Lot 95
  • 95

Henri-Auguste d'Ainecy comte de Montpezat

Estimate
80,000 - 120,000 EUR
Sold
bidding is closed

Description

  • Henri-Auguste d'Ainecy comte de Montpezat
  • Promenade de l'Empereur Napoléon III et de l'Impératrice au bois de Boulogne
  • Signé en bas à gauche Montpezat
  • Huile sur toile
  • 105,5 x 158,5 cm ; 41 1/2 by 62 1/2 in

Provenance

Acquis par l'Empereur par arrêté du  25 juin 1858 ;
Placé à la caserne des Cent-gardes, rue de Bellechasse, le 22 janvier 1859 ;
Entré au Louvre le 3 juillet 1871 ;
Restitué à l'Impératrice Eugénie en 1881 ;
Sa vente, 1er juillet 1927, Londres, n°70 ;
Collection Jacques Bacri ;

Exhibited

Salon, Paris, 1857, n°1954 ;
De Napoléon 1er à Napoléon III  : Souvenirs de la famille Impériale conservés par l’Impératrice Eugénie dans sa résidence de Farnborough et provenant de sa succession, , Musée National, Malmaison, 1928, n°35, reproduit ;
Souvenirs du Prince Impérial : Napoléon, Eugène, Louis, Jean, Joseph..., Galerie de la Fédération Française des Artistes, Paris,  5 Avril - 22 Mai 1935, n°37.

Literature

Catherine Granger, L'Empereur et les arts, la liste civile de Napoléon III, Paris, Ecole des Chartes, 2005, décrit p. 586

Catalogue Note

L’Impératrice est assise dans une voiture à la Daumont, attelage de quatre chevaux conduit par des postillons montés, à côté de sa soeur la duchesse d’Albe. Elles rencontrent l’Empereur accompagné de son demi-frère, le duc de Morny, du général Fleury et du baron de Bourgoing, tous deux écuyers de Napoléon III. Le lieu de leur rencontre, le bois de Boulogne, fut réaménagé au début des années 1850 selon les désirs de l’Empereur, à l’image des parcs londoniens, et notamment Hyde Park, dont il fait reprendre l’idée de la Serpentine. Sur l’île en arrière-plan, on peut apercevoir le kiosque de l’Empereur, contemporain de notre tableau. Notre tableau a fait partie des collections impériales. Présenté en 1858 à Napoléon III par Emilien de Nieuwerkerke, intendant des Beaux-Arts de la Maison de l’Empereur, il fut acquis sur la liste civile du souverain. Apparue à la fin du règne de Louis XVI, la liste civile consistait en une dotation annuelle attribuée par l’Etat au souverain pour les dépenses de sa maison. Elle permettait entre autres l’acquisition d’œuvres d’art.
Suite à l’exil du couple impérial en Angleterre, leurs biens furent confisqués, les tableaux et dessins mis en dépôt au Louvre. En 1879, l’Impératrice Eugénie intenta un procès contre l’Etat et exigea la restitution des tableaux, statues et autres objets d’art acquis à titre privé pendant le règne de Napoléon III. En 1881, une partie des œuvres fut restituée et notre tableau fut alors envoyé en Angleterre, à Farnborough où l'Impératrice résidait.  Ses collections furent dispersées aux enchères en 1927.

Ce tableau est vendu à la suite d'un accord transactionnel intervenu entre le propriétaire actuel et les héritiers de la famille Bacri.

Close