Lot 166
  • 166

Villiers de l'Isle Adam, comte de

Estimate
5,000 - 6,000 EUR
Sold
bidding is closed

Description

  • Villiers de l'Isle Adam, comte de
  • Chez les passants (Fantaisies, pamphlets et souvenirs). Frontispice de Félicien Rops.
    Paris, Comptoir d'édition, 1890.
In-12 de 1 frontispice, (2) ff., 312 pp. (sur 320) demi-percaline bleue nuit à la Bradel, pièce de titre de maroquin rouge, non rogné, tête jaspée, couvertures conservées (reliure de l'époque).

Catalogue Note

Édition originale.
Le frontispice macabre est une eau-forte originale de Félicien Rops.

Édition posthume parachevée par Mallarmé et Huysmans, exécuteurs testamentaires de Villiers.
Elle vit le jour quatre mois après sa mort.

Recueil de chroniques et d'articles : souvenirs personnels, satire sociale, critique d'art et littéraire. On relèvera Une soirée chez Nina de Villard - évocation nostalgique du boudoir du Parnasse. Villiers en fut un des plus assidus. L'amant de Nina remémore une soirée où apparaissent, pris sur le vif, Stéphane Mallarmé de même que Léon Dierx, «un de ces enfants du Rêve», dont il cite le poème Au jardin – «poème dont j'ai précieusement gardé l'autographe».
Léon Dierx (1838-1912), poète parnassien, né dans l'île de la Réunion, fut élu Prince des poètes par ses pairs, succédant à Mallarmé.

Édition originale.
Le frontispice macabre est une eau-forte originale de Félicien Rops.

Édition posthume parachevée par Mallarmé et Huysmans, exécuteurs testamentaires de Villiers.
Elle vit le jour quatre mois après sa mort.

Recueil de chroniques et d'articles : souvenirs personnels, satire sociale, critique d'art et littéraire. On relèvera Une soirée chez Nina de Villard - évocation nostalgique du boudoir du Parnasse. Villiers en fut un des plus assidus. L'amant de Nina remémore une soirée où apparaissent, pris sur le vif, Stéphane Mallarmé de même que Léon Dierx, «un de ces enfants du Rêve», dont il cite le poème Au jardin – «poème dont j'ai précieusement gardé l'autographe».
Léon Dierx (1838-1912), poète parnassien, né dans l'île de la Réunion, fut élu Prince des poètes par ses pairs, succédant à Mallarmé.

Ex-dono de la main de Stéphane Mallarmé, contresigné par Léon Dierx :

À J.K. Huÿsmans,
Léon Dierx et Stéphane Mallarmé.

Le don exprime une transmission saisissante. Il fait pertinemment écho à la profonde amitié nouée entre Villierset Huysmans, tissée autour de leur commun «mépris du siècle». Avec Léon Dierx et Stéphane Mallarmé,le destinataire assista à l'agonie de Villiers, mort à l'âge de cinquante ans, rongé par un cancer. Tous les trois conduisirent le deuil au cimetière des Batignolles.Par ailleurs, Huysmans fut le cruel instigateur du mariage in extremis avec celle qui avait été pendant huit ans la compagne de Villiers et sa servante. La comtesse, ou, plus exactement, la marquise de Villiers de l'Isle-Adam eut été bien en peine de signer l'ex-dono : au cours de la cérémonie, chargée d'horreur, au moment où il lui fallut signer les actes, elle confessa qu'elle ne savait pas écrire.

Exemplaire cité par Carteret ; des bibliothèques Maurice de Fleury, avec ex-libris, et Armand Godoy, poète cubain (Cat. II, 1988, n° 183). Les pages d'annonces publicitaires qui terminent le volume après la table ne comportent que les pages 307 à 312, au lieu de 307 à 320.

Close