Lot 44
  • 44

Très bel élément sculpté, Nord de la Nouvelle-Irlande

Estimate
30,000 - 50,000 EUR
Sold
33,850 EUR
bidding is closed

Description

  • Très bel élément sculpté
malangan, composé d'un entrelacs de figures jouant sur les vides et les pleins. Au centre, un personnage masculin  se tient debout sur une base dont les motifs polychromes figurent des yeux. Un poisson volant, aux ailes déployées, vient pénétrer sa cage thoracique décharnée. Le personnage est surmonté d'un coq à la tête flamboyante, les yeux signifiés par des opercules de coquillages turbo, enserrant un serpent stylisé dans son bec entrouvert. Polychromie noire, rouge et blanche.


Provenance

Ancienne collection Joe Hloucha, Prague, 1938
Collection Adolf Hoffmeister, République Tchèque
Transmise par descendance à l'actuel propriétaire

Catalogue Note

Selon Gunn (in Mattet, 2007 : 326), « tout objet malangan est un arrangement complexe de symboles réunis en un tout cohérent ». Chaque partie de cet emblème renvoie ainsi au répertoire iconographique dans lequel puisent les artistes, ayant pour sujets principaux - outre les êtres humains - les poissons, les oiseaux et les serpents. Le foie étant considéré par les habitants de la Nouvelle-Irlande comme le principal organe vital, l'image du poisson le dévorant doit être comprise comme un symbole de mort (cf. Gunn in Mattet, 2007 : 326). Le coq est un animal symbolique fondamental exprimant la vitalité, tandis que le serpent incarne la destruction progressive de la force vitale du corps humain. Enfin, dans certaines régions du nord de la Nouvelle-Irlande le poisson volant symbolise l'éloquence, survolant les flots comme les paroles d'un grand orateur qui se répandent au loin (cf. Gunn in Mattet, 2007 : 332).
Cette sculpture constitue une "oreille" ou une "aile" d'un grand masque matua destiné à lever les tabous demeurant dans un village à la suite d'un décès. Après les cérémonies, il était replacé dans la maison d'exposition, située dans la partie publique du cimetière (cf. Gunn in Gunn et Peltier, 2007 : 251).
Il traduit remarquablement le génie créatif, mais aussi la virtuosité des artistes sculpteurs de Nouvelle-Irlande.

Close