesse d'Aiguillon. Il porte le curieux sous-titre suivant (p. 1) : Panégyrique de saint Bonnaventure fait par un Theologien le jour de sa feste l'an 1680. En 1680, la duchesse d'Aiguillon est morte depuis cinq ans, sans descendance. A la fin du manuscrit, cette indication de sa main : Premier sermon fait en vertu d'un troisieme commandement apres douze ans de silence à Paris. 1680.



Très bel exemplaire de dédicace relié à la fois aux armes de France et de la duchesse d'Aiguillon. En 1638, Richelieu son oncle donne sa nièce en mariage au duc d'Aiguillon, neveu du duc de Luynes, dans l'espoir de réunir deux factions historiques diamétralement opposées. A la mort de son mari, qu'elle avait en horreur, terrorisée par les projets de remariages politiques aux plus grands de la cour, la duchesse se fit carmélite dans le but de n'avoir plus jamais à être sacrifiée à la raison d'Etat. En 1642, Richelieu lui laisse sa fortune. Première femme de la cour à ouvrir son salon aux gens de lettres, elle est la dédicataire du Cid de Corneille. 
"Les livres reliés aux armes de la duchesse d'Aiguillon sont très rares" (Quentin Bauchart II, p. 401).



Des bibliothèques L. Potier (1872, n° 111) et Mortimer L. Schiff (6 décembre 1938, n° 1397). Il porte une longue note autographe de l'historien et bibliophile Arthur Dinaux (1795-1864), sur une garde, face au titre.

Close