PF1330

/

Lot 106
  • 106

René Lalique

Estimate
150,000 - 200,000 EUR
Sold
bidding is closed

Description

  • René Lalique
  • Montre de poche Papillons et chauves-souris, vers 1899-1900
  • Signée Lalique, poinçons français de garantie
  • Enameled gold with moonstones
  • Diamètre : 5,1 cm (2 in.)
en émail, pierres de lune et or, de forme ronde, le cadran orné d'une multitude de papillons émaillés blanc et parme aux ailes déployées, index chiffres arabes émaillés noir, aiguilles en acier bleui, le revers au décor en relief ciselé figurant un nuage de chauves-souris en vol émaillées parme-bleuté, ponctué de cabochons ronds de pierre en lune, la bélière en or ciselé figurant un serpent lové, mouvement

Provenance

Vente Christie's New York, 15 octobre 2002, lot 398

Exhibited

Art Nouveau: Belgium, France, Rice University Institute for the arts, 26 Mars-27 juin 1976
Chicago, The Art Institute, 28 août-31 octobre 1976, no. 252
Art Nouveau Jewellery by René Lalique, Baltimore, The Walters Art Gallery, Richmond, Virginia Museum of Fine Arts, Fort Worth, Kimbell Art Museum, Los Angeles County Museum of Art, exposition itinérante, 1985, no.56
The Jewellery of René Lalique, Londres, The Goldsmiths’Hall, 28 mai-22 novembre 1987, n. 126
Pariser Schmuck: vom 2. Kaiserreich zur Belle Epoque, Munich, Bayerisches Nationalmuseum, 1er decembre 1989-4 mars 1990, n.142
René Lalique : Bijoux, verre, Paris, Musée des Arts Décoratifs, 22 octobre 1991-8 mars 1992, n. 224
René Lalique, Tokyo, Musée National d’Art Moderne, 23 mai-12 juillet 1992, n. 137
The Jewels of Lalique, New York, Cooper Hewitt National Design Museum, Smithsonian Institute, 3 février-12 avril 1998 ; Washington D.C., International Gallery, Smithonian Institute, 15 mai-16 août 1998 ;
Dallas, Dallas Museum of Art, 13 septembre 1998-10 janvier 1999, n. 46

Literature

Henri Vever, La Bijouterie Française du XIXè siècle,  éd. H. Floury, Paris, 1908, p. 1226 pour une montre de gousset ornée de pomme de pin
Sigrid Barten, René Lalique, Schmuck und Objects d’art 1890-1910, Monograpgie und Werkkatalog, éd. Prestel, Munich, 1977, no 64 
Vivienne Becker, The Jewellery of René Lalique, éd. The Goldsmiths' Company, Londres, 1987, p. 134-135
Yvonne Brunhammer, Les Bijoux de Lalique, éd. Flammarion, Paris, 1998, p. 70-71
Michael Koch, The Belle Epoque of French Jewellery: 1850-1910, éd. Thomas Henage & Co., Londres, 1991, p. 221
Alastair Duncan, The Paris Salons, 1895-1914: Volume II, éd. Antique Collectors’ Club, Woodbridge, 1994, p. 34
Penny Proddow and Marion Fasel, Bejeweled: Great Designers, Celebrity Style, éd. Harry N. Abrams, New York, 2001, p. 43
René Lalique: 1860-1945, éd. ATP International, Tokyo, 2000-2001, pp.102-103
Alastair Duncan, Louis C. Tiffany, The Garden Museum Collection, éd. Antique Collectors' Club, Woodbridge, 2004, p. 615
Yvonne Brunhammer, René Lalique, Bijoux d’exception 1890-1912,  éd. Skira, Paris, 2007, p. 32 à 35 pour motifs de chauves-souris rehaussés de pierres de lune

Prodigieux exemple de l’art de René Lalique porté à son paroxysme, cette montre de poche évoque le monde de contrastes et d’oppositions typiques de la fin du XIXème siècle. Le jour est suggéré par un délicat envol de papillons peints, aux teintes claires qui ornent le cadran de la montre. Il s’oppose sur le revers à un nuage de chauves-souris (animal nocturne), aux nuances bleutés plus soutenues, évoluant dans une constellation de pierres-de lune et dont l’adularescence rappelle le clair de lune et la nuit. Lalique choisit des matières en contraste avec celles utilisées de par le passé en joaillerie, seules la couleur, la texture et la qualité plastique sont privilégiées. La pierre de lune s’accorde merveilleusement aux nuances bleutées des émaux translucides et la ciselure de l’or donne du mouvement au décor nocturne. Le sculptural serpent lové sur la bélière témoigne des dons de sculpteur et de dessinateur de Lalique.

Prodigious example of René Lalique art brought to its height, this pocket-watch evoke the world of contrasts and contradictions distinctive of the end of the XIXth century.The day is suggested on the dial, by a delicate wing of painted butterflies, in light shades. On the reverse, the night is suggested by a claud of bats in darker blueish hues with moonstones. Lalique choses his materials in contrast with the one that were used in the past in jewellery, only colour, texture, and visual quality are privileged. The three dimentional coiled serpent on the loop evoke the sculptural and designer gifts that Lalique possess among others.

Close