179
179
Poteau funéraire, Chonyi, Kenya
A CHONYI FUNERARY POST, KENYA
JUMP TO LOT
179
Poteau funéraire, Chonyi, Kenya
A CHONYI FUNERARY POST, KENYA
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

African and Oceanic Art Session I: Various Owners Session II: Andreas and Kathrin Lindner collection; Greub Collection

|
Paris

Poteau funéraire, Chonyi, Kenya
A CHONYI FUNERARY POST, KENYA

kigango, représentant une figure humaine stylisée, sculptée en deux dimensions. Les formes épurées sont animées par des motifs profondément gravés, dessinant les contours de la face piriforme et la riche ornementation corporelle. Les traits du visage se résument aux yeux grands ouverts, à la bouche simplement incisée et aux oreilles signifiées par des demi-cercles concentriques. La surface plane du buste est gravée de bandes dentelées et de cercles concentriques dont le plus large encadre d'une rosette de triangles le nombril protubérant. Bois dur, rehaussé de pigments blancs sur le visage et le haut du torse; profonde érosion dans la patine.


haut. 181,5 cm
71 1/2 in
Read Condition Report Read Condition Report

Provenance

Collecté entre 1974 et 1976
Galerie Continent, Philippe Guimiot, Bruxelles

Literature

Reproduit et exposé dans :
Greub, Resonances : Tribal Art - Modern Art, 1984 : pl. 19, catalogue de l'exposition, Bâle, janvier - juin 1984

Catalogue Note

Les Giriama et leurs voisins Chonyi partagent la tradition d'un lieu de sépulture, nommé kaya, constituant à la fois le centre de la vie politico-religieuse, la demeure des esprits ancestraux et la sépulture des anciens. Les membres de la société de grade chama ya goghu ont droit, à leur mort, au poteau kigango (plur. vigango), érigé au centre du kaya (Stephan in Kerchache, Paudrat, Stephan,  1988 : 591).

Conçu pour immortaliser le défunt (et non pour marquer l'emplacement de sa tombe), le kigango en représente une image idéalisée. Les motifs géométriques ornant le torse évoquent à la fois les vêtements colorés portés par les notables, et signifient son statut social, son pouvoir politique et ses décorations personnelles (idem).

Décrits dès 1873 par New et en 1898 par Fitzgerald, ils constituent, par leur extrême schématisme, une expression artistique rare sur le continent africain. L'ancienneté du poteau funéraire présenté ici est attestée par la profonde érosion de la surface.

African and Oceanic Art Session I: Various Owners Session II: Andreas and Kathrin Lindner collection; Greub Collection

|
Paris