14
14

PROVENANT DE LA COLLECTION D'UN AMATEUR

Joan Miró
SANS TITRE
JUMP TO LOT
14

PROVENANT DE LA COLLECTION D'UN AMATEUR

Joan Miró
SANS TITRE
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Impressionist & Modern Art

|
Paris

Joan Miró
1893-1983
SANS TITRE
signé Miró (en bas à gauche) et inscrit no. 53439 (en bas à droite); signé, daté et dédicacé Miró 1947 Hommage d'amitié Teeny Matisse afectuellement (au dos)
gouache, encre de Chine et crayon sur papier
31,6 x 23,9 cm
12 3/8 x 9 3/8 in.
Exécuté en 1947.
Read Condition Report Read Condition Report

L'authenticité de cette œuvre a été confirmée par Jacques Dupin.

Provenance

Alexina 'Teeny' Duchamp, New York (offert par l'artiste)
Vente : Christie's, New York, 7 mai 2008, lot 161
Acquis lors de cette vente par le propriétaire actuel

Catalogue Note

signed 'Miró' (lower left), signed, dated and dedicated 'Miró 1947 Hommage d'amitié Teeny Matisse afectuellement' (on the reverse), gouache and brush and pen and India ink over pencil on paper. Executed in 1947.



En 1945, Pierre Matisse dévoilait pour la première fois au public la désormais célèbre série des Constellations de Joan Miró, produite par l'artiste en 1940 et 1941, principalement à Palma de Majorque. Après avoir quitté la France occupée pour se réfugier dans l'Espagne franquiste qui lui était également hostile, Miró s'était aussitôt retranché dans la production de ces Constellations, soient vingt trois feuillets, tous de même dimension, peints à la gouache et à la peinture à l'essence, et qui allaient marquer l'apothéose de toute sa création des années 30. 

"Il est impossible en présence des Constellations d'imaginer les heurts et les souffrances que Miró, comme beaucoup, a connus au cours de ces deux années, et surtout la terrible épreuve de voir le triomphe inexorable des forces d'oppression. En cette sombre période où l'existence de chacun se trouve bouleversée et menacée, Miró s'obstine avec une volonté farouche à peindre les œuvres les plus minutieuses qu'il ait exécutées. Il prend la décision souveraine de fermer les yeux sur l'assombrissement du monde des hommes pour considérer la seule harmonie qui demeure et le seul ordre qui prévaut, ceux de ses constellations intérieures (...) Par un singulier destin les Constellations seront les premiers témoignages artistiques à parvenir d'Europe en Amérique à la fin de la guerre. Pierre Matisse les exposera dans sa galerie en 1945 où elles seront accueillies avec une très grande ferveur" (Jacques Dupin, Miró, Paris, 1993, p. 248)

La guerre terminée, Miró passe l'année 1947 à New York. "L'Amérique, où sa réputation n'a fait que grandir depuis la rétrospective de son œuvre au Museum of Modern Art de New York en 1941, l'appelle avec insistance par la voix d'amis, de critiques et de conservateurs de musées. Les Etats-Unis sont le premier pays qui ait consacré l'importance et l'universalité de Miró; toutes les grandes collections publiques ou privées lui réservent une place de premier plan, ratifiant ainsi le jugement des critiques et des historiens, la faveur des jeunes peintres et l'intérêt d'un public de plus en plus nombreux" (Dupin, p. 275). Miró passe son temps en compagnie de ses amis artistes tels Marcel Duchamp, Alexandre Calder et Yves Tanguy, ou de son marchand Pierre Matisse et de son épouse Teeny.

Sans titre, gouache sur papier datée de 1947, est l'admirable testament graphique de cette période de reconnaissance et de joie. Miró retrouve le vocabulaire visuel, la délicatesse d'exécution et la liberté de ses Constellations : on distingue deux formes anthropomorphes dominées par un visage de profil dont l'œil central semble absorbé par la contemplation des astres et d'un éventuel spectateur. Le cosmos est joyeusement convié par la présence du soleil, de la lune et des étoiles. Une sorte d'insecte sautillant à la droite du personnage central, se joint à cette fête. Miró a choisi de rehausser ses enluminures animées d'une intervention à la gouache verte, en un seul et très beau mouvement de pinceau, qui préfigure la spontanéité nerveuse de ses grandes œuvres des décennies suivantes.

Signe des sentiments radieux dont cette œuvre porte le témoignage ébloui, Miro l'offrit à Teeny Matisse, en "hommage d'amitié" à la femme de celui qui ouvrit les portes de la gloire à ses Constellations.

 

In 1945, Pierre Matisse unveiled Joan Miró's now celebrated series of Constellations to the public for the very first time. Executed by the artist in 1940 and 1941, principally in Palma, Majorca after Miró had been forced to flee occupied France for the equally hostile Spain of Franco, Miró's series of 23 Constellations, all executed in gouache and peinture à l'essence and on sheets of the same dimensions, were to mark the apogee of the artist's artistic output in the 1930s.

"It is impossible, when faced with the Constellations, to imagine the pain and the suffering that Miró, like many others besides, had known during these two years; to imagine that he had witnessed the triumph of the forces of oppression. In this sober period when the existence of each and every individual had been turned upside down in the most menacing way, Miró was fierce in his insistence on painting the most meticulous work he had ever, and would ever, produce. He took the supreme decision to close his eyes to the darkening of the world of men and look instead to the one remaining world of harmony and order, that of the interior constellations [...] By a curious twist of fate, the Constellations would be the first artistic testimony to reach the United States of America from Europe at the end of the war. Pierre Matisse exhibited them in his gallery in 1945 and they were greeted with great fervour" (Jacques Dupin, Miró, Paris, 1993, p. 248).

The war over, Miró spent the year of 1947 in New York. "America, where his reputation had grown continuously in the years following the retrospective of his œuvre at New York's Museum of Modern Art in 1941, called to Miró through the voices of friends, critics and curators of the most prestigious museums. The United States was the first nation to honour the importance and the universality of Miró; his work was prominently exhibited in all of the great public and private collections, thus confirming the judgment of critics and art-historians, the favour of young painters and the growing interest of the public" (Dupin, op. cit., p. 275). Miró spent his time in the company of his artist friends such as Marcel Duchamp, Alexandre Calder and Yves Tanguy, and with his dealer Pierre Matisse and his wife Teeny.

Untitled, a gouache on paper dated 1947, is a captivating visual souvenir of this period of recognition and joy. Miró draws upon the pictorial vocabulary, the delicate finesse of execution and the freedom so characteristic of his Constellations : we can make out two anthropomorphic figures, one of whose face, in profile, is dominated by a large, central eye that is seemingly absorbed in contemplation of the stars and of a potential viewer. The cosmos plays happy host to the sun, the moon and the stars. An insect-like creature to the right of the central figure completes our party. Miró chose to highlight his lively miniatures with one long and beautiful stroke of green gouache, a stroke that foreshadows the spirited spontaneity of the artist's great works in the decades that followed.

As a sign of the wonderful sentiments so dazzlingly encapsulated by the present work, Miró presented it to Teeny Matisse, in 'hommage d'amitié' to the wife of the man who had opened the way to the appreciation of his Constellations.

Impressionist & Modern Art

|
Paris