26
JUMP TO LOT
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Impressionist and Modern Art

|
Paris

Man Ray
1890 - 1976
JULIET
signé du monogramme MR et daté 47 en bas à gauche; signé Man Ray et daté 1947 au dos

huile sur toile


61 x 50 cm; 24 x 19 3/4 in.
Peint à Hollywood en 1947.
Read Condition Report Read Condition Report

Cette oeuvre sera incluse dans le Catalogue of the paintings of Man Ray en préparation par Andrew Strauss et Timothy Baum.

Provenance

Juliet Man Ray
Galerie 1900-2000, Paris
acquis auprès de celle-ci en 1988

Exhibited

Beverly Hills, The Copley Galleries, Man Ray, 1948-49, no. 27
Los Angeles, Los Angeles County Museum of Art, Man Ray, 1966, p. 95, no. 74, illustré
Rotterdam, Museum Boymans-van Beuningen & Paris, Musée d'Art Moderne, Man Ray, 1971-72, no. 35, p. 47, illustré
Humlebaek, Louisiana Museum, Man Ray, 1972, no. 32
Francfort, Kunstverein et Bâle, Kunsthalle, Man Ray, Inventionen und Interpretationen, 1979-80, no. 38
Paris, Galerie 1900-2000, Man Ray, Peintures et dessins provenant de l'atelier, 1988, p. 18, no. 5, illustré

Catalogue Note

 

PATTI CADBY BIRCH

Patti Cadby Birch (née Garnell) laisse le souvenir vivace d'une collectionneuse passionnée dont les goûts éclectiques couvrent des domaines aussi divers que les bijoux Islamiques, les Antiquités et l'art Moderne et Contemporain. Donatrice généreuse, elle contribue à l'enrichissement des musées de New York. Grande connaisseuse de la joaillerie du Moyen-Orient, elle est aussi célébrée pour ses qualités exquises de maîtresse de maison dans ses maisons de New York, Paris, Marrakech, Venise et des Caraïbes.

Riche en enthousiasme, culture et intuition, elle fut membre du Board of Trustees du Museum of  Modern Art (MoMA) à New York, et fut même plus tard élevée au rang d'Honorable Trustee. Elle participa également à différents conseils au sein de ce musée où sa mémoire continue d'être honorée au travers du jardin qui porte son nom ouvert dans l'extension récemment construite du Museum of  Modern Art (MoMA).

Généreuse supportrice du Metropolitan Museum of Art, où elle exerçait également la fonction de Honorable Trustee et de Chairman des Amis du département d'Art Islamique, elle enrichit la collection du musée par le don d'un tableau de Man Ray, Le Mime, peint en 1916.

De 1950 à 1955 elle dirige la galerie qui porte son nom à l'angle de la 63ème St. et de Madison Avenue, présentant le travail de Zao Wou Ki, Sironi et Zoran Music dont elle organise la première exposition à New York en 1953. Une des œuvres les plus accomplies de Music, Ida sur un cheval,  figure par ailleurs dans cette vente (lot 32).

L'amitié entre Patti et Man Ray et la passion qu'elle porte à ses peintures remonte à leur rencontre dans les années 30 à Paris, quand, adolescente, elle résidait dans la capitale. En 1941, Man Ray avait fui l'Europe déchirée par le conflit et s'était installé à Hollywood. Les Garnell étaient également rentrés aux Etats-Unis. Patti et Man Ray se retrouvent à Hollywood et le peintre saisit cette occasion pour exécuter à deux reprises son portrait : un portrait photographique plutôt conventionnel et, en parfait contrepoint, son portrait peint en 1942 (lot 29), tout à fait dans la veine surréaliste. En tant qu'ami proche du couple que formaient Man Ray et Juliet, Patti se porta acquéreur du portrait saisissant que le peintre effectua de sa femme (lot 26).

Fig. 1  Man Ray, Portrait de Patti Cadby Birch à Hollywood, années 1940
Fig. 2  Patti, une amie non identifiée, Man Ray et Juliet à la plage en Californie en 1948, photographie prise par Naomi Savage, la nièce de Man Ray 


 

Patti Cadby Birch (née Garnell) will be warmly remembered as a passionate collector with an eclectic taste ranging from Islamic jewellery, Antiquities, African, Modern and Contemporary art, a generous patron to New York museums, a connoisseur of Middle-Eastern jewellery, a great traveller and a gracious hostess in her homes from New York to Paris, Marrakech, Venice and the Caribbean.

Rich in enthusiasm, culture and intuition, she served on the Board of Trustees of Museum of  Modern Art (MoMA), New York and later was elected Honorary Trustee. She was also a member of several councils at the museum where her memory continues through the Patti Cadby Birch Garden Plaza which opened after the recent expansion of MoMA.

She was also a generous supporter to the Metropolitan Museum of Art where she served as Honorary Trustee and Chairman of the Friends of the Islamic Department. Amongst her gifts to the museum is an important by Man Ray "The Mime" painted in 1916.

From 1950 to 1955, Patti ran her Cadby Birch Gallery on Madison Avenue and 63rd Street in New York and her principal artists included Zao Wou Ki, Sironi and Zoran Music, for whom she held the artist's first exhibition in New York in 1953. One of Music's finest works, Ida on horse, is included in this sale (lot  32).

Patti's friendship with Man Ray and passion for his paintings is a long association: as a teenager she had met Man Ray in the 1930s when she was living in Paris. By early 1941, Man Ray had arrived in Hollywood after fleeing war-torn Europe and the Garnell family had also moved back to America. They met again in Hollywood and Man Ray made her portrait twice: one quite conventional photographic portrait and in complete contrast, her startling and highly Surrealist portrait painted in 1942 (lot 29). As close friends of Man Ray and Juliet, Patti pays homage to their friendship by acquiring Juliet's striking portrait (lot 26).

 

signed with the monogram 'MR' and dated '47' lower left; signed 'Man Ray' and dated '1947' on the reverse. Painted in Hollywood in 1947.

Fig. 1  Man Ray, Portrait de Juliet, 1947, photographie

Fig. 2  Man Ray, Prou del Pilar dansant, 1934, photographie

Fig. 3  Edouard Manet, Lola de Valence, 1862, huile sur toile, Musée d'Orsay, Paris

Fig. 4  Man Ray, Céleste est à l'est de l'ouest, 1949, huile sur toile, Collection particulière



Peint à Hollywood en 1947, cet éblouissant portrait de Juliet en tenue de flamenco rend hommage à la seconde femme de l'artiste, Juliet, danseuse professionnelle qui avait étudié à New York avec Martha Graham. Man Ray et Juliet s'étaient rencontrés à Hollywood au début de 1941, peu de temps après l'arrivée de l'artiste fuyant la France occupée. Couple parfaitement assorti, « Man Ray aimant la danse et Juliet adorant la peinture » (Schwarz, 1977, p. 74), ils célèbrent leur mariage à Beverly Hills en 1946 par une double cérémonie incluant l'union de Max Ernst et de Dorothea Tanning, déjà un événement surréaliste en tant que tel.

Man Ray avait enfin trouvé le bonheur et la réussite dans son mariage, après une première union houleuse avec la poétesse belge Adon Lacroix durant la première guerre mondiale et plusieurs liaisons historiques, notamment avec Kiki de Montparnasse et Lee Miller. Dans ce portrait il peint Juliet dans un des plus beaux costumes que la danse a créé, la robe de flamenco. La pose et la tenue de Juliet sont celles qu'elle avait adoptées en 1947, lors d'une séance de prise de vues réalisée par Man Ray (fig. 1).

Attiré par la sensualité et la grâce des mouvements des danseuses espagnoles, Man Ray les représente à plusieurs reprises et s'y intéresse tout au long de sa carrière. L'étude pour une photographie d'une danseuse de  flamenco, Prou del Pilar dansant (fig. 2) de 1934, est à ce titre un bon exemple. Cette étude montre la danseuse espagnole Prou del Pilar dans une tenue traditionnelle de flamenco en pleine danse survoltée. Ce sujet, sensuel et envoûtant, n'est pas sans rappeler l'œuvre d'artistes tel que Manet avec son célèbre portrait de Lola de Valence (fig. 3), exposé au Musée d' Orsay. Man Ray allait en effet souvent puiser son inspiration chez les grands maîtres.

Peu de temps après, en 1949, Man Ray réalise Céleste est à l'est de l'ouest (fig. 4), une deuxième version de Juliet, aux formes plus abstraite et sinueuse, dans laquelle Juliet porte la même tenue et adopte une pose similaire.

Man Ray accordait une importance particulière à ce portrait qu'il conserva avec lui jusqu'à sa mort. Il le publia dans un portfolio qui accompagna son exposition à la Copley Galleries en 1948. Le titre de ce portfolio, To Be Continued Unnoticed (à continuer sans être remarqué) révélant son profond esprit dada et surréaliste, «continued» étant l'anagramme d' «unnoticed».

 

 

Impressionist and Modern Art

|
Paris