Lot 12
  • 12

Jean-Paul Riopelle

Estimate
400,000 - 600,000 EUR
Sold
816,250 EUR
bidding is closed

Description

  • Jean-Paul Riopelle
  • Sans titre
  • signé deux fois
  • huile sur toile

Provenance

Pierre Matisse Gallery, New York
Vente: Sotheby's, Londres, 30 novembre 1989, lot 616
Vente: Christie's, Londres, 1er juillet 1999, lot 683
Acquis lors de cette vente par le propriétaire actuel

Exhibited

Paris, Centre Georges Pompidou; Québec, Musée du Québec; Montréal, Musée d'Art Contemporain, Jean-Paul Riopelle, Peinture 1946-1977, 1981-82, no. 13, illustré p.41
Mexico, Musée d'Art Moderne, Caracas, Musée des Beaux-Arts, Jean-Paul Riopelle, Peinture 1946-1977, 1982, no. 13

Literature

Yseult Riopelle, Jean-Paul Riopelle Catalogue Raisonné 1939-1953, vol.1, Montréal, 1999, no. 1950.023H.1950-1951, illustré p. 201

Catalogue Note

signed twice ; oil on canvas. Painted in 1950-51.

Accomplie juste après l'arrivée de Riopelle à Paris, Sans titre, en une explosion de couleurs, témoigne de la complexité de l'art de Riopelle.

Adoptant spatules et couteaux, Riopelle applique la  peinture à même la toile, en une technique très particulière qui devient le dénominateur commun d' œuvres flamboyantes, mais aussi la signature artistique de l'artiste. Riopelle accumule des petits coups de couteaux combinés à des gouttes de peinture répandues sur la toile; technique qui rappelle Jackson Pollock. Affinité qui a souvent valu aux deux artistes d'être présentés l'un à côté de l'autre, notamment juste après l'exécution de cette oeuvre. 

La ressemblance reste néanmoins superficielle car la technique,  mais surtout l'intention sont drastiquement opposées.  Alors que Pollock place la toile à même le sol afin que son corps se fonde à part entière dans son œuvre, Riopelle se tient quant à lui droit devant son chevalet et réfrène ses mouvements, afin de permettre à la composition d'évoluer à l'image de la nature. L'artiste, en effet, confie ne pas considérer ses œuvres comme abstraites et  déclare 'mes tableaux considérés comme les plus abstraits auront été pour moi, les plus figuratifs au sens propres du terme. A l'inverse, est-ce que ces peintures dont on croit lire le sujet d'emblée - les oies, les hiboux, les orignaux -  ne sont pas plus abstraites que le reste ? Abstrait : 'Abstraction', 'tirer de', 'faire venir de'... Ma démarche est inverse. Je  ne tire pas de la Nature, je vais vers la Nature' (J.-P Riopelle, cité dans M.Waldberg, 'Riopelle, L'Ecart Absolu', pp.21-38, reproduit dans Y. Riopelle, Jean Paul Riopelle Catalogue Raisonné 1939-1953, Vol I, Montréal 1999, p. 42).

Réalisée entre 1950 et 1951, Sans titre marque l'apothéose de la démarche artistique de Riopelle. L'artiste nous offre ici une œuvre qui est une invitation à une danse visuelle qui possède son propre rythme. Et c'est précisément ce rythme qui permet le passage d'une saturation de couleurs chaotique à une harmonie. Bien qu'apparemment un résultat du hasard et de l'automatisme, la démarche de l'artiste permet, au travers des tensions entre des énergies spatiales contraires, la naissance d'une expérience visuelle. Jouant avec différents niveaux de profondeur  ainsi que des juxtapositions de textures mates et brillantes, Riopelle organise des jeux de lumière, invitant par conséquent le regard du spectateur à se frayer un chemin dans une surface dense et kaléidoscopique.

Fig. 1 Jackson Pollock, Untitled (Mural), 1950, huile, émail et aluminium sur toile, marouflé sur bois, Teheran Museum of Art, Iran

Close