241
241
Importante statue hermaphrodite, Dogon N'duléri, Mali
IMPORTANT HERMAPHRODITE DOGON N'DULÉRI STATUE, MALI
Estimate
150,000200,000
LOT SOLD. 132,000 EUR
JUMP TO LOT
241
Importante statue hermaphrodite, Dogon N'duléri, Mali
IMPORTANT HERMAPHRODITE DOGON N'DULÉRI STATUE, MALI
Estimate
150,000200,000
LOT SOLD. 132,000 EUR
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

African and Oceanic Art Session I: Various Owners Session II: Andreas and Kathrin Lindner collection; Greub Collection

|
Paris

Importante statue hermaphrodite, Dogon N'duléri, Mali
IMPORTANT HERMAPHRODITE DOGON N'DULÉRI STATUE, MALI
Le personnage à la silhouette élancée est représenté debout sur des jambes fuselées semi-fléchies, la main droite posée sur le haut de la cuisse, celle de gauche tenant à l'origine la crosse domolo, insigne des hommes porté pour les cérémonies. Le dynamisme de la pose est accentué par la vigueur de la sculpture, associant rigueur des lignes droites et courbes tendues. Grande élégance dans la coiffure aux tresses finement gravées, s'achevant par une couette portée sur la nuque. Le visage est marqué par les yeux rapprochés, en amande, la commissure externe prolongée par de petites scarifications, le nez haut en forme d'ancre, et la scarification en forme de trois triangles gravée sur les joues, dessinant un trèfle. Bois dur; très belle patine nuancée, croûteuse.
haut. 96,5 cm
38 in
Read Condition Report Read Condition Report

Provenance

Ancienne collection Gaston de Havenon, New York
Ancienne collection Marc et Denise Ginzberg, New York

Literature

Reproduite dans :
Leloup, Statuaire Dogon, 1994 : n° 121
Robbins et Nooter, African Art in American Collections, 2004 : 60, n° 20

Reproduite et exposée dans :
Museum of African Art, The de Havenon Collection, 1971 : 28, catalogue de l'exposition, Museum of Modern Art, Washington D.C., mai 1971

Catalogue Note

Le style N'duléri s'est développé dans la région du centre et du nord du Plateau de Bandiagara. Selon Hélène Leloup (1994 : 177), ce style, caractérisé en particulier par des personnages à la silhouette élancée, l'élégance de la coiffure, et surtout les yeux rapprochés, semble avoir connu son apogée au XVIIIe siècle. La statue de la collection Andreas et Kathrin Lindner constitue une très belle manifestation de ce style, qui "condense l'art classique du Nord [statuaire Djennenké]  - réalisme et force - avec une souplesse, une élégance que nous ne retrouvons pas ailleurs" (idem).

L'ancienneté de ces œuvres explique leur rareté. Parmi le corpus restreint des statues N'duléri, Hélène Leloup a distingué plusieurs ateliers, parmi lesquels figure celui du "maître du trèfle", auquel se rattache la statue présentée ici. Il s'identifie par une scarification en forme de trois triangles gravée sur les joues, dessinant un trèfle. Elles portent également "les petites scarifications d'influence Songhai au coin externe des yeux, la même coiffure très travaillée, terminée en couette" (idem : 178). Enfin, toujours selon Hélène Leloup, elles proviendraient du sud du pays N'duléri, hypothèse renforcée par le collier de "korte" habituel dans la région. "Ce petit atelier remonterait au XVIIe siècle environ [...] tout en ayant continué son art pendant longtemps" (idem). La qualité de sculpture et la patine profonde de la statue présentée ici l'apparentent au buste du même atelier (Leloup, 1994 : n° 120) dont l'analyse au carbone 14 a révélé une datation comprise entre les XVIIe et XVIIIe siècle. Cette statue peut ainsi être attribuée à la première époque de l'atelier dit du "maître du trèfle".    

Parmi les autres sculptures également attribuées à cet atelier figure notamment la statue de femme provenant d'une collection privée, New York, reproduite dans Leloup (1994 : n° 120 et 123).

Cette statue offre la rare particularité d'avoir été sculptée quasiment à l'identique d'une autre - hormis une légère différence de taille, de ciselure du pendentif et dans la scarification temporale en forme de trèfle seulement arborée par la statue Lindner - les deux étant anciennement conservées ensemble dans les collections de Havenon, puis Marc et Denise Ginzberg, à New York.

Selon Hélène Leloup (1994 : n° 121), cette paire, qui se distingue également par la crosse de cérémonie que les deux personnages portent anormalement à la main gauche, doit être interprétée comme la représentation de jumeaux, "comme l'indiquent, également, leurs pendentifs carrés" (idem).

An Important Dogon N'duleri hermaphorodite figure, Mali

The N'duleri style developed in the central and northern regions of the Bandiagara plateau. According to Hélène Leloup (1994: 177), this style, characterised in particular by figures with elongated silhouettes, elegant coiffures and, above all, close-set eyes, reached an apogee during the 18th century.  The offered figure is a very fine illustration of this style, which "condenses the classic art of the North [Djennenke statues]  - realism and force – with a suppleness and elegance that cannot be found elsewhere" (idem).

The age of N'duleri style sculptures explains their rarity.  Among the small corpus of N'duleri statuary, Hélène Leloup has identified several workshops, including the "Master of the Cloverleaf", exemplified by the Lindner figure.  This style can be identified by a scarification pattern carved on each cheek comprising three triangles which form a ‘cloverleaf’.  The figures also bear “small scarifications of Songhai influence at the outer corners of the eyes, and the same type of intricate hairstyle which ends in a bunch" (idem: 178). Finally, again according to Leloup, the figures come from the south of the N'duleri country, a theory supported by the "korte" necklace typical of the region. "This small workshop appears to go back to approximately the 17th century [...] while having continued its art for a long time" (idem). The quality of the sculpture and the deep patina of the offered figure is similar to a bust from the same workshop (Leloup, 1994: n° 120), dated by carbon-14 to between the 17th and 18th centuries.  It can therefore be attributed to the first period of the “Master of the Cloverleaf” workshop.   

See also Leloup (1994: n° 120 and 123) for a female figure from a New York Private Collection and other sculptures by this workshop.

 A rare feature of the Lindner figure is that it was sculpted in an almost identical way to another figure -- except for a slight difference in size, the carving of the pendant and in the temporal scarification in the form of the cloverleaf present only on the Lindner figure. Both figures were formerly in the de Havenon and in the Marc and Denise Ginzberg Collections, New York.

According to Hélène Leloup (1994: n° 121), this ‘pair’ is also distinguished by the ceremonial crook held by both figures unusually in the left hand, and should be interpreted as a portrayal of twins, "as also indicated by their square pendants" (idem).

 

African and Oceanic Art Session I: Various Owners Session II: Andreas and Kathrin Lindner collection; Greub Collection

|
Paris