243
243
Important crochet porte-crânes, groupe Kerewa, Golfe de Papouasie, Papouasie Nouvelle-Guinée
Estimate
120,000150,000
LOT SOLD. 144,000 EUR
JUMP TO LOT
243
Important crochet porte-crânes, groupe Kerewa, Golfe de Papouasie, Papouasie Nouvelle-Guinée
Estimate
120,000150,000
LOT SOLD. 144,000 EUR
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

African and Oceanic Art Session I: Various Owners Session II: Andreas and Kathrin Lindner collection; Greub Collection

|
Paris

Important crochet porte-crânes, groupe Kerewa, Golfe de Papouasie, Papouasie Nouvelle-Guinée
Taillé dans une planche de bois dur, ce crochet agiba représente un personnage stylisé sculpté sur sa face de motifs champlevés rehaussés de pigments blancs et rouges. Les bras filiformes parallèles aux "jambes" retournées, servant de crochet, encadrent l'abdomen décoré de motifs de pennes et de chevrons. Au centre, le "nombril" est figuré par une pastille noire cerclée de rouge, dont le motif est répété sur le haut du torse et dans la partie inférieure. Un anneau de suspension est sculpté au revers. Belle patine ancienne.
haut. 126 cm
49 1/2 in
Read Condition Report Read Condition Report

Provenance

Collecté en 1946 dans le village de Paia-A, district de Kikori
Ancienne collection P. Morton, Port Moresby
Ancienne collection George F. Keller, New York, 1961
Paolo Morigi, Lugano

Literature

Reproduit dans : 
Un' arte per la bellezza-cosmesi e salute nei secoli, Lugano, 1984 : 48, ill. n° 88

Catalogue Note

Placées dans la maison cérémonielle des hommes (dubu daima), les effigies agiba ou agibe représentaient des êtres-esprits et servaient à accrocher des crânes humains - têtes d'ancêtres ou trophées de guerre - attachés avec un lien de roseau aux deux "jambes" du personnage. Ces effigies masculines ou féminines étaient fixées à un support en bois, comme le montre ici, au dos, l'entaille dans laquelle on passait une boucle en fibres végétales tressées. Les crânes étaient aussi parfois déposés devant les agiba, allant par paire, faisant ainsi office de reliquaire.

Il existait également des agiba de petit format, appelés marabu, qui étaient utilisés pour suspendre des trophées de chasse (crânes et os d'oiseaux, de lézards et marsupiaux). Repeints régulièrement, les grands agiba comme celui-ci ne pouvaient être sculptés que par des hommes ayant rapporté un crâne lors d'une chasse aux têtes.
 
Un exemplaire stylistiquement comparable, bien que plus petit (84 cm), est conservé au Kröller-Müller Museum à Otterlo (reproduit dans Kooten & Heuvel, 1990 : 328-329, n°122). 

An important Kerewa skull hook, Papuan Gulf, Papua New Guinea

Placed in men’s ceremonial houses (dubu daima), agiba or agibe effigies represented spirit beings and were used for the suspension of human skulls – ancestors’ heads or war trophies – attached with a reed to the figure’s two “legs”.  These male or female figures were fixed to a wooden support, as indicated by the notch at the back into which a loop of plaited vegetable fibres was inserted.  Skulls were also placed in front of the agiba, in pairs, thus serving as reliquaries.

Small agiba called marabu were used to suspend hunting trophies (skulls and bones of birds, lizards and marsupials).  Repainted regularly, large agiba, like the offered piece, could only be sculpted by men who had brought back a skull after a headhunting expedition.

A stylistically comparable yet smaller example (height: 84 cm) can be found in the Kröller-Müller Museum, Otterlo (reproduced in Kooten & Heuvel, 1990: 328-329, n°122). 

 

 

African and Oceanic Art Session I: Various Owners Session II: Andreas and Kathrin Lindner collection; Greub Collection

|
Paris