Lot 26
  • 26

Claudel, Paul

Estimate
700 - 1,000 EUR
Sold
1,063 EUR
bidding is closed

Description

  • Claudel, Paul
  • Lettre autographe signée à Remy de Gourmont. Shanghaï 3 juillet 1898.
  • ink on paper
3 p. 1/2 in-8 (175 x 110 mm) sur feuillet double, papier bois aquarellé, enveloppe adressée de la main de l'auteur, illustrée.
Papier fragilisé avec une fente. Bavures d'encre dues à la nature fibreuse du support.

Belle lettre sur papier bois décoré, à l'auteur du Livre des Masques.
La première page est ornée d'un samouraï, l'enveloppe d'un paysage lacustre et montagneux, tous deux à l'aquarelle.




Claudel a reçu, à son retour du Japon, l'ouvrage de Gourmont [illustré par Vallotton et publié au Mercure de France, voir lot 53]. Il se dit fort confus des pages généreuses qui ont été consacrées à ses œuvres de jeunesse, alors qu'il est aujourd'hui un homme "éloigné du mouvement littéraire actuel et destiné à lui demeurer toujours étranger". Louant la plume souple et sûre du critique et citant ses amis Marcel Schwob et Francis Jammes, il s’inquiète cependant de la façon dont Gourmont a fait "ressortir des qualités qui ne sont pas d'abord sensibles à tous les lecteurs, [laquelle] m’induirait à des examens de conscience sur des défauts que mon redoutable apologiste n’a l’air d’ignorer que par la menaçante figure de rhétorique nommée prétérition".



Tout comme Remy de Gourmont, Claudel fut un grand admirateur de Mallarmé, assistant à quelques Mardis avant que sa carrière de diplomate ne l’éloigne de l’Europe et qu’il décide de garder le silence pendant plusieurs années malgré sa notoriété naissante : Tête d’Or et La Ville lui avaient valu de vifs encouragements de la part de Mallarmé.
En 1912, Claudel écrivait à Geneviève Mallarmé pour redire toute l’affection, la reconnaissance et le respect qu’il portait au maître du Symbolisme, cet initiateur de voies nouvelles, "diamant qui résume tous les feux d’une civilisation et d’un art en lui consommés"…

Close