Lot 7
  • 7

André Masson

Estimate
180,000 - 220,000 EUR
Sold
204,250 EUR
bidding is closed

Description

  • André Masson
  • L'ŒUF ROUGE
  • huile sur toile

Provenance

Galerie Louise Leiris, Paris
Collection particulière, France (le filleul de Louise Leiris, acquis probablement avant 1950)
Par descendance au propriétaire actuel

Literature

Françoise Levaillant, André Masson Correspondance 1916-1942, Les Années Surréalistes, Paris, 1990, cité p. 109 dans une lettre à Daniel-Henry Kahnweiler du 21 octobre 1925

Catalogue Note

oil on canvas. Painted in September - October 1925.

L'œuf rouge appartient à une période déterminante pour Masson. Entre 1924 et 1926, il se distancie du cubisme et opte résolument pour le surréalisme. Dans cette œuvre, on perçoit très nettement le passage du langage cubiste au mode d'expression surréaliste. Le choix des coloris et la construction de l'espace par des figures géométriques rappellent le cubisme analytique mais les courbes, qui occupent le centre de l'œuvre, sont clairement des exemples de peinture automatique chère aux surréalistes et qu'il pratique depuis 1923. Les symboles surgis ou non de l'inconscient du peintre envahissent ses peintures. Il explore des thèmes érotiques et violents auxquels la grenade  (l'œuf rouge), qui revient à maintes reprises dans son œuvre, fait allusion; le fruit symbolisant la force de la vie et la régénération, et l'intérieur rouge sang représentant la blessure ouverte d'un soldat blessé durant la première guerre mondiale dont Masson se souvient.

Cette œuvre, inspirée du cubisme de Braque, Picasso et Gris, s'en démarque par sa propension à se transformer sous le regard du spectateur. Cet aspect changeant trouve sans doute son origine dans une expérience douloureuse de la vie personnelle de l'artiste. A la suite des souffrances et angoisses qu'il a éprouvées durant la  première guerre mondiale au cours de laquelle il fut blessé, Masson se fait  la promesse que désormais « sa peinture sera une quête ininterrompue des sources de la vie » (Kunstmuseum, Bern, Masson : Massacres, Métamorphoses, Mythologies, 1996, p. 51); et c'est dans cette nouvelle optique que Masson élabore des œuvres fluctuantes, en perpétuel renouvellement.

 

 

Close